Jan 142014
 

Programme TV – Infrarouge : La Guerre en face

Mardi 14 janvier 2013 – France 2 – 0h35

Documentaire. Ecrit et réalisé par Patrick Barbéris. Coproduit par l’ECPAD et L’INA. Avec la participation de France Télévisions et Planète. Avec le soutien de la Procirep-Angoa, du CNC, du ministère de la défense et des anciens combattants.

Depuis la fin de la guerre d’Algérie, 250 000 hommes ont servi sur plus de cent soixante théâtres d’opérations extérieures. Pourtant, qui se souvient du Tchad, du Liban, de Kolwezi ? Comment sommes-nous passés du soldat inconnu aux soldats méconnus ?

Ce film s’interroge sur la disparition de la figure du soldat dans notre société et revient sur les causes de cette disparition, en revisitant cinquante ans d’histoire. Des soldats de tous rangs qui ont participé à ces opérations et le font encore nous parlent de leur engagement et des transformations majeures qui sont apparues au sein de l’armée depuis la fin guerre d’Algérie.

Ce documentaire dévoile les nouveaux visages de la guerre et notre incapacité à la regarder en face.

Communiqué de presse France 2 – Mardi 14 janvier 2014

Source : Sondageonstv.com

Jan 142014
 

Programme TV – Infrarouge : Alertes enfants disparus

France 2 – Mardi 14 janvier 2014 – 23h05

Documentaire. Réalisé par Gilles de Maistre. Sur une idée d’Hélène Mourot. Produit par Mai Juin Productions. Avec la participation de France Télévisions et Centre National du Cinéma et de l’Image Animée.

La case Infrarouge invite les téléspectateurs à réagir et commenter les documentaires en direct sur twitter via le hashtag #infrarouge

Comment faire le deuil quand, depuis dix ans, il n’y a aucune trace de l’enfant disparu ? Ils se prénomment Estelle, Marion ou Léo. On croise encore leurs regards au détour d’une vieille affichette oubliée dans les aéroports, les gares ou les commerces. Leurs familles, dévastées, vivent depuis des années dans l’attente d’une nouvelle, d’une certitude ou, à défaut, d’un début de piste.
Un constat : 45 000 disparitions d’enfants en France chaque année. Le chiffre effraie autant qu’il pose de questions. Comment est-ce possible ? Comment nos enfants si chers peuvent-ils disparaître ainsi ? Comment les protéger ? Comment les retrouver ? La plupart des disparitions de mineurs sont le fait de fugues… Ils sont le plus souvent retrouvés dans les deux jours qui suivent leur disparition. Mais, pour les familles comme pour les enquêteurs, l’angoisse les a accompagnés tout au long de ces deux jours. La même à chaque signalement. Il ne faut parfois que quelques heures pour retrouver l’enfant sain et sauf. Quelques heures aussi, pour retrouver un corps sans vie.
Et puis, il y des enquêtes qui durent des mois, des années… De longues et épuisantes recherches. Des enfants qu’on ne retrouve jamais. Ces disparitions inquiétantes touchent les jeunes enfants ou des adolescents fragiles. Ce sont celles dont on parle le plus, comme Marion, Estelle, Léo et dernièrement en Europe, Maddy. C’est dans ce type d’affaires que le plan Alerte enlèvement est déclenché. Un plan qui permet d’agir au plus vite, mais qui ne suffit pas toujours. Quand les recherches sont vaines, elles condamnent les familles au pire : ne pas savoir. Des familles qui malgré le temps qui passe, ne baissent pas les bras et gardent l’espoir de revoir un jour leur enfant ou du moins de savoir ce qui est arrivé ce jour-là…

Dans d’autres cas, on sait très bien ce qui est arrivé ce jour-là… Une séparation qui tourne mal, un droit de visite jugé ridicule et l’enfant devient littéralement l’otage d’un des deux parents. On les appelle les enfants volés… volés par un de leur propre parent. L’enlèvement parental est certainement un acte d’amour, mais un acte fou qui n’est qu’un abus de pouvoir de l’adulte sur l’enfant au détriment de son bien-être. La détresse du parent esseulé est terrible, les questions sans réponse fusent sans discontinuer. Les recherches pour retrouver cet enfant volé sont tout aussi longues et douloureuses et souvent sans issue favorable…

Et enfin, il y a ceux dont personne ne parle, ce sont les enfants errants. Mineurs, non accompagnés qui arrivent souvent d’Europe de l’Est, à la recherche d’un nouvel eldorado. Grisés par la possibilité d’une vie meilleure ailleurs, ils finissent par alimenter les réseaux de prostitution et de pédophilie. Disparitions rarement signalées, enfants peu ou pas recherchés, ils deviennent les cibles idéales d’un milieu sordide qui les condamne à une vie bien loin de celle dont ils rêvaient.

Communiqué de presse France 2 – Mardi 14 janvier 2014

Source : Sondageonstv.com