Fév 282015
 

Programme TV – Tournois des VI Nations : France / Pays de Galles

Samedi 28 février 2015 – France 2 – 18h50

Événement sportif. En direct du Stade de France. Commenté par Matthieu Lartot et Fabien Galthié, accompagnés de Clémentine Sarlat.

Les quinze matches de la compétition, dont les cinq matches du XV de France, seront à vivre en direct et en exclusivité sur France 2 entre le 6 février et le 21 mars 2015.

Matthieu Lartot et Fabien Galthié seront aux commentaires de neuf des quinze matches du Tournoi, accompagnés de Clémentine Sarlat pour les interviews en bord de terrain pour les matches du XV de France. Pour les autres rencontres, on retrouvera Laurent Bellet et Jérôme Cazalbou, ainsi que Jean Abeilhou et Sylvain Marconnet lors de la dernière journée.

Résultats des précédentes rencontres

France 15 / 8 Écosse

Pays de Galles 16 / 21 Angleterre

Irlande 18 / 11 France

Écosse 23 / 26 Pays de Galles

Les Bleus devront obligatoirement gagner ce match s’ils veulent rester en course dans le Tournois des VI Nations. L’Irlande et l’Angleterre sont invaincus dans ce tournois.

Côté fille, l’équipe de France féminine de rugby a gagner ces trois match et est en course pour le grand chelem, les hommes de Yves Saint-André devraient s’en inspirer.

Phil Marso – Samedi 28 février 2015

Fév 282015
 

Interview de Pierre Albaladejo : Ce fut le début de la décennie galloise

Il y a quarante ans naissait Antenne 2. Dix jours plus tard, la chaîne retransmettait en direct son premier match du Tournoi des V Nations. C’était un France-Pays de Galles. Le samedi 28 février 2015, France 2 diffusera un autre France-Pays de Galles, l’occasion de revenir sur cet anniversaire en compagnie de Pierre Albaladejo qui formait un célèbre duo de commentateurs avec Roger Couderc.

18 janvier 1975, la voix lointaine de Roger Couderc annonçait aux téléspectateurs d’Antenne 2 : « Ici, le Parc des Princes, dans quelques instants la France va rencontrer le Pays de Galles. » C’était la première retransmission d’un match du Tournoi des V Nations sur Antenne 2, moins de deux semaines après sa naissance (6 janvier 1975). Ce jour-là, la France des Bertranne, Dourthe, Lux… s’incline 10 à 25 face aux Gallois de Gareth Edwards. Ce jour-là, un duo de commentateurs s’imposait sur le petit écran : Roger Couderc et Pierre Albaladejo, par l’entremise de Robert Chapatte. L’ancien joueur du XV de France accepte de revenir sur cette date anniversaire qui marque ses débuts à la télévision.

Le duo Balla-Couderc réuni à la télévision

Nous avions déjà fait quelques années ensemble sur Europe n°1. À l’époque, Robert Chappate et moi étions sur la station ; Roger (Couderc) à RTL. C’est Robert qui a eu l’idée de nous réunir à l’antenne. Et donc, Roger a franchi le Rubicon et rejoint Europe n°1. C’est à ce moment-là que nous avons inventé le transistor à images : nous faisions quasiment de la télé à la radio, sauf qu’à la radio le blanc est une faute, et à la télé, il faut laisser parler l’image. J’avais été contacté par le journaliste sportif titulaire Jacques Sallebert. Il me proposait de venir commenter le rugby à l’écran avec lui. Mais pour moi, il n’en était pas question. C’est finalement Marcel Jullian qui nous a réunis sur Antenne 2.

Une défaite pour le premier match

La France avait perdu (10-25). Je perdais un peu mon Roger (Couderc) avec qui je m’étais tant amusé à la radio. Il était très contrarié. Je m’étais senti obligé de le réconforter. Je lui ai dit : « Ne vous en faîtes pas trop. Coup de chapeau aux Gallois. Nous avons encaissé cinq essais. Reconnaissons quand même qu’ils sont plus forts que nous…» Il m’avait répondu : « Oui, oui ils sont plus forts que nous, enfin, ils ont quand même eu de la chance. » Mais il s’est vite rattrapé parce que quinze jours plus tard, l’équipe de France est allée gagner à Twickenham (le stade de l’équipe anglaise ; 27 à 20, NDLR). C’était le Roger des grands jours. Alors, là c’était fabuleux. Battre les Anglais, pour lui, c’est être champion du monde.

Le trac de Roger Couderc

Pour ce premier match, il était fébrile. Je venais toujours le chercher chez lui, rue Charles Laffitte. Nous partions ensemble déjeuner au Parc des Princes et nous commentions le match. Et ce jour-là, quand je suis allé le chercher, je l’ai trouvé très concentré, bileux, comme j’ai pu trouver certains copains avant un match. Il ne voulait pas rater son retour à la télé. Un retour qui avait été annoncé à grands coups de publicité. Couderc revenant à la télé, ce n’était pas rien ! Mais là, il était aussi concentré que les joueurs. Heureusement, ça n’a duré qu’un seul match.

La décennie galloise

À partir de ce match-là, ce fut le début de la décennie du Pays de Galles. Avec des garçons comme Gareth Edwards, Barry John Gerald Davies… Ils avaient des joueurs d’exception. J’étais obligé de tempérer Roger (Couderc) dans son enthousiasme habituel. Je lui disais : « Attention, les choses ne se passent pas aussi bien que vous le dites.» Cette formidable équipe galloise était en train de se créer. Pendant la décennie, ils ont été les champions de ce jeu.

Propos recueillis par Sébastien Pouey.

La rencontre opposant la France au Pays de Galles (28 février 2015), dans le Tournoi des VI Nations, sera commentée par Matthieu Lartot et Fabien Galthié, accompagnés par Clémentine Sarlat pour les interviews en bord de terrain.

Communiqué de presse France 2 – 10 février 2015

Fév 272015
 

Manuel Valls, le boucher casher de la République !

Il y a quelques jours quatre parlementaires ont fait un voyage en Syrie pour rencontrer le président syrien Bachar Al-Assad. Ce qui n’a pas été du goût de Manuel Valls :

C’est une faute qui ne les honore pas.  Qu’ils aient ainsi, sans crier gare, rencontré un boucher. Je crois que c’est une faute morale.

Manuel Valls – Communiqué de presse – Vendredi 27 février 2015

Fév 272015
 

Mahana Lyon 2015 donne de nouvelles saveurs au voyage Assoiffés d’aventures, d’expériences originales, désireux de se retrouver en famille ou en couple, les voyageurs sont curieux, experts, exigeants et souhaitent satisfaire leurs envies d’évasion.

Lieu d’inspiration et de découverte, la 35èmeédition de Mahana Lyon, qui se déroulera du 27 février au 1ermars 2015 à la Halle Tony Garnier, élargira le champ des possibles du tourisme en proposant aux 28 000 visiteurs attendus conseils, idées et astuces pour que chacun puisse se composer une expérience « à la carte ».

Avec 300 exposants (offices de tourisme français et étrangers, tour-opérateurs, distributeurs, hébergements…) et l’apparition de nouveaux acteurs du marché du tourisme, Mahana Lyon s’impose comme LE rendez-vous des amateurs de voyages en Rhône-Alpes.

De plus, en 2015, Mahana propose aux futurs voyageurs deux nouvelles sources d’inspiration (City Break et Montagne), et accueille la Bretagne en invitée d’honneur.

En 2015, Mahana Lyon accueille deux nouvelles thématiques City Break (nouveau)

Nouvelle tendance du tourisme, le City Break connaît une croissance importante depuis quelques années.

Les aéroports de Lyon desservent de nombreuses destinations idéales pour de courts séjours : Londres, Rome, Vienne, Barcelone ou encore Dubrovnik. A pied, en tram ou à vélo, les voyageurs découvriront les multiples richesses culturelles et touristiques de ces cités urbaines dont les structures d’accueil et réseaux de transports ne cessent de s’améliorer.

Pour ceux qui souhaitent s’offrir une escapade sans franchir les frontières, des villes comme Bordeaux, Marseille, Lille, Paris, Strasbourg sont également directement accessibles depuis la capitale des Gaules.

Montagne (nouveau)

La montagne n’est pas uniquement synonyme de massifs enneigés. Si les visiteurs de Mahana pourront profiter des offres de dernière minute pour la saison hivernale, ils auront tout loisir de découvrir celles que proposent les stations pour prendre de la hauteur à la belle saison. Randonnées thématiques, loisirs outdoor des plus insolites, hébergements de charme, clubs dédiés aux familles, gastronomie, nombreux paysages magnifiques et variés… l’offre des stations ne cesse de s’étoffer au fil des années.

L’offre de Mahana Lyon

Mille et une idées proches de chez soi avec Only Lyon

Le tourisme peut se pratiquer également à deux pas de sa maison et Only Lyon sera présent sur Mahana afin d’informer et proposer de multiples idées de sorties. Une occasion unique pour découvrir ou redécouvrir ce qui fait toute la richesse de la Capitale des Gaules.

La Bretagne à l’honneur

Territoire recelant des trésors à l’ouest de la France, la Bretagne peut s’enorgueillir de paysages étonnants et d’un patrimoine culturel et gastronomique qu’il convient de découvrir ou redécouvrir. Côtes d’Armor, Finistère, Haute Bretagne Ille et Vilaine et Morbihan se mettent en quatre pour apporter à Lyon l’atmosphère idyllique de leur destination. Les rhône-alpins n’auront plus d’excuses pour partir à l’aventure grâce à des offres de séjours et d’excursions correspondant à tous les publics, des familles aux randonneurs en passant par les amoureux du patrimoine, les sportifs ou les adeptes du bien-être. Breizh va mettre le feu à la Capitale des Gaules !

Infos Pratiques :

Du 27 février au 1er mars 2015 – 35ème édition

Lieu : Halle Tony Garnier 20, place des docteurs Merieux – 69007 Lyon
Horaires 10h-19h (ouverture sans interruption) Fermeture à 18h le dimanche

Tarifs 8 € par personne, gratuit pour les moins de 12 ans

Exposants
300 exposants : Offices de tourisme étrangers, CRT / CDT / Offices de tourisme français (dont DOM-TOM), Tour-opérateurs / Agences de voyages, Hébergement, Loisirs / Services, Edition / Presse.

Source : Mahana Lyon Salon du Tourisme

Fév 272015
 

Pour sa 40e édition, le Salon Mondial du tourisme s’offre deux nouvelles thématiques et une tenue conjointe avec Destinations Nature.

La 40e édition du Salon Mondial du tourisme se tiendra du 19 au 22 mars 2015, à Paris Expo Porte de Versailles. Cet anniversaire marque la naissance de deux nouvelles thématiques : City Breaks, accompagnant l’essor du tourisme urbain, et Innovations & Tendances, présentant les dernières nouveautés touristiques.

À noter cette année : le Salon Mondial du tourisme se tiendra aux mêmes dates et dans un hall commun avec Destinations Nature, le salon des nouvelles randonnées, nouvelle acquisition de Comexposium. Un seul billet donnera accès aux deux salons.

LES NOUVELLES DONNES TOURISTIQUES

Nouvelles destinations, voyages au long court à des tarifs de plus en plus attractifs, offres pointues répondant à l’hédonisme et l’exigence des touristes… le secteur touristique s’adapte à la pluralité de consommateurs aux multiples envies et exigences, à la recherche de personnalisation, d’originalité et d’authenticité au meilleur rapport qualité/prix.

Départs en solo, en couple ou en tribu, à la mer, à la montagne ou dans le désert, en France ou à l’autre bout du monde, en mode plage ou loisirs actifs, les plus de 100 000 visites attendues pour la 40e édition du Salon Mondial du tourisme trouveront à coup sûr un voyage à leur goût. 4 jours durant, offices du tourisme, tour-opérateurs, agences de voyages, hébergements… représentant 500 destinations leur ouvriront le champ des possibles.

LE SALON MONDIAL DU TOURISME ANTICIPE LES VOYAGES DE DEMAIN

En 2015, le salon mettra l’accent sur les City Breaks. Depuis quelques années, l’éclosion de nouvelles liaisons ferroviaires ou aériennes facilite la découverte des capitales et villes secondaires européennes. Vecteur de dépaysement et d’enrichissement culturel en quelques jours seulement, cette formule répond aux attentes actuelles des voyageurs. Exposition, musée, shopping ou tout simplement découverte de nouveaux horizons, les city breaks s’immiscent dans le quotidien des Français. Le Salon Mondial du tourisme rendra compte de cette tendance en réunissant des destinations qui ont su faire de la ville une force d’attractivité touristique.

En créant un espace dédié aux Innovations & Tendances, le Salon Mondial du tourisme se fait le porte-parole auprès du grand public et des professionnels, d’une nouvelle génération d’entrepreneurs incarnant le dynamisme de la filière tourisme : tour opérateur ciblé et/ou thématique, services à destination des touristes, usages des technologies dans la visite d’une destination ou d’un site, hébergements…

INFOS PRATIQUES :

Parc des Expositions de la Porte de Versailles, Paris Pavillon 4 – Horaire De 10 h à 19 h les jeudi 19, vendredi 20 et samedi 21 mars De 10 h à 18 h le dimanche 22 mars.

Tarifs 10 euros par personne. Gratuit pour les moins de 12 ans.

Exposants Plus de 500 destinations représentées. sur 12 000 m² d’espace d’exposition.

Profil exposants :

35 % Offices de tourisme étrangers
20 % CRT / CDT / Offices de tourisme français (dont DOM-TOM)
18 % Tour-opérateurs / Agences de voyages
10 % Hébergement
9 % Loisirs / Services
8 % Edition / Presse

Visiteurs Plus de 100 000 visites attendues (102 000 visites en 2014, dont 2 658 professionnels).

Source : Salon Mondiale du Tourisme

Fév 272015
 

LA MEDIASPHERE
AUJOURD’HUI A 16H10

CHARLIE HEBDO C’EST REPARTI
« ADAM RECHERCHE EVE » SUR D8 
« TELESHOPPING » DEJA 28 BALAIS ! …

Nos invités

Richard Malka : avocat de Charlie Hebdo 
Caroline Ithurbide : présentatrice de « Adam recherche Eve » sur D8
Marie-Ange Nardi et Alexandre Devoise : co-animateurs pour Téléshopping
Jérôme Dillard : DG du pôle e-commerce et vente à distance pour le groupe TF1

CHARLIE HEBDO

La protection de Charb était-elle suffisante ? L’esprit « déconne » de la rédaction : toujours possible ? Richard Malka répond…

ADAM RECHERCHE EVE », AVEC CAROLINE ITHURBIDE

« La nudité n’est pas un sujet qui me gêne »; remplacer Audrey Pulvar dans « Le Grand 8 » ? L’animatrice ne dirait pas non…

« TELESHOPPING »
FÊTE SES 28 ANS
  

Le tour du propriétaire avec Jérôme Dillard ; l’arrivée d’Alexandre Devoise dans l’émission ;  Christophe Beaugrand animateur du télé-achat…

A propos de l’émission :

La Médiasphère présentée par Julien Arnaud avec Christophe Beaugrand.

Ceux qui font les médias se succèdent sur le plateau de Julien Arnaud pour en décrypter les coulisses, nous dévoiler les secrets de fabrication des programmes. Les tops et les flops des audiences avec Eva Roque, la chef des Infos du magazine Télé 7 Jours dans « Les courbes d’Eva », les séries qui font le buzz, avec Pierre Langlais, le spécialiste de Télérama dans  » Sériesphère  » et le tour du monde des meilleurs programmes, c’est dans  » Seen on TV « , en partenariat avec l’agence The Wit.

Et chaque semaine, les invités passent sur le gril, dans « Le Grand Méchant Quiz » de Christophe Beaugrand.

1ère diffusion : Vendredi 16h10
Rediffusions : samedi 16h10 et 21h10, dimanche 10h10

Communiqué de presse LCI – Vendredi 27 février 2015

Fév 272015
 

Pascal Brunner l’animateur vedette de « Fa si La Chanter » et imitateur vient de nous quitter à l’âge de 51 ans des suites d’un cancer de la gorge qu’il combattait depuis de nombreuses années. C’est en juin 1995, lors de ma période de journalisme en presse écrite que j’ai pu ainsi rencontrer Pascal Brunner au top du succès.

france3

Pascal Brunner « Mélodie en équipe »

Interroger Pascal Brunner, c’est avant tout franchir deux, trois portes de bistros aux alentours de la Comédie Caumartin pour le choper. Rassurez-vous, je n’ai pas été obligé d’écumer plusieurs mousses. Lui, non plus. Juste un problème de coordination pour la prise de rendez-vous. Résultat des courses : je n’avais pas affaire, pour une fois, à un type qui se mettait en avant, sous prétexte que son nom soit en gros titre sur l’affiche. Lui, c’est l’esprit d’équipe. Il répondit en toute simplicité à l’ordre d’arrivée de mes questions.

A l’époque de « Yacapa » vous refusiez de faire une émission quotidienne à la Télé. « Fa si la chanter », vous l’avez accepté parce que l’actualité du monde du spectacle n’était pas en jeu chaque jour ?

P.B : J’ai accepté parce que le projet me séduisait. Cela me semblait tenir la route, c’est-à-dire s’asseoir sur une mécanique bien huilée, bien rôdée, avec un programme de chansons important, qu’on pouvait tenir au quotidien. Sinon, j’aurais refusé.

Au départ, votre métier d’imitateur courait un 100m; il fallait produire des efforts de voix sur une courte période. « Fa si la chanter », n’est-ce pas un exercice de décathlonien ?

P.B : C’est sûr que dans les périodes d’enregistrements de « Fa si la chanter », qui se font sur une semaine à 10 jours, avec cinq émissions par jour, c’est un peu du délire. On a la chance d’être dans une dynamique de succès, l’émission marche très fort. On ne sent pas la fatigue, l’énervement, il n’y a pas de saute d’humeur sur le plateau de la part des musiciens, de moi-même. Tout se passe bien.

Quand je parle de décathlon, j’entends par là que vous enchaînez une multitude de voix pendant l’émission.

J’ai arrêté de faire des voix de politique en période électorale, pour ne pas avoir de compte à rendre au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel). L’émission m’a permis d’imiter des voix de chanteurs que je ne faisais pas auparavant. Notamment Reggiani, que je ne pensais pas pouvoir faire. J’ai essayé en répétition. Le résultat était sympa.

Franchement, est-ce plus sympa de côtoyer les gens de tous les jours, grâce à « Fa si la chanter », que de recevoir une ribambelle d’artistes plus ou moins égocentriques qui viennent vendre leur paquet de lessive ?

P.B : C’est un peu exagéré. Ah ! Ah ! C’est bien de voir des candidats d’horizons différents. Sur le panel de gens que nous avons reçu sur le plateau de « Fa si la chanter » ça va du charcutier du coin à l’avocat, l’ingénieur, aux instits et beaucoup d’étudiants. Notre émission a déjà été « Premier jeu », toutes chaînes confondues, et tous âges. On touche tout le monde, même les plus réticents.

Que répondez-vous à vos détracteurs qui dénigrent votre métier d’animateur T.V., sous-entendu Pascal Brunner joue la facilité pour les poï ! poï ! ?

P.B : Je les laisse dire et puis on verra sur la longueur. Ce n’est pas mon problème. Ils ont du temps à perdre pour penser ça; moi je ne m’occupe pas de leur carrière, qu’ils ne s’intéressent pas à la mienne. La meilleure réponse que je puisse leur donner, c’est que je suis en tête avec « Fa si la chanter » et que mon nouveau spectacle marche très fort.

« Fa si la chanter » valorise-t-il la chanson en langue française, ou fait-il renaître certains tubes qui ont fait trois petits tours, et puis s’en vont ?

P.B : Sur les grands standards et les tubes qui font trois petits tours, et puis s’en vont, ce qu’on voulait dans « Fa si la chanter », c’était évoquer quelque chose à quelqu’un. Que ça soit un évènement dans sa vie, un souvenir. Et puis les tubes qui ont fait trois petits tours et puis s’en vont, on a quand même été les premiers à danser dessus en discothèque. Ce n’est pas gênant de rappeler 15-20 secondes de ses airs, même si les artistes ont fait une brève carrière. Ceci ne nous empêche pas de chanter « Les feuilles mortes » qui a fait la carrière qu’on sait.

Est-ce que TF1 vous a sollicité pour animer une émission similaire à « Fa si la chanter » ?

P.B : Similaire, non ! TF1 me proposait un « 20h30 » à partir de septembre. Je n’ai pas pu connaître le concept de l’émission, puisque ma réponse n’a pas été négative, mais du moins pas pour l’instant. Je tiens à aller jusqu’au bout de l’aventure avec l’équipe de « Fa si la chanter ». Et puis, le spectacle démarrait à la comédie Caumartin, et en plus, après j’ai une tournée.

Un grand retour au « Music Hall » en pleine campagne électorale, est-ce bien raisonnable ?

P.B : Ben, ouais ! Je crois que les gens apprécient. La plus belle récompense est de savoir que les gens sont heureux après une heure et demie de spectacle.

Vous tapez sur les hommes politiques par méchanceté ou par ironie ?

P.B : Je ne suis pas d’un naturel méchant, je répondrais par ironie. Ça me fait rire de voir ce qui se passe. Je suis comme tout le monde. Je lis l’actualité, j’écoute la radio, je regarde la télévision. L’autre jour j’ai entendu Dominique Voynet qui traitait Balladur de « faux-cul pincé », cela me fait hurler de rire.

Certaines personnes, dans la salle, s’étonnent de votre virulence à l’égard du monde politique. Est-ce à dire qu’à la télé, vous êtes du genre costard cravate, et qu’en scène, vous prenez le maquis ?

P.B : « Fa si la chanter » passe à une heure de grande écoute, et ce n’est pas le but de l’émission. Je n’ai pas à faire mon boulot d’imitateur. Je suis, avant tout, là pour faire l’animateur, le chanteur et l’imitateur au dernier degré. Sur scène, je peux donner libre cours à ce que j’ai envie de faire. Les gens, en sortant de là, ne peuvent pas savoir de quel côté je me situe. Il faut savoir que c’est un spectacle d’imitateur-persifleur. Il n’était pas question que je montre ce que je fais tous les soirs sur France 3. Jamais les téléspectateurs de « Fa si la chanter » ou d’autres émissions T.V., ont pu voir un extrait de mon spectacle. Je veux qu’ils découvrent pour la première fois mon show le soir, qu’ils viennent me voir.

Après le deuxième tour, vous allez être obligé de changer de programme. Est-ce que les promesses de réjouissance ne vont pas s’amenuiser au fil des semaines ?

P.B : Tout est prévu. Le spectacle a été monté de telle manière que les sketches sont intemporels. On réagira en fonction de l’actualité. Il y a derrière une équipe d’auteurs qui me facilite la tâche. Anne Roumanoff, Jacques Maillot, Gilbert Jouain et moi-même. Ainsi qu’Olivier Lejeune qui fait les brèves d’actualités.

Vous esquintez particulièrement « Jean-Marie Le Pen » dans votre spectacle. Ne vous a-t-on pas dit qu’il est politiquement incorrect de s’en prendre à un borgne ?

P.B : Ah ! Ah ! Il le montre plus maintenant. C’est pour ça que je lui mets une cagoule, comme ça on ne le voit pas. Non ! En tout cas, le spectacle n’est jamais vulgaire, il n’y a pas de grossièreté. Et en plus, je ne fais que dire ce qui se passe, ce qu’il fait.

Vous lui avez tout de même taillé un costard sur mesure.

P.B : Je crois que tout a été écrit sans favoritisme. On voit Jospin au confessionnal, posant des questions à Dieu (Mitterrand). Jacques Chirac à « Merdue de vue » devant Jacques Pradel, qui répond en demi teinte avec plein de subtilité. Le Pen crie haut et fort ce qui se passe. Et Balladur, habitué à l’ambiance des salons cossus, qui raconte à sa femme sa journée proche du peuple. On a voulu d’abord s’amuser.

Certains soirs, pouvez-vous faire un sondage, à savoir s’il y a plus de pro-Chirac, pro-Balladur, pro-Jospin ?

P.B : C’est arrivé ! Quand on a attaqué Chirac, j’ai entendu dans la salle : Doudou Président ! Non, les gens savent très bien que l’on va allumer tout le monde, mais sans méchanceté.

Que pensez-vous des artistes qui s’affichent, entre deux petits fours, dans les meetings politiques ?

P.B : On a la chance d’être dans une démocratie. Chacun fait ce qu’il veut. Moi, je ne suis pas pour. Je crois qu’un artiste doit faire avant tout son métier. Les gens sont assez grands pour se faire une idée de la politique. Lorsqu’un artiste soutient un homme politique, j’ose espérer que tous les gens qui viennent voir son spectacle vont voter pour l’intéressé. A la limite, c’est de la « promo » pour les deux. Et puis, il n’est pas interdit d’assister à une réunion pour se renseigner. Moi, je l’ai pas fait. J’étais trop occupé.

Mettre derrière vous un groupe de musiciens a pour but de secouer une salle sous coma Balladurien ?

P.B : Je ne crois pas.

C’est quand même une bonne recette de mettre des musiciens sur scène

P.B : Non ! Ceci permet de faire vivre des musiciens. J’aimerais bien que tous les artistes mettent des musiciens sur scène. Les spectacles seraient plus vivants.

On ne risque pas de vous confier le ministère de l’économie et des finances. Comment se fait-il que vous ne faites pas appel à une bande son ? Votre cachet ne s’en porterait pas plus mal.

P.B : Pour que mon cachet se porte mieux, j’aurais dû signer à TF1. L’argent, en ce qui me concerne, ce n’est pas le nerf de la guerre. Je veux gagner ma vie convenablement pour que ma femme, ma fille soient bien. Le reste, ce n’est pas grave… On a tout misé sur le spectacle pour que les gens ressortent contents.

Effectivement, lors de votre passage à la Comédie Caumartin à Paris, j’ai vu des gens danser à la fin du spectacle.

P.B : Je peux vous dire que des gens debout, ça déménage. C’est vrai que ça coûte plus cher. Mais être sur scène avec des musiciens, c’est plus dynamique et ça fout la pêche. Ils me suivent depuis quatre ans. Je n’allais pas leur dire, pour ma rentrée parisienne, qu’ils seraient remplacés par une bande son. Je n’en ai jamais eu l’idée.

Vous allumez Charles Aznavour, qui dit qu’il n’y a plus de talent dans la chanson française. C’est pas sympa de s’en prendre à un ex-investisseur Suisse ?

P.B : Ah ! Ah ! Ah ! Ce n’est pas une invention de ma part…J’ai été surpris quand Charles Aznavour a déclaré dans l’émission « Ligne de mire » qu’il était inquiet pour la relève. Qu’il n’y avait pas de grandes stars. J’ai donc fait un plaidoyer pour les anciens qui ont plus de cinquante ans (Aznavour, Hallyday, Mitchell). J’ai ensuite laissé la place aux jeunes (Bruel, Pagny) pour savoir ce qu’ils en pensent. Mon propos n’est pas méchant, mais montre simplement qu’avec la multiplication des médias, on fait une moins grande carrière qu’a l’époque des débuts de Hallyday, Mitchell.

Parlez-moi de Stéphane Roux. C’est un artiste au chômage qui vous a harcelé nuit et jour pour que vous lui fassiez une place sur scène, ou est-ce par souci humanitaire ?

P.B : Je l’ai rencontré deux ans auparavant, à l’occasion d’un gala pour les enfants malades de l’hôpital Necker. Entre parenthèses, je fais plein de galas pour les enfants inadaptés, les malades du sida etc…. Je ne montre pas ma gueule à la télévision pour dire que je le fais. Traiter ces sujets d’exclusion ne se résume pas à une soirée de deux heures d’émission. Je préfère faire dans l’ombre, mais au moins je le fais…. Stéphane Roux, ce jour-là, avait fait un numéro qui m’avait emballé. Au moment où j’ai écrit les textes avec Jacques Maillot, nous nous sommes dit qu’il serait bien que quelqu’un me donne la réplique dans certains sketches. Ceci permettrait de rebondir plus facilement, plutôt que d’avoir du monologue toute la soirée. J’ai rappelé Stéphane et le hasard a voulu que trois semaines avant, il monte un one man show pour lequel il avait besoin d’imitations. Je lui ai enregistré trois, quatre imitations. Je lui ai demandé s’il voulait venir sur scène avec moi. Il y a une grande complicité qui est née sur scène. Stéphane n’est pas un faire-valoir.

Phil Marso – Entretien publié dans la revue “100 Blagues” en juin 1995.

 

Fév 262015
 

Franck Ribéry : Piqué au vif !

Je n’ai pas peur des piqûres. Mais je ne souhaitais pas me faire injecter de la cortisone par le médecin français. Je sais que ce n’est pas bon. J’ai été touché, profondément touché par ce qui s’est passé, ce qui a été dit avant le Mondial. La France a été à la Coupe du monde grâce à moi. Mais tout est terminé, maintenant. Définitivement. Je ne lis plus la presse française, je ne regarde plus la télévision française…

Franck Ribéry – Bild – 26 février 2015

Fév 262015
 

Franck Ribéry : Passeport définitif en Allemagne

« Devenir allemand ? Pourquoi pas, explique le joueur du Bayern Munich. Je me sens bien ici, j’ai acheté une belle maison. On vit comme des Allemands, ça me plaît. »

Franck Ribéry – Bild – 26 février 2015

Fév 262015
 

Programme TV – Ligue Europa :  Dynamo de Kiev/ En Avant Guingamp

jeudi 26 février 2015 – W9 – 18h50

En Avant Guingamp 2 – 1 Dynamo de Kiev

L’En Avant Guingamp est reçu au Dynamo de Kiev pour ce match retour seizième de finale de la Ligue Europa. Le club breton dont on donnait pas cher de leur peau au début de la compétition européenne a fier allure.  Contrairement aux autres clubs de ligue 1 participant aux poules de la Ligue Europa, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont mouillé le maillot après un rocambolesque match aller qui s’est terminé à 9 avec deux cartons rouges côté ukrainien.

Guingamp affronte le Dynamo de Kiev qui est actuellement le club ayant la meilleure attaque et la meilleure défense dans le championnat ukrainien. Mais rien est impossible quand on a l’envie sur le terrain en Avant Guingamp !

Découvrez la composition des deux équipes…

Dynamo de Kiev

Chovkosi (cap) – Vida, D.Silva, Dragovic, Antunes – Ribalka, Bouyalski – Gusev, M.Veloso, Lens – Kravets.
***
En Avant Guingamp :
Lössl – Jacobsen, Angoua, Sorbon, Lévêque – Pied (ou S.Yatabaré), Mathis (cap), Sankharé, Giresse – Mandanne (ou S.Marveaux), Beauvue.

Résultats du parcours de En Avant Guingamp en Ligue Europa 2014 / 2015

Fiorentina 3 – 0 En Avant Guingamp

En Avant Guingamp – 0 – 2 Paok Salonique

Dynamo Minsk – 0 – 0 En Avant Guingamp

En Avant Guingamp 2 – 0 Dynamo Minsk

En Avant Guingamp 1 – 2 Fiorentina

Paok Salonique 1 – 2 En Avant Guingamp

En Avant Guingamp 2 – 1 Dynamo de Kiev

Phil Marso – Jeudi 26 février 2015

Fév 252015
 

Programme TV – Série Fiction : Chefs – Épisode 6

Mercredi 25 février 2015 – France 2 – 21h50

Série. Réalisée par Arnaud Malherbe. Sur une idée originale de Arnaud Malherbe et Marion Festraëts. Scénario de Arnaud Malherbe, Marion Festraëts, Yann Le Nivet, Claire Lemaréchal et Stéphanie Tchou-Cotta. Produit par Calt Production. Avec la participation de France Télévisions. Avec : Clovis Cornillac (le Chef), Romain Becker (Romain), Yann Gob (Yann), Anne Charrier (Delphine), Robin Renucci (M. Edouard), Annie Cordy (Léonie), Etienne Chicot (Walter), Joyce Bibring (Charlène), Zinedine Soualem (Karim), Woo Pho (Woo), Jean Bediebe (Souleimane), Laurent Menoret (JC) et Juliette (Angélique).

Aidé de Romain, qu’il utilise à son insu comme palais pour élaborer sa nouvelle carte, le Chef est revenu sur le devant de la scène culinaire. Mais ce n’est pas assez pour Delphine. Elle parvient à convaincre une éminente et mystérieuse critique anglo-saxonne de venir goûter la cuisine du restaurant. C’est ce moment que choisit M. Edouard, pour dévoiler à Romain la vérité sur ses parents : son père a volé les recettes de sa mère, provoquant leur rupture et la dépression de Jeanne…

Communiqué de Presse France 2 – 3 février 2015

Fév 252015
 

Programme TV – Série Fiction : Chefs – Épisode 5

Mercredi 25 février 2015 – France 2 – 20h50

Série. Réalisée par Arnaud Malherbe. Sur une idée originale de Arnaud Malherbe et Marion Festraëts. Scénario de Arnaud Malherbe, Marion Festraëts, Yann Le Nivet, Claire Lemaréchal et Stéphanie Tchou-Cotta. Produit par Calt Production. Avec la participation de France Télévisions. Avec : Clovis Cornillac (le Chef), Romain Becker (Romain), Yann Gob (Yann), Anne Charrier (Delphine), Robin Renucci (M. Edouard), Annie Cordy (Léonie), Etienne Chicot (Walter), Joyce Bibring (Charlène), Zinedine Soualem (Karim), Woo Pho (Woo), Jean Bediebe (Souleimane), Laurent Menoret (JC) et Juliette (Angélique).

La rivalité entre Romain et Yann est arrivée à son point de non-retour. Yann provoque Romain en duel culinaire, une pratique ancestrale pour régler les conflits dans une brigade : deux cuisiniers s’affrontent autour de la confection d’un menu, arbitré par un juge. Le gagnant obtient le respect de sa brigade, le perdant doit la quitter sur le champ pour ne plus jamais revenir. Romain accepte. Personne ne peut annuler ce duel, pas même le Chef. Au centre de cet affrontement, Charlène, prise entre son amour pour Romain et son addiction aux médicaments qui la lie à Yann. Le Chef se retire pour ne pas avoir à arbitrer ce duel entre son héritier spirituel et son fils biologique. Miné par son anosmie, il se met au vert où il tente de retrouver le goût et l’inspiration. Delphine le débusque et tente de le ramener en cuisine…

Communiqué de presse France 2 – 3 février 2015

Fév 252015
 

 Anne Charrier une Dame de Fer dans Chefs 

Mercredi 25 février 2015 – France 2 – 20h50

Anne Charrier incarne Delphine, une femme de tête aux décisions aussi tranchées que la coupe de ses tailleurs sophistiqués. Nommée par Monsieur Édouard directrice du restaurant Le Paris pour le sauver de la faillite, elle se trouve confrontée au Chef, hostile à sa présence comme à ses décisions.

Entre eux, ce sera quitte ou double.Qu’est-ce qui vous a séduite dans le personnage de Delphine ?

C’est une carriériste qui s’est faite toute seule. Elle a gravi un à un les échelons d’un monde presque exclusivement masculin pour enfin parvenir au poste de directrice. C’est l’aboutissement de sa carrière. Je n’avais encore jamais joué un rôle pareil. Cela m’amusait beaucoup d’interpréter cette femme sans foi ni loi, qui ne se laisse dominer par personne – au risque de s’en prendre finalement plein la tête.

Comment avez-vous travaillé son allure, sa posture, son phrasé ?

Il y a quelque chose de très droit et de très rigide chez elle. Ses tenues sont épurées, sa coiffure est soignée. Avec Arnaud Malherbe, nous avons aussi insisté sur le panache du personnage. Comme le dit le Chef, lorsqu’elle entre dans une pièce, on sait immédiatement qu’elle est là. Il était donc primordial que sa présence ne puisse être confondue avec aucune autre.

Arnaud Malherbe et Marion Festraëts dépeignent son côté pète-sec et un peu bulldozer…

La brigade de cuisine correspond à des codes militaires. Delphine est là pour donner des ordres, qui doivent être exécutés – point. Il n’y a pas de place pour l’empathie ou pour l’écoute, elle ne s’embarrasse guère de sentiments.

Pourtant, elle présente aussi des failles : à certains moments, elle semble baisser la garde pour laisser entrevoir autre chose d’elle…

Elle est décontenancée par le Chef, par la manière dont ça se passe entre eux. Ses coups de gueule n’ont aucune incidence sur lui ni même sur sa brigade, dont elle comprend qu’il est l’unique capitaine. Elle se retrouve pour la première fois confrontée à des personnes qui ne répondent pas à ses codes, que sont l’argent et le business. Elle est aussi à une période de sa vie où l’attirance qu’elle ressent pour le Chef la trouble. En sortant de sa zone de confort, elle dévoile des fêlures. Chacun des personnages de cette série en a. J’ai beaucoup aimé l’écriture de Marion et Arnaud, qui laissait à chacun d’entre nous et au téléspectateur la possibilité d’en imaginer les raisons et de construire sa propre histoire.

Pourriez-vous décrire la nature des rapports qu’elle entretient avec Monsieur Édouard et avec le Chef ?

Monsieur Édouard, qu’elle admire et connaît depuis longtemps, est probablement son pygmalion. Elle a beau être lucide sur sa manière de fonctionner, elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit à ce point sournois et manipulateur. Manipulatrice, elle sait l’être aussi ; pour autant, elle n’aurait jamais imaginé que leur collaboration prenne cette tournure, qu’il aille jusqu’à lui mettre des bâtons dans les roues. Sans même s’en rendre compte, cette histoire de restaurant signe la fin de leur relation. Avec le Chef, c’est son cerveau reptilien qui parle. Elle tente de contenir ce qu’elle ressent, ce qu’il provoque en elle. En vain.

Et vis-à-vis de la brigade, quels sont ses sentiments ?

Elle connaît leurs compétences, leur grade mais, individuellement, ils ne l’intéressent pas. Je m’étais même raconté qu’elle ignorait jusqu’à leur nom, se contentant de les appeler « machin, machine ». Ils ne sont, à ses yeux, que des petites gens qui mettent les mains dans le cambouis. Elle se croit au-dessus de ça. Il faut que Monsieur Édouard lui pose des questions sur l’un d’eux pour qu’elle y trouve de l’intérêt. En cela, son comportement est à l’opposé de celui du Chef, plus attentif au sort de ses troupes.

Comment décrire son caractère ? Son mode de fonctionnement ?

Delphine, je l’imagine habiter un appartement où tout est propre, net. Sa vie est extrêmement balisée, cloisonnée, pensée. Tout tourne autour de son travail, pour lequel elle n’admet aucune forme de résistance – quitte à écraser quiconque se risquerait à lui faire obstacle. Le reste l’indiffère, même les hommes l’ennuient. C’est une misanthrope. Je pense qu’elle se croit plus forte qu’elle ne l’est en réalité. Elle s’imagine pouvoir passer en force en toute circonstance. Mais, quand la force ne suffit pas, elle se trouve désemparée. Là, au contact du Chef, c’est comme si son coeur s’ouvrait malgré elle… avec des ratés quand même ! Il y a quelque chose qui la dépasse, qui devient hors de contrôle dès qu’elle pénètre dans le monde du Chef. À travers eux, on retrouve l’archétype de ces personnes mal assorties qui ne parviennent pas à contenir leur attirance l’une pour l’autre. Un jeu du chat et de la souris sur lequel reposent beaucoup de comédies américaines, comme entre Kathleen Turner et Michael Douglas dans À la poursuite du diamant vert. Pour Arnaud et Marion, c’était le genre de référence à suivre.

Avez-vous, comme les autres comédiens, pris des cours de cuisine ?

Pas de cours de cuisine, mais une formation, oui. Nous avons tous été conviés au restaurant Manger par le chef David Toutain, conseiller sur la série. Outre la visite des lieux, la présentation de chaque poste, il a pris le temps de nous expliquer individuellement les spécificités de nos rôles. Dans l’histoire, puisqu’il n’y a plus d’argent, Delphine doit surveiller les pertes et, pour cela, connaître les stocks et aussi le contenu des poubelles. Elle est là pour remettre le restaurant à flot.

Quelles impressions gardez-vous du tournage ?

Arnaud est quelqu’un d’exigeant, ce qui ne l’empêche nullement d’être ouvert à la discussion. C’est très agréable de travailler avec des gens qui signent aussi les scénarios : ça évite les réinterprétations hasardeuses. J’ai été bluffée par l’univers qu’Arnaud et Marion ont su créer, l’aspect parfois très décalé, presque fantaisiste, qu’ils ont amené dans cette série. C’est assez novateur en télévision.

Propos recueillis par Clotilde Ruel
A retenir :


En fin d’année 2014, Anne Charrier a participé au tournage de L’Entreprise de Sébastien Deux, adaptée de la pièce éponyme de Pierre Palmade. A ses côtés, on retrouve Pierre Palmade et sa troupe (Alexis Cadrot, Guillaume Clerice, Julien Ratel, Joffrey Platel, Anne-Elisabeth Blateau et Sarah Suco). Un téléfilm à découvrir prochainement sur France 3.


Jusqu’au 4 février, elle tourne Jamais sans ma mère, le deuxième épisode de la série Marjorie (pour France 2), dans laquelle elle interprète le personnage principale. Elle y retrouve Valérie Karsenti, qui fut l’une de ses partenaires dans La Chambre froide ; une pièce mise en scène par Sally Micaleff.

Communiqué de presse France 2 – 3 février 2015


Fév 252015
 
 » PERSON OF INTEREST  »
RÉPONDEZ A L’APPEL DE LA MACHINE MARDI 3 MARS A 19H19 !
DÉCROCHEZ ET APPARAISSEZ DANS UN ÉPISODE DE LA SÉRIE !tf1

#POIcall 
 
 
 
Le mardi 10 mars à 20:55, TF1 diffusera le final de la 3e saison inédite de la série événement Person of Interest. A cette occasion, MYTF1 propose un dispositif transmedia exceptionnel, permettant aux téléspectateurs de vivre une expérience inédite et d’apparaître dans un épisode !
 
Rennes, Paris, Marseille, Lille, Lyon, Brest, Dijon, Clermont-Ferrand … Tenez-vous prêts !
Dans la série, la Machine utilise le réseau des télécoms pour entrer en contact avec les personnages et leur délivrer des messages codés afin de les aider dans leur enquête. MYTF1 propose aux fans de se mettre dans la peau des protagonistes en interceptant l’appel de la Machine. Tenez-vous prêts car elle fera sonner des mobiles et des cabines téléphoniques partout en France, le même jour, à la même heure ! Au bout du fil, les téléspectateurs écouteront un message codé qu’ils devront déchiffrer et saisir sur MYTF1 pour avoir la chance de faire une apparition dans un épisode et des smartphones. Rendez-vous le mardi 3 mars à 19h19 !
 
Êtes-vous prêts à vivre l’expérience #POIcall ?
Inscrivez-vous dès maintenant sur MYTF1 pour recevoir l’appel de la Machine, soyez attentifs et vous apparaîtrez peut-être dans un épisode de Person of Interest !Découvrez également l’opération sur mobile et tablette en cliquant ici
Fév 252015
 

Programme TV – Ligue des Champions : Arsenal / Monaco

Mercredi 25 février 2015 – Bein Sport 1 – 20h45

Résultat : Arsenal FC 1 – 3 AS Monaco

Ce soir, la suite de la ligue des Champions des quart de finale avec une belle affiche au programme : Arsenal / Monaco. Les monégasques avaient fort agréablement séduits lors des poules qualificatives :

AS Monaco 1 – 0 Bayer Leverkusen

Zénith Saint-Pétersbourg 0 – 0 AS Monaco

AS Monaco 0 – 0 Benfica Lisbonne

Benfica Lisbonne 1 – 0 AS Monaco

Bayer Leverkusen 0 – 1 AS Monaco

A.S Monaco 2 – 0 Zénith Saint-Pétersbourg

Souhaitons que les monégasques disputent ce match avec le même panache et viennent déjouer les pronostics.

Le match est diffusé Bein Sport 1 :

Si vous n’êtes pas abonné, il y a une autre alternative en streaming sur internet :

http://freefoot.fr/

Fév 252015
 

François Hollande : fait de la division sarkoziste tout craché !

Le Président de la République François Hollande à l’occasion du dîner du Crif a utilisé le mot « Français de souche » pour qualifier les auteurs de la profanation d’un cimetière juif de Sarre-Union.

Pour ceux qui m’ont écouté lundi soir, il n’y avait pas de doute à avoir, je me suis distingué de cette expression justement pour faire en sorte de bien comprendre à quoi on a affaire.

Je fais en sorte de rassembler les Français, de les réunir, qu’il n’y ait aucun doute sur notre volonté commune lutter ensemble contre le racisme et les discriminations.

C’est l’esprit du 11 janvier qui doit à chaque fois nous élever, au-delà de mots qui peuvent être utilisés et qui parfois, on l’a vu, peuvent créer d’inutiles polémiques.

François Hollande – Conférence de presse Mardi 24 février 2015

Fév 252015
 

Peplum : Une audience en trompe l’œil avec 3.604.000 personnes – M6

Hier soir, M6 diffusait une nouvelle série « Péplum » avec notamment Jonathan Lambert tentant de surfer sur le succès de Kaamelott. Le score de l’audience est en trompe l’œil vu le tapage médiatique qui a été fait autour de cette nouvelle série décrivant la décadence de Rome. Si l’on en juge par le réseau Twitter, les critiques sont tombées comme averse. Personnellement, j’ai zappé dès l’arrivé de la première séquence de pub.

« Peplum » La nouvelle série française a enregistré 3.604.000 personnes, soit 14,3 % du public.

Phil Marso – Citationpeople.com – 25 février 2015

 

Fév 252015
 

Mémona Hintermann : La couleur de peau est-elle une compétence requise à la télé ?

«Les télévisions ont peur que montrer des Noirs et des Arabes dans des rôles importants n’éloignent les téléspectateurs»

« Année après année, on se rend compte que ça bouge très lentement sur la représentation des minorités, notamment des Noirs et des Arabes. Quand on les voit, ils sont quoi? Ils sont délinquants »

Mémona Hintermann Mercredi 25 février 2015 – Membre du C.S.A

Fév 252015
 

Jonathan Lambert se prend le tapis dans l’arène de l’audimat ?

A propos de Peplum :

C’est un peu comme quand on est gamin et qu’on va à l’anniversaire d’un copain. On « joue aux Romains ». C’est très régressif comme exercice.

Jonathan Lambert – Pure Média – 24 février 2015

Fév 242015
 

SECTION DE RECHERCHES
SAISON 9

LE 100EME ÉPISODE DE LA SERIE CLÔTURERA CETTE  SAISON

JEUDI 19 MARS A 20H55

 

Une série policière de 12*52′
Directrice de collection : Dominique Lancelot

Avec :
Xavier Deluc (Martin Bernier), Franck Sémonin (Lucas Auriol), 
Chrystelle Labaude (Nadia Angeli), Manon Azem (Sara Casanova),
Valérie Kaprisky (Laura Belmont), Stéphane Soo Mongo (Alex),
Julie Bernard (Juliette Delage), Félicité Chaton (Vicky)

Une production AUTEURS ASSOCIÉS avec la participation de TF1
 

100EME EPISODE – INEDIT

« Secrets et mensonges »

Nadia est réveillée par des bruits au rez-de-chaussée… Personne en vue. Léo tente de la rassurer mais Nadia reste fébrile. Le lendemain, coup de fil à la SR : le corps de Nadia a été retrouvé chez elle, tuée par balle à bout portant. L’équipe est sous le choc. Que s’est-il passé ?

Communiqué de presse TF1 – Mardi 24 février 2015