Déc 062015
 

Bureaudevote.fr vous propose les professions de foi des Régionales 2015 du Nord Pas-de-Calais Picardie.

Dimanche 6 décembre 2015 – 1er tour

Dimanche 13 décembre 2015 – 2ème tour

 

« L’Humain d’abord » – Roussel Fabien – (FG, PS, PCF)

« Une région fière et enracinée » – Marine Le Pen – (Front National)

« Faire entendre le camp des travailleurs » – Eric  Pecqueur (Lutte Ouvrière)

« Le parti qui monte malgré le silence des médias » – Éric Mascaro  (UPR)

« Pour vous » – Pierre de Saintignon

« Notre Région au travail » – Xavier Bertrand (Républicains / UDI)

« Debout la France » Jean-Philippe Tanguy (DLF)

« Nous citoyens » – Sylvain Blondel

« Le rassemblement ! Choisir une région citoyenne, écologique et solidaire » – Sandrine Rousseau (EELV)

Nov 172015
 

Communiqué de presse NPA : l’État d’urgence permanent ?

Hollande vient de terminer son discours  devant le congrès réunit en urgence après les attentats de vendredi soir à Paris et Saint-Denis. Pendant 45 minutes, il a développé une politique du tout sécuritaire, de restrictions des droits démocratiques et de va-t-en-guerre. Il propose  ainsi de prolonger et d’amplifier ce qui n’a pas marché. En proposant par exemple une coalition avec Obama et Poutine pour amplifier les bombardements en Syrie.

Dans le même temps au niveau national, il propose de prolonger et d’amplifier, l’état d’urgence durant trois mois puis de le normaliser et de le banaliser en proposant une révision de la Constitution. Reprenant à son compte, dans l’esprit de l’union nationale, les propositions de la droite et de l’extrême droite, il propose la déchéance de nationalité, des expulsions plus rapides et plus expéditives et enfin sous couvert de légitime défense, il banalise le libre usage des armes par la police. Il amplifie le tout sécuritaire avec le recrutement de 5000 policiers et gendarmes en deux ans, et propose la mise en place d’une garde nationale de réservistes.

Aucune de ces mesures ne seront efficaces pour lutter contre l’embrigadement de jeunes par Daech parce qu’elles font l’impasse sur la responsabilité de l’impérialisme notamment français, parce qu’elles tournent le dos à toute politique sociale notamment dans les quartiers populaires.

A l’inverse, la lutte contre le racisme et les discriminations, la solidarité, l’égalité sociale doivent se manifester massivement ; L’Etat d’urgence vise aussi à empêcher cela et il doit être levé.

Montreuil, le 16 novembre 2015

Juil 052015
 

Non à la dictature de l’austérité !

Décidément, gouvernements et institutions de l’Union européenne détestent la démocratie. Il y a dix ans, ils ont pu compter sur les dirigeants politiques français pour effacer un Non populaire à la Constitution européenne. Depuis le 25 janvier 2015 et la victoire électorale de Syriza en Grèce, la troïka UE-BCE-FMI use d’une brutalité inouïe pour faire capituler le gouvernement Tsipras, pour que le choix populaire d’en finir avec l’austérité soit bafoué. Pour eux, il s’agit de jeter dans les poubelles de l’histoire européenne toute souveraineté autre que technocratique et néolibérale, toute perspective de progrès social. Avec l’annonce vendredi 26 juin par Alexis Tsipras d’un référendum pour refuser un nouveau mémorandum dans la continuité de ceux qui ont ruiné la Grèce depuis 6 ans, les mêmes hurlent à la rupture unilatérale des « négociations ».
La fermeture des banques, organisée et imposée par la BCE, montre que cette Europe est une machine de guerre contre les peuples, et qu’il est impossible de se fier à eux, ni au dirigeants politiques comme Hollande. Alors, contre l’Europe des riches, des nantis de l’austérité, et de la peur, mobilisons-nous en Grèce et partout en Europe pour un Non qui soit l’expression de l’Europe des travailleurs et des travailleuses, des jeunes et des retraitées !

Face à cette situation, les institutions capitalistes ne restent pas l’arme au pied en attendant le verdict populaire. Leur objectif est politique : elles redoutent comme la peste toute contagion grecque dans d’autres pays de l’Union européenne, à commencer par l’État espagnol. Et en ce moment, elles sont engagées dans un véritable coup d’État financier.

Elles usent et abusent aussi d’une véritable terreur idéologique : il n’y a pas d’autre politique que la nôtre, si vous ne vous inclinez pas devant elle, ce sera la catastrophe pour vous… Et qu’importe si en Grèce, la catastrophe est déjà là… et à cause de cette politique. Les éditorialistes, dont certains se disent de gauche, stigmatisent ces Grecs qui refusent les sacrifices, alors que les autres peuples de la périphérie européenne accepteraient ceux-ci avec lucidité. La réalité, c’est que, bien à l’abri derrière leurs privilèges, ces membres de la « casta » comme dit Podemos en Espagne, militent pour les sacrifices des autres… et d’abord des pauvres. que cette Europe est une machine de guerre contre les peuples, et qu’il est impossible de se fier à eux, ni au dirigeants politiques comme Hollande. Alors, contre l’Europe des riches, des nantis de l’austérité, et de la peur, mobilisons-nous en Grèce et partout en Europe pour un Non qui soit l’expression de l’Europe des salarié(e)s, des chômeur(se)s, des précaires, des jeunes et des retraité(e)s !

Jean-Guy Trintignac pour le NPA 71
Mar 212015
 

Bureaudevote.fr vous donne la liste des candidats de l’Aisne (02) pour les élections départementale 2015 qui ont lieu le dimanche 22 mars 2015 (1er tour) et le dimanche 29 mars 2015 (2ème tour). Attention : Pour le deuxième tour des Élections Départementales 2015, le dimanche 29 mars, nous passerons à l’heure d’été. Il faudra avancer sa montre d’une heure !!! Même si en 2015, de nombreux électeurs, électrices disposent d’un téléphone portable, smartphone qui prennent en compte automatiquement l’heure d’été.

BOHAIN-EN-VERMANDOIS :

FN : Hélène Grandsire – Eric Grégoire

PS-PCF : Michel Collet – Monique Sébastijan

UMP-divers : Lydie Fillion – Philippe Ricour

CHÂTEAU-THIERRY :

PRG-PS : Bruno Beauvois – Michèle Fuselier

FN : Marie-France Molard – Dominique Padieu

Divers-UDI : Patricia Lemistre – Dominique Moyse

Verts-PCF : Claude Fillion – Marie-Ange Layer

Lutte ouvrière : Abdel-Nour Choufa – Sylvie Géret

CHAUNY :

FN : Véronique Agoutin – Sébastien Moreau

PCF-Front de Gauche : Jean-Luc Lanouilh – Fabienne Marchionni

Divers : Valérie Bionaz-Dufeux – Rémi Dazin

ESSOMES-SUR-MARNE :

Divers gauche-divers : Georges Fourré – Anne Maricot

FN : Stéphane Muller – Andrée Orengo

Centre droit-UMP : Elisabeth Clobourse – Eric Mangin

Verts : Valérie Dervin-Froidefond – Marc-Hervé Rey

FERE-EN-TARDENOIS :

FN : Mireille Chevet – Romain Lepage

Divers-U MP : Carole Deruy – François Rampelberg

Divers-UDI : Martine Olivier – Ernest Templier

Divers gauche : Jean-Pierre Dequaire – Marie-Jeanne Potin

GUIGNICOURT :

FN : Simone Agoutin – Jean-Marc Moitié

Divers : Philippe Timmerman – Bernadette Vannobel

Divers-PS : Martine Bricot – Pierre-Marie Lebée

PCF : Julien Dalpayrat – Monique Foulard-Regnart

GUISE :

PS : Thierry Thomas – Monique Walton

FN : Armand Pollet – Marion Saillard

Divers droite : Olivier Cambraye – Anne-Marie Leviel

HIRSON :

PCF-PS : Ginette Devaux – Jean-Jacques Thomas

FN : Anne-Marie Fournier – Claude Mouflard

UDI-UMP : Morgane Devigne – Yannick Noé

Divers : Pierre-Louis Devoitinne – Marie-Edith Leurquin

LAON 1 :

FN : Jean-Marc Dumesnil – Mireille Koenig

PS-Divers gauche : Fawaz Karimet – Annie Tujek

Divers droite : Sylvie Letot – Nicolas Rohat

PCF : Yan Ruder – Françoise Seillier

LAON 2 :

PS-Les Verts : Thierry Delerot – Brigitte Fournié-Turquin

FN : Christian Bernard – Véronique Vasseur

Divers-UMP : Jean-Pierre Mouchet – Marie Soller

PCF : Marjorie Sauvez-Cliquot – Michel Seillier

UDI : Aude Bono – Eric Hélin

MARLE :

FN : Romain Dumand – Marie-Jeanne Parfait

PS-Divers gauche : Yves Daudigny – Christelle Poette

Divers-divers droite : Isabelle Ittelet – Pierre-Jean Verzelen

RIBEMONT :

FN : Christelle Lahire – Vincent Rousseau

Divers gauche : Florence Bonnard Trévisan – Michel Potelet

UMP : Julien Dive – Orane Gobert

SAINT-QUENTIN 1 :

PCF : Corinne Bécourt – Gauthier Ducos

PS-Divers gauche : Jean-Pierre Lançon – Valérie Minouflet

FN : Christine Ledoray – Benoît Saillard

UMP : Colette Blériot – Jean-Pierre Boniface

SAINT-QUENTIN 2 :

PCF : Suzanne Barbaux – Olivier Tournay

FN : Kévin Berdal – Sylvie Saillard

UMP : Thomas Dudebout – Pascale Gruny

SAINT-QUENTIN 3 :

FN : Florian Demarcq – Edwige Gautier

PCF : Michèle Gabert – Aurélien Jan

PS-Divers gauche : Carole Berlemont – Jean-Claude Cappèle

Front de gauche : Philippe Barrère – Isabelle Lesur

UMP : Jocelyne Dogna – Freddy Grzeziczak

SOISSONS 1 :

FN : Emmanuel Chassagnoux – Véronique Hallez

PS-Verts : Jean-Pierre Corneille – Stéphanie Lebée-Delattre

UDI : Françoise Champenois – Pascal Tordeux

SOISSONS 2 :

FN : Louis-Marie Beauvais – Carole Manable

PCF : Karine Moreira – Serge Vallée

UMP-Divers droite : Isabelle Letrillart – Frédéric Vanier

TERGNIER :

FN : Danielle Deguin-Dawson – Jean-Louis Roux

PCF-Divers : Michel Carreau – Caroline Varlet

Divers gauche : Graziella Basile – Mathieu Frédéric

Divers-UMP : Anne Compère-Cerf – Michel Degoux

VERVINS :

FN : Francis Duroit – Valérie Thonnon-Duez

Front de gauche-PCF : Françoise Devaux – Régis Lecoyer

Divers-UMP : Marie-Claude Didier – Frédéric Meura

PS : Guy Le Provost – Claudile Mathieu

Divers-UDI : Marie-Françoise Bertrand – Nicolas Fricoteaux

VIC-SUR-AISNE :

FN : Marie-Christine Gilliot – Noël Lecoultre

PCF-PS : Jean-Claude Dumont – Chantal Mouny

VILLERS-COTTERETS :

UMP : André Rigaud – Isabelle Vasseur

FN : Franck Briffaut – Martine Pigoni

PCF-Front de gauche – Verts : Christiane Dufour – Daniel Gertenot

Divers-UDI : Danièle Fontaine – Michel Laviolette

Source : Bureaudevote.fr

Mar 212015
 

Bureaudevote.fr vous donne la liste des candidats de la Corrèze pour les élections départementale 2015 qui ont lieu le dimanche 22 mars 2015 (1er tour) et le dimanche 29 mars 2015 (2ème tour). Attention : Pour le deuxième tour des Élections Départementales 2015, le dimanche 29 mars, nous passerons à l’heure d’été. Il faudra avancer sa montre d’une heure !!! Même si en 2015, de nombreux électeurs, électrices disposent d’un téléphone portable, smartphone qui prennent en compte automatiquement l’heure d’été.

Allassac :

PS. Gilbert Fronty, Michèle Reliat.

Corrèze demain. Geneviève Andrieu, Didier Marsaleix.

Pour une alternative à gauche. Régine Delord, Laurent Duplessis.

Argentat :

Corrèze demain. Laurence Dumas, Jean-Claude Leygnac.

PS. Annie Reynier, Jean-Basile Sallard.

Pour une alternative à gauche. Annette Fournier-Tinel, Jean-Pierre Lechat.

Brive 1 :

Corrèze demain. Jean-Marc Comas, Valérie Taurisson.

PS. Michel Da Cunha, Hayat Tamimi.

Pour une alternative à gauche. Claude Goumy, Véronique Seillé.

FN. Nicole Blazquez, Daniel Ponthier.

Brive 2 :

Corrèze demain. Francis Colasson, Lilith Pittman.

Pour une alternative à gauche. Bertrand Daviot, Denise Veau-Lachaud.

PS. Adem Ersoy, Marion Leyssenne ; Jean-Michel Peytavit, Elodie Meneyrol. 

FN. Stéphanie Arènes, Antoine d’Aguanno.

Brive 3 :

Corrèze demain. Sandrine Maurin, Gérard Soler.

FN. Nelly Brun, José Dinucci.

Soutenus par le PS. Nicole Chaumont, Jean-Claude Chauvignat.

Pour une alternative à gauche. Daniel Freygefond, Line-Rose Mazaudoux.

Brive 4 :

Corrèze demain. Najat Deldouli, Franck Peyret.

Pour une alternative à gauche. Fabienne Cassagnes, Alain Vacher.

PS. Patricia Broussolle, Jean-Jacques Thomas.

Egletons :

Divers gauche. Daniel Dumas, Marie-Laure Suau.

Corrèze demain. Agnès Audeguil, Jean-Marie Taguet.

Pour une alternative à gauche. Élisabeth Jacq-Ceugnart, Michel Le Roux.

Haute-Dordogne :

Corrèze demain. Danielle Coulaud, Jean Stöhr.

Pour une alternative à gauche. Amandine Dewaele, Luc Le Caloch.

PS. Dominique Miermont, Jean-Michel Taudin.

Malemort-sur-Corrèze :

Corrèze demain. Frédérique Meunier, Gilbert Rouhaud.

PS. Sylvie De Carvalho-Peyrout, Jacques Desjardins.

Pour une alternative à gauche. Bernard Crouzevialle, Mumine Ozsöy.

Midi corrézien :

PS. Sylvie Jayle, Bertrand Rivière.

Corrèze demain. Pascal Coste, Ghislaine Dubost.

FN. Sébastien Colpin, Frédérique Lannaud.

Pour une alternative à gauche. Gérard Bavant, Claude Maupertuy.

Naves :

Corrèze demain. Magali Dubois, Christophe Jerretie.

Pour une alternative à gauche. Bernard Jauvion, Murriel Padovani-Lorioux.

PS. Émilie Boucheteil, Jean-Claude Peyramard.

Plateau de Millevaches :

Corrèze demain. Christophe Petit, Nelly Simandoux.

Soutenus par le PS. Pierre Coutaud, Fabienne Garnerin.

Pour une alternative à gauche. Marie-Rose Bourneil, Jean-Louis Faure.

FN. Sébastien Pialeport, Marie Chassaing.

Saint-Pantaléon-de-Larche :

Corrèze demain. Jean-Jacques Delpech, Nicole Taurisson.

FN. Stéphane Rumebe, Sylvie Verdier.

PS. Isabelle David, Guy Roques.

Pour une alternative à gauche. Gérard Caleix, Catherine Merlin.

Sainte-Fortunade :

Corrèze demain. Xavier Durand, Gisèle Graffouillère.

Pour une alternative à gauche. Roger Colin, Martine Viellefond.

PS. Roger Chassagnard, Stéphanie Vallée-Prévôté.

Seilhac-Monédières :

Corrèze demain. Jean-Jacques Lauga, Hélène Rome.

Pour une alternative à gauche. Sophie Bezeau, Marc Géraudie.

PS. Josette Gorce-Moulu, Noël Martinie.

Tulle :

Corrèze demain. Raphaël Chaumeil, Nathalie Thyssier.

FN. Marie-Noëlle Chaumeil, Frédéric Pialeport.

PS. Bernard Combes, Annick Taysse.

Pour une alternative à gauche. Roger Laval, Véronique Momenteau.

Ussel :

FN. Jérôme Bournazel, Sandra Miuzzo.

PS. Yoan Cronnier, Marie-Hélène Pommier.

Pour une alternative à gauche. Gilles Chazal, Patricia Tillet.

Corrèze demain. Christophe Arfeuillère, Marilou Padilla-Ratelade.

Uzerche :

Corrèze demain. Francis Comby, Annie Queyrel-Peyramaure.

Pour une alternative à gauche. Julie Deves, David Martinez.

PS. Francine Pusset, Bernard Roux.

FN. Patrick Martel, Agnès Gollinucci.

Yssandonnais :

Corrèze demain. Didier Decemme, Nicole Poulverel.

Pour une alternative à gauche. Ghislaine Bordas, Jean-Marc Vareille.

PS. Pascale Boissieras, Gérard Bonnet.

Source : Bureaudevote.fr

Jan 112015
 

Pour la liberté d’expression et contre l’union sacrée

Le carnage perpétré au siège de Charlie Hebdo a suscité une vague d’indignation et de colère parfaitement légitime que nous partageons. Nous condamnons sans réserve ce massacre qui vise à semer la terreur et à réduire au silence des journalistes qui défendaient la liberté d’expression. Nous condamnons avec la même détermination la violence antisémite meurtrière qui s’est déchaînée contre les client-es du supermarché casher de la porte de Vincennes.

Nos pensées vont tout d’abord aux proches des victimes et nous leur exprimons tout notre soutien.

Tout laisse à penser que cette attaque est l’œuvre de fascistes religieux qui rêvent d’imposer leurs illusions mortifères à la société. Nous devons être très clairs en dénonçant sans réserve ce fanatisme. Nous combattons tous les fascismes, qu’ils prospèrent sur fond de nationalisme ou d’obscurantisme, et quels qu’en soient les guides ou les prophètes.

Ils veulent terroriser, provoquer délibérément l’horreur et la peur, créer une situation de tension extrême. En celà ils sont parfaitement complices du FN et de l’extrême droite.

Et comme nous le redoutions, nous constatons dès à présent que cette tuerie sert de prétexte pour alimenter les discours racistes et justifier des attaques contre des lieux de culte musulmans. Nous entendons déjà les scribouillards réactionnaires et les politiciens opportunistes reprendre en boucle la théorie fumeuse du « choc des civilisations » et profiter de cet événement pour renouveler leurs charges contre les immigré-es, les étranger-es, les musulman-es.

Nous ne sommes pas moins choqués de la récupération politique en particulier par le gouvernement Hollande. L’appel à « l’unité nationale » n’est rien de moins qu’une vaste opération de confusion visant à justifier :

les interventions militaires de la France en Irak, au Mali, en Centrafrique. Le but premier de ces interventions étaient de protéger les intérêts impérialistes des entreprises françaises dans ces régions et les dictateurs en place, pas de combattre le djihadisme, que la France n’a pas hésité à armer dans d’autres situations

une nouvelle offensive liberticide. Comme après le 11 septembre 2001, les gouvernements en place vont sous couvert d’antiterrorisme imposer de nouveaux dispositifs de fichages, qui ont montré depuis qu’ils étaient majoritairement utilisés contre les militants politiques et syndicaux.

la politique antisociale du gouvernement. En surfant sur le choc émotionnel qui nous touche toutes et tous, Valls et Hollande entendent bien faire passer au second plan leur politique austéritaire, en particulier le projet de loi Macron, qui sera présenté à l’Assemblée nationale fin janvier et prévoie son nouveau lot de remises en cause des moyens de défense des salarié-e-s (prud’hommes, inspection du travail…), de facilitation des licenciements, de banalisation et de baisse de la rémunération du travail de nuit et du dimanche.

Plus généralement, parmi les forces politiques qui s’indignent aujourd’hui, bon nombre sont en grande partie responsables du climat délétère de par leur stigmatisation des travailleurs-ses immigré-e-s et de leurs enfants, en particulier lorsqu’ils sont supposés musulmans.

Cette récupération est d’autant plus indigne que les journalistes de Charlie Hebdo assassinés n’hésitaient pas à condamner les politiques des Hollande, Sarkozy ou Le Pen. S’il avait fallu écouter le PS et l’UMP, le FN aurait dû être invité à leur « marche républicaine » de dimanche. Qu’auraient pensé de tout cela les journalistes assassinés?  

Nous regrettons la transformation de la manifestation de dimanche prochain, initiée par les organisations antiracistes, en une « marche républicaine » dont Valls se voudrait l’organisateur et où Sarkozy défilera. Farouches opposants de « l’unité nationale » pour les raisons décrites plus haut, nous ne participerons pas à cette marche. Il est de toute première urgence que celles et ceux qui sont révolté-e-s par cet attentat fasciste et refusent de défiler derrière Sarkozy et Valls, qui veulent résister au racisme et combattre les discriminations, qui s’opposent aux politiques sécuritaires et liberticides se regroupent et reprennent l’offensive.

Paris, le 10 janvier 2015

Signataires : Alternative libertaire, Mouvement des Objecteurs de Croissance, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste des Ouvriers de France

Source : NPA

Juin 032014
 

Sosmanif.info vous informe d’une manif antifaciste a lieu le Samedi 7 juin 2014, Place de la Bastille à 14h.

 

Une manifestation pour honorée la mémoire de Clément Méric,  jeune militant d’extrême gauche tué lors d’une bagarre avec des jeunes d’extrême droite et rester vigilant face à la montée du Front Nationale aux dernières élections présidentielles.

D’autres manifestations auront lieux dans plusieurs villes de province :

Angers : samedi 7 juin – 15h – place Imbach/devant la Bourse du travail

Auch : samedi 7 juin – 10h30 – place de la Libération

Avignon/Le Pontet : samedi 7 juin – 14h30 – devant la mairie du Pontet

Berlin : dimanche 8 juin – 15h – Schönhauser Allee 26A

Besançon : jeudi 5 juin – 18h – place du 8 septembre

Bollène : jeudi 5 juin – 18h – devant la maison des Communistes

Bordeaux : jeudi 5 juin – 18h30 – place Jean Moulin

Clermont-Ferrand : samedi 7 juin – 14h – place de la Victoire

Dijon : samedi 7 juin – 14h – place de la Libération

Digne-les-Bains : samedi 7 juin – 11h – place du marché

Freiburg : jeudi 5 juin – 18h – Bertoldsbrunnen

La Roche-sur-Yon : vendredi 6 juin – 18h30 – place de la Vendée

Lille : jeudi 5 juin – 18h – place du marché de Wazemmes

Lisieux : samedi 7 juin – 14h30 – jardin public

Lyon : jeudi 5 juin – 19h – devant l’opéra

Marseille : jeudi 5 juin – 18h30 – Vieux Port

Milan : samedi 7 juin – Rap party – Dalle 22 Rozzano via Maggi 118

Montpellier : samedi 7 Juin – 20h30 – place de la préfecture

Orléans : vendredi 6 juin – 18h – place d’Arc

Paris : samedi 7 juin – 14h – place de la Bastille

Pau : samedi 14 juin – 14h – devant la préfecture

Perpignan : jeudi 5 juin – 14h – square Bir Hakeim

Perpignan : samedi 7 juin – 17h – place de la République

Rouen : jeudi 5 juin – 17h30 – devant le théâtre des Arts

Saint-Etienne : samedi 7 juin – 14h30 – place Jean Jaurès.

Strasbourg : samedi 7 juin – 15h – place Kléber

Toulouse : jeudi 5 juin – 18h30 – place du Capitole

Tours : samedi 7 juin – 14h30 – place Jean Jaurès

Source : Action Antifasciste Paris Banlieue