Août 142017
 

Cinéma à l’affiche – Critique – Dunkerque

Walkmovie.info vous propose la chronique du film « Dunkerque » de Christopher Nolan

Film de guerre de Christopher Nolan. Avec Fionn Whitehead, Mark Rylance, Harry Styles, Barry Keoghan, Aneurin Barnard, Kenneth Branagh, Jack Lowden. 1h47 – Sortie le 19 juillet 2017.

21 mai 1940, soldats français et anglais sont encerclés par l’armée allemande. Churchill ordonne l’ordre d’évacuer les troupes anglaises. Il espère en sauver 30 000 alors que 450 000 sont les proies de l’aviation ennemie. L’Angleterre juste en face de la ville assiégée, on réquisitionne des bateaux des pêcheurs, des plaisanciers pour venir en aide. Quelques destroyers tentent aussi le sauvetage en vain. Sur la plage de Dunkerque des hommes tentent de survivre sous la mitraille.

« Dunkerque » s’arrange un peu trop facilement avec l’histoire. Il transforme une déroute anglaise par une évacuation héroïque. Le réalisateur Christopher Nolan exclut les 35 000 soldats français qui arrivèrent à contenir la Wehrmacht avec de l’armement lourd quasi inexistant et en infériorité numérique : un contre 10/30. Une B.O pesante notamment dans les moments critiques prend aux tripes. Ce film retraçant un fait historique pas très glorieux de la Grande-Bretagne aurait eu plus d’épaisseur s’il avait décrit le sacrifice des soldats français notamment dans les combats de rue et des dunes. « Dunkerque » reste un divertissement de bonne facture.

Le film de Henry Verneuil « Week-end à Zuydcoote » (1964) moins spectaculaire retrace mieux le désarroi des soldats sur cette plage damnée.

Phil Marso – 12 août 2017

Août 142017
 

Programme TV – Documentaire : Lady Di

Dimanche 3 septembre 2017 – TMC – 21h

LADY DI : LES ENREGISTREMENTS SECRETS

Illustration © Alfredo Lopez – Fotolia.com

20 ans après son décès, TMC propose un documentaire inédit diffusé tout récemment sur Channel 4 et qui a fait sensation outre-manche en raison de révélations sulfureuses de la part de la princesse de Galles, jamais destinées au public.

Face à la caméra de son professeur de diction de l’époque, Peter Settelen, elle revient longuement sur sa vie intime avec le prince Charles et sur les raisons de l’échec de leur mariage.
Pour vivre « sa plus grande histoire d’amour » avec Barry Manna­kee, son garde du corps, la princesse a songé fuir le palais de Buckingham dans les années 80. Elle évoque d’ailleurs ses soupçons quant à sa mort lors d’un acci­dent de moto en 1987.
Enfin, la princesse de Galles raconte ses difficultés dans sa vie publique et les critiques qu’elle reçoit de la part de la famille royale qui ne lui apporte que peu de réconfort.

Riche en confidences très personnelles et en indis­cré­tions, découvrez Lady Diana loin de ses fonctions royales et détendue dans ce documentaire composé de centaines d’images d’archives. 

Communiqué de presse TMC – 14 août 2017

Déc 292015
 

Programme TV : Le dernier gaulois – France 2

Mardi 29 décembre 2015 – France 2 – 20h55

Documentaire. Réalisé par Samuel Tilman. Avec la voix de Clovis Cornillac. Produit par Program 33. Avec la participation de France Télévisions. En coproduction avec Eklektik Productions, Fortiche Productions et la RTBF. Avec le soutien du Centre National du Cinéma et de l’image animée.

Longtemps, la Gaule est demeurée mystérieuse. Considérée à tort comme une société sauvage, elle a généré toutes sortes de mythes et de fantasmes. Par la suite, au XIXe siècle, nouveau mythe, celui des origines de la France « Nos ancêtres les Gaulois », valeureux guerriers unis contre l’envahisseur. Grâce aux récentes découvertes de l’archéologie, ce docufiction associant animation et séquences documentaires, propose de découvrir un visage de cette civilisation méconnue. En suivant le parcours d’Apator, chef Éduen et bras droit de Vercingétorix, nous revivons le destin de tout un peuple. En un an à peine, Apator a vu la Gaule s’embraser, et les tensions s’exacerber entre Romains et Gaulois, jusqu’à l’affrontement final, à Alésia. Alésia sera l’une des plus grandes batailles de l’Antiquité. Un duel au sommet entre Jules César et Vercingétorix. Un moment unique de l’histoire qui voit les peuples gaulois s’unir pour la première et dernière fois. Un affrontement épique, qui oppose 70 000 légionnaires romains à plus de 300 000 guerriers gaulois. Un siège interminable, où les deux camps vont se livrer une véritable guerre des nerfs. Le dénouement de la bataille d’Alésia signe la fin de la civilisation gauloise, inaugure une paix de 400 ans et pose les bases de l’Empire romain. Entre rivalités, trahisons, conflits familiaux et stratégies militaires, l’histoire d’Apator et de sa famille se mêle à la grande Histoire et à ses héros : César et Vercingétorix. À travers les séquences d’animation, qui allient puissance dramaturgique et précision documentaire, les Gaulois disparus reprennent vie. Dans les parties documentaires, le narrateur, s’appuyant sur les découvertes archéologiques les plus récentes, vient contextualiser et nourrir le récit. En 90 minutes, ce film riche et innovant révèle l’histoire d’un peuple oublié.

Communiqué de presse France 2 – 9 décembre 2015

Nov 222015
 

Chronique critique Cinéma : Les Suffragettes

Film dramatique de Sarah Gavron. Avec Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Meryl Streep, Brendan Gleeson, Anne-Marie Duff, Ben Whishaw, Romola Garai, Finbar Lynch  – 1h46 – Sortie le 18 novembre 2015.

Au début du siècle dernier, l’Angleterre est un pays coupé en plusieurs classes sociales dont le monde ouvrier représente le fer de lance de la nation. Pourtant, une revendication gronde, mais irréaliste pour les hommes de la noblesse au prolétariat : le droit de vote des femmes. Elles se surnomment les « Suffragettes ». Elles manifestent pacifiquement et tente d’obtenir un amendement afin que la question soit posée au parlement britanique. Maud Watts ouvrière dans une blanchisserie depuis l’âge de 7 ans, mariée avec un enfant de bas âge prend conscience de cette injustice. Violet, embauchée depuis peu et activiste des Suffragettes tente de recruter Maud. Après des mots, faut-il passer à des actes enfreignant la loi ?

« Les Suffragettes » est un drame social historique, traité d’une manière classique. Mais qu’en serait-il autrement ? Carey Mulligan, incarne bien la mère de famille qui prend conscience petit à petit de l’implacable réalité du sacrifice pour faire avancer la cause des femmes. Sa fragilité maternelle aux yeux des hommes en fera une force avec justesse dans son interprétation. Ce film relate ce combat d’avant-garde à l’époque, sans sortir son kleness de circonstance. « Les Suffragettes » ont voté l’efficacité !

L’Angleterre adopte le droit de vote des femmes en 1928, la Turquie en 1934. Quant à la France se proclamant « liberté, égalité, fraternité », il faudra attendre 1944. Les femmes d’Arabie Saoudite voteront pour la première fois le 12 décembre 2015.

Phil Marso – 22 novembre 2015 – Walkmovie.info

 

Nov 112015
 

Programme TV – Éditions spéciales commémorations   14 / 18 – La Grande Guerre

Mercredi 11 novembre 2015 – France 2 – 10h

Édition spéciale de la rédaction. En direct. Direction de l’information Pascal Golomer. Direction de la rédaction Eric Monier. Rédaction en chef Pascal Doucet-Bon. Réalisée par Philippe Miramont. Présentée par Marie Ducker et Pierre Servent.

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la guerre de 14-18, la rédaction de France 2 se mobilise pour une matinée au cœur de l’événement mercredi 11 novembre 2015. 

Cette édition spéciale sera présentée par Marie Drucker avec Pierre Servent, spécialiste des questions militaires.  Ils seront entourés de Nathalie Saint Cricq,  chef du service politique, Isabelle Veyrat-Masson, sociologue des médias, mais aussi les envoyés spéciaux de la rédaction de France 2.

Jean-François Zygel sera l’invité exceptionnel de cette édition spéciale. Aux côtés de l’équipe de la rédaction, en plateau et en direct il abordera au piano  l’évolution de la musique durant la Grande Guerre. Il réserve même quelques surprises…

Communiqué de presse France 2 – 20 octobre 2015

Nov 112015
 

Il y a un siècle, les poilus s’apprêtaient à passer leur deuxième hiver sur le front. La cérémonie du 11 Novembre est l’occasion de revenir sur ce conflit dont on commémore le centenaire. Explications de Pascal Doucet-Bon, rédacteur en chef des éditions spéciales.

Cérémonie et musique à l’honneur

Nous suivrons le traditionnel dépôt de gerbes et le ravivage de la flamme sur la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc-de-Triomphe en compagnie de nos envoyés spéciaux.

En plateau, les téléspectateurs retrouveront Marie Drucker, Pierre Servent, notre consultant militaire qui est aussi un collectionneur émérite de la Grande Guerre, Isabelle Veyrat-Masson, sociologue des médias, Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef du service politique de France 2, Nicolas Chateauneuf pour parler du front en 1915 et le compositeur, interprète et improvisateur, Jean-François Zygel. En sa compagnie, nous allons revenir sur les conséquences du conflit sur le plan musical, car il y a un avant et un après 14/18. L’idée n’est pas de convier les téléspectateurs à un cours de musicologie mais de comprendre les changements, à travers des démonstrations, des improvisations au piano comme sait si bien le faire Jean-François Zygel dans son émission La Boîte à musique. Ainsi, et bien que la tendance ait débuté avant 1914, la guerre marque la fin de l’impressionnisme en musique. Avant la guerre, vous aviez de grandes nappes impressionnistes agrémentées de fioritures. Elles disparaîtront au profit d’un mouvement plus « serré ». Le jazz aussi a été découvert avant-guerre, mais tout s’est accéléré avec l’arrivée des soldats américains. Ravel, dès 1917, commence à introduire le jazz dans sa musique et les musiciens classiques français seront les premiers en Europe à considérer le jazz comme de la musique.

En 1915, environ 950 poilus tombaient chaque jour

A l’aide d’un barco – cette version moderne du tableau noir –, Nicolas Chateauneuf nous détaillera la situation du front en 1915, qui reste l’année la plus meurtrière du conflit. En moyenne, 950 poilus sont morts chaque jour. Côté allemand, les chiffres sont à peine inférieurs. Un soldat français qui se réveillait sur le front avait trois fois plus de chance de mourir le jour même que de rester en vie. Des ratios et une situation difficilement imaginables pour nous. Dans de telles conditions, il est étonnant qu’il n’y ait pas eu plus de désertions, de suicides ou de mutilations volontaires. A l’époque, les hommes se battaient par patriotisme. Aujourd’hui, cela peut sembler suranné d’employer ce mot mais c’était le cas. Sans oublier la propagande, qui leur décrivait les « boches » comme étant des barbares mangeant des enfants. La propagande et la manipulation n’étaient pas l’apanage des Français, elles existaient aussi du côté allemand. En revanche, les conditions matérielles étaient meilleures chez nos adversaires. Ils étaient un peu mieux traités, la nourriture et les vêtements propres arrivaient un peu plus souvent. Ils étaient mieux organisés que les Français, qui ne s’étaient jamais vraiment préparés à une guerre de position et qui ne s’y sont jamais vraiment adaptés. Attention, même si je dis que leurs tranchées étaient plus propres, les Allemands ne vivaient pas dans des trois étoiles. Ils avaient eux aussi des poux, des maladies liées à la saleté… mais, en 1915, un peu moins que les soldats français.

De l’usage des gaz mortels

14/18 est considérée comme la guerre des gaz tant leur utilisation a terrifié tout le monde. Et pourtant, au regard du nombre monstrueux de morts durant cette guerre, les gaz n’ont pas été les plus meurtriers. La première utilisation de gaz chlorés sur le front Ouest (en décembre 1914, le front Est en avait déjà fait l’expérience) remonte à février 1915, en Belgique, lors de la deuxième bataille d’Ypres, qui donnera son nom à un gaz resté malheureusement célèbre : l’ypérite. Plus connu sous le nom de gaz moutarde, il sera pour la première fois utilisé dans cette ville en 1917. Depuis Ypres, Fanny Stenneler nous relatera cette première bataille au gaz et les conséquences pour la suite du conflit. Car en 1915, les soldats belges et français ne disposaient pas de masques pour se protéger de ces gaz mortels.

Propos recueillis par Clotilde Ruel

A retenir
– Au cours de cette émission spéciale, Jean-François Zygel reviendra sur les spécificités musicales de La Marseillaise.

– En 2016 seront commémorées avec les Allemands, la bataille de Verdun et avec les Anglais, l’offensive de la Somme.
– Au musée de la Grande Guerre, chaque visiteur a la possibilité de manipuler une poignée mobile fixée à un mur et reliée à un contrepoids de 35 kg. Soit l’équivalent du poids minimum du sac à dos d’un poilu.
– Les gaz de dispersion étaient utilisés depuis la guerre de Crimée en 1905.

Communiqué de presse France 2 – 20 octobre 2015

Nov 032015
 

Programme TV – Documentaire – Apocalypse Staline  : Le maître du monde

Mardi 3 novembre 2015 – France 2 – 22h40

Documentaire. Réalisé par Isabelle Clarke et Daniel Costelle. Scénario de Daniel Costelle et Isabelle Clarke. Commentaires de Mathieu Kassovitz. Conseillère historique : Olivia Gomolinski. Musique de Kenji Kawai. Produit par Clarke Costelle et Cie. Avec la participation de France Télévisions, RTBF, Planète + et CNC.

Épisode : Le maître du monde

Qui fut Staline ? Le vainqueur du nazisme ? Le « Petit Père des Peuples » ? Ou le plus grand criminel de son siècle ? En trois épisodes de 52 minutes, Isabelle Clarke et Daniel Costelle dressent dans Apocalypse Staline, tout en documents cinématographiques d’époque restaurés et mis en couleur par leurs équipes, le portrait de celui qui fut l’un des plus féroces tyrans du XXe siècle. En partant de la lutte à mort contre Hitler, la série raconte l’incroyable ascension du Géorgien Joseph Djougachvili, fils de cordonnier, séminariste parti de rien et qui, à force d’intrigues et de crimes, se hausse jusqu’au pouvoir absolu en se faisant appeler Staline, ce qui signifie en russe « l’homme d’acier ». A hauteur d’homme, la série montre, de 1878 à 1945, l’immense tragédie du peuple soviétique pris au piège de l’enfer.
1942. Après avoir arrêté les Allemands devant Moscou, Staline fait face au deuxième assaut d’Hitler. C’est à Stalingrad que le sort du monde va se jouer. Plongés dans l’enfer, comme à Leningrad, hommes, femmes et enfants sont sacrifiés. Des années plus tôt, à la mort de Lénine, Staline, par ses froides manoeuvres, a pris le pouvoir en éliminant tous ses adversaires, à commencer par Trotski. Vainqueur à Stalingrad et Leningrad, traité d’égal à égal par ses alliés américains et britanniques, le tyran est devenu l’un des hommes les plus puissants de la planète. Va-t-il devenir le maître du monde ?

 

Communiqué de presse France 2 – 14 octobre 2015
Nov 032015
 

Programme TV – Documentaire – Apocalypse Staline  : L’Homme rouge

Mardi 3 novembre 2015 – France 2 – 21h45

Documentaire. Réalisé par Isabelle Clarke et Daniel Costelle. Scénario de Daniel Costelle et Isabelle Clarke. Commentaires de Mathieu Kassovitz. Conseillère historique : Olivia Gomolinski. Musique de Kenji Kawai. Produit par Clarke Costelle et Cie. Avec la participation de France Télévisions, RTBF, Planète + et CNC.

Épisode : L’Homme rouge

Qui fut Staline ? Le vainqueur du nazisme ? Le « Petit Père des Peuples » ? Ou le plus grand criminel de son siècle ? En trois épisodes de 52 minutes, Isabelle Clarke et Daniel Costelle dressent dans Apocalypse Staline, tout en documents cinématographiques d’époque restaurés et mis en couleur par leurs équipes, le portrait de celui qui fut l’un des plus féroces tyrans du XXe siècle. En partant de la lutte à mort contre Hitler, la série raconte l’incroyable ascension du Géorgien Joseph Djougachvili, fils de cordonnier, séminariste parti de rien et qui, à force d’intrigues et de crimes, se hausse jusqu’au pouvoir absolu en se faisant appeler Staline, ce qui signifie en russe « l’homme d’acier ». A hauteur d’homme, la série montre, de 1878 à 1945, l’immense tragédie du peuple soviétique pris au piège de l’enfer.
1942. Après avoir arrêté les Allemands devant Moscou, Staline fait face au deuxième assaut d’Hitler. C’est à Stalingrad que le sort du monde va se jouer. Plongés dans l’enfer, comme à Leningrad, hommes, femmes et enfants sont sacrifiés. Des années plus tôt, à la mort de Lénine, Staline, par ses froides manoeuvres, a pris le pouvoir en éliminant tous ses adversaires, à commencer par Trotski. Vainqueur à Stalingrad et Leningrad, traité d’égal à égal par ses alliés américains et britanniques, le tyran est devenu l’un des hommes les plus puissants de la planète. Va-t-il devenir le maître du monde ?

 

Communiqué de presse France 2 – 14 octobre 2015
Oct 172015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce samedi 17 octobre 2015 – 14h Place de la République  : Rassemblement L’Intifada continue : soutien à la résistance palestinienne à Paris

Nos cœurs et nos espoirs sont tournés vers la Palestine. En ce moment même, les Palestiniens font faces à une nouvelle recrudescence des attaques de l’occupant israélien. Ces dernières semaines, l’esplanade des mosquées d’Al-Aqsa fût la cible d’agressions particulièrement violentes tandis que des meurtres sont commis presque quotidiennement par l’armée et les colons sionistes. Une fois de plus, les Israéliens espèrent profiter d’un contexte politique troublé sur le plan régional pour gagner du terrain et venir à bout de la résistance palestinienne.

Ainsi Israël continue d’imposer en toute impunité blocus et checkpoints, poursuit ses projets de colonisation et pratique une politique d’épuration ethnique dans toute la Palestine occupée. Au même moment, Israël bénéficie toujours du soutien de ses alliés, parmi lesquels la France et l’Union Européenne que nous tenons pour responsables de tous ces crimes.

Nous affirmons quant à nous notre soutien total à la résistance du peuple palestinien. Depuis les geôles israéliennes où les prisonniers mènent des grèves de la faim, en passant par Jérusalem où les habitants protègent leur patrimoine et leurs lieux saints, jusqu’aux jets de pierres et aux coups de couteaux qui défient aujourd’hui les forces d’occupation sionistes, les Palestiniens poursuivent un combat que nous honorons, celui de la justice et de la libération.

Notre engagement est concret. Nous portons la voix de la résistance palestinienne dans nos villes et nos quartiers. Nous dénonçons les crimes sionistes et la complicité de nos dirigeants. Nous brisons l’isolement dans lequel se trouvent les Palestiniens sous occupation.

Jusqu’à la libération,

Halte aux agressions israéliennes

Soutien total à la résistance palestinienne

Démantèlement des colonies et fin du blocus sur la bande de Gaza

Liberté pour les prisonniers palestiniens

Retour des réfugiés palestiniens

Halte au silence complice de la Communauté internationale

Soutien à la campagne BDS – Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël

SIGNATAIRES :

Mouvement des Jeunes Palestiniens (PYM-France) ; Union Générale des Étudiants de Palestine (GUPS Paris) ; Association des Palestiniens en Ile de France ; Mouvement de libération nationale palestinienne (Fatah France) ; Parti des indigènes de la république (PIR) ; Collectif al-Qods ; Génération Palestine ; Forum Palestine Citoyenneté ; CAPJPO-EuroPalestine ; L’avenir palestinien (A.S.F) ; Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) ; Collectif Halte Au Massacre En Birmanie (HAMEB) ; L’Alliance Musulmane ; Campagne ALI (Abrogation des Lois Islamophobes) ; Collectif UNPA (Urgence Notre Police Assassine) ; L’Association Franco-Arabe d’Échange Culturel ; Ferguson in Paris ; Uni-T ; Le Croissant Fertile ; Code Égypte ; Courant du Futur en France ;

Source : Gups France

Oct 162015
 

Programme TV – Ce soir ou jamais ! : Une nouvelle intifada s’est-elle déclarée en Israël ?

Vendredi 16 octobre 2015 – France 2 – 22h30

Magazine. En direct. Présenté par Frédéric Taddéï. Produit par MFP. Réalisé par Nicolas Ferraro.

Les invités pour en débattre :

Robert Misrahi, philosophe.

Leïla Seurat, politologue, auteur de « le Hamas et le monde ».

Valérie Zenatti, écrivain, auteur de « Jacob, Jacob ».

Esther Benbassa, universitaire, auteur de « Istanbul, la sépharade ».

Julien Salingue, politogue, auteur de « la Palestine des ONG ».

Communiqué de presse France 2 – 14 octobre 2015

Août 102015
 
Paris Plages accueille la ville de Tel Aviv pour une journée culturelle et festive
***
Dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde, Paris accueillera Tel Aviv sur Paris Plages, le 13 août de 10h à 22h. Au programme : foodtrucks, DJ set, animations ludiques et gratuites.
***
Chaque année, Paris Plages fait voyager les Parisiens qui ne partent pas en vacances, en invitant des villes à faire découvrir leur culture, leur gastronomie ou leurs loisirs. Après les villes de Polynésie ou celles du Brésil, présentes sur les dernières éditions, Paris accueille cette année la ville progressiste de Tel Aviv.
***
***
Le principe est simple : jeudi 13 août, de 10h à 22h, entre le pont d’Arcole et le pont Notre Dame, « The Bubble » proposera aux visiteurs des activités ludiques et gratuites , des foodtrucks aux saveurs méditerranéennes et des concerts.
Ce partenariat culturel s’est construit en mai dernier, lors du voyage de la Maire de Paris dans les villes israéliennes et palestiniennes. A cette occasion, Anne Hidalgo avait annoncé sa volonté de renforcer les échanges entre Paris et les collectivités de ces deux pays.
Autre concrétisation de ce voyage : une série d’actions de coopération décentralisée avec la Palestine. En juillet, le Conseil de Paris a ainsi étendu les partenariats entre Paris et Bethléem dans le domaine de la gestion de l’eau.
***
***
Communiqué de presse de la Mairie de Paris – 6 août 2015
***
Est-ce une bonne idée de proposer cet échange culturel entre Tel Aviv et Paris juste un an après les massacres civils palestiniens à Gaza lors de la guerre Israël / Palestine qui a été déclenchée le 8 juillet 2014 ?
***
Phil Marso – 10 août 2015
Août 092015
 

Communiqué de presse Danielle Simonnet

Journée Tel Aviv à Paris-Plages : l’indécence totale de la Ville de Paris

Tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’État et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l’on connait, la Ville de Paris ose organiser « dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde », une journée mettant à l’honneur Tel Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages…

Aucun échange avec des israéliens humanistes n’y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien.
Le cynisme de l’organisation d’une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l’indécence.

Madame la Maire de Paris, il est encore temps, soit d’annuler cette manifestation soit d’en modifier radicalement la programmation en permettant, avec la diversité associative et citoyenne parisienne des rencontres-débats sur les événements de l’an dernier et la situation actuelle.

Source : Blog Danielle Simonnet

Juin 302015
 

Programme TV – Documentaire : Kanak, l’histoire oubliée

Mercredi 1er juillet 2015 – France 2 – 22h35

Série. Réalisé par Stéphane Kappes. Scénario de Béatrice Espinasse, Didier Lacoste et Christian Karembeu. Sur une idée originale de Béatrice Espinasse. Musique de Xavier Berthelot. Produit par Endemol Fictions. Avec la participation de France Télévisions, TV5 Monde et Centre national de la cinématographie et de l’image animée. Avec le soutien de la Province Nord de Nouvelle-Calédonie. Avec Yaël Mayat (Christian), Benoît Nyikeine (Paul), Kétiwar Vendegou (Nicolas), Micke Williams (Marcellin), Marceline Malakai (Hudrenie), Frédéric Bodson (monsieur Kassard), Laurent Bateau (monsieur Peyrac), Marcel Wenehoua (Marc Kanyan), Norbert Oniary (Jean Baptiste), Pierre Poudewa (Oncle Edmond), Eve Ronsard (Manoa), Bertrand Ukajo (Samy) et Emmanuel Karembeu (Abel).

En 1988, Christian Karembeu (17 ans), remarqué pour ses talents de footballeur, est sur le point de partir en métropole pour intégrer le FC Nantes. Mais la Nouvelle-Calédonie est secouée par les évènements d’Ouvéa, remettant en cause le rêve de Christian. Doit-il rejoindre la France alors qu’il découvre la réalité des relations qu’elle entretient avec les Kanaks depuis l’origine ? Christian déterre même le secret de son arrière-grand-père, parti en métropole pour l’exposition coloniale de 1931. Ce qu’il découvre du passé, et ce qu’il vit au présent comme tous les Kanaks avec la prise d’otage d’Ouvéa, le font vaciller sur ses bases : secret de famille, transmission, ou comment peut-on se projeter dans l’avenir si le passé reste trouble ? Peut-il vraiment partir en métropole poursuivre sa carrière de footballeur sans trahir les siens ?

Communiqué de presse France 2 – 9 juin 2015

Juin 012015
 

Programme TV – Secrets d’Histoire : Comment devient-on Napoléon ?

Mardi 2 juin 2015 – France 2 – 20h55

Magazine. Présenté par Stéphane Bern. Sur une idée originale de Jean-Louis Remilleux. Produit par SEP (Société Européenne de Production). Avec la participation de France Télévisions.

Secrets d’histoire invite les téléspectateurs à réagir et commenter l’émission en direct sur Twitter via le hashtag #secretsdhistoire.

Réalisé par Roland Portiche

C’est une tempête qui déferle sur l’Europe : la tempête Napoléon ! A l’occasion du bicentenaire de la bataille de Waterloo, Secrets d’histoire et Stéphane Bern retracent dans ce nouvel épisode inédit ce qui est sans doute la plus grande épopée française : celle de Napoléon Ier, empereur des Français. De l’Arc de Triomphe, qui célèbre la plus grande victoire de Napoléon, au dôme des Invalides, devant le tombeau de l’Empereur, Stéphane Bern nous invite à revivre l’histoire de ce jeune Corse ambitieux, décidé à monter jusqu’au sommet du pouvoir.
D’Ajaccio à Lodi, de Milan à Venise, du col du grand Saint-Bernard à Austerlitz, Waterloo et l’île d’Elbe, nous suivrons toutes les routes de Napoléon.

Quel est le secret de ce militaire hors pair, qui vole de victoire en victoire ? Entend-il sauver les conquêtes de la Révolution ou rétablir la monarchie à son profit ? Pourquoi, en dépit de ses très nombreuses maîtresses, Napoléon n’aime-t-il qu’une seule femme : Joséphine de Beauharnais, qu’il fait impératrice ?

Et pourquoi, alors qu’il est devenu maître de l’Europe, commet-il en Espagne et en Russie les erreurs fatales qui précipiteront sa chute ? Napoléon, devant qui toute l’Europe a plié, fut-il victime de lui-même ?

Avec le concours des historiens : Jean Tulard, Patrice Gueniffey, Thierry Lentz, Marie-Hélène Baylac, Pierre Branda, François Houdecek, Alain Pigeard, Florence de Baudus, Michel de Decker, David Chanteranne, Bernard Chevallier, Jean-Philippe Rey, Philippe de Carbonnières, Jean-Marc Olivesi, Philippe Perfettini, Gérald Messadié.

Et la participation de Nicolas Dhuicq, député-maire de Brienne ; Christophe Beyeler, du musée de Fontainebleau ; Philippe Taquet, de l’Académie des sciences ; du colonel Thierry Noulens, de l’école de guerre et du général d’armée Jean-Louis Georgelin, grand chancelier de la Légion d’Honneur.

Communiqué de presse France 2 – 11 mai 2015

Mai 252015
 

Programme TV – Téléfilm : Pierre Brossolette ou les passagers de la lune

Mardi 26 mai 2015 – France 3 – 20h50

Un téléfilm de Coline Serreau. Avec Julien Baumgartner (Pierre Brossolette) , Léa Drucker (Gilberte), Charles Petit (Passy), François Feroleto  (Forest Yeo-Thomas), Coraly Zahonero (Yvonne de Gaulle), Joe Sheridan (Winston Churchill), Quentin Baillot (Jean Moulin), Eric Naggar (le préfet Bollaert).

Élève talentueux, le jeune Pierre Brossolette rejoint les rangs de l’École normale supérieure en 1922. Il épouse Gilberte Bruel, qui lui donne deux enfants, et devient un père de famille comblé. Brossolette se lance ensuite dans le journalisme, une voie dans laquelle il excelle. Animé par une inépuisable rage de convaincre, fervent défenseur des idéaux pacifistes et des droits de l’homme, il s’engage en politique. La guerre, l’intellectuel se révèle homme d’action et s’impose rapidement comme un maître du combat clandestin. Hyperactif, déconcertant et pragmatique, Pierre Brossolette contribue à unifier les réseaux de la Résistance…

Communiqué France 3 – Lundi 25 mai 2015

Mai 212015
 

Anniversaire de la fin de la 2ème Guerre mondiale

En 1945 s’achevait une guerre qui avait, depuis six ans, ensanglanté le monde. Pas un continent n’a été épargné. L’Europe et singulièrement la France et sa capitale, ont été malheureusement au coeur des affrontements. 70 ans plus tard, la mémoire du conflit doit être d’autant plus intacte que le Monde s’est reconstruit en restant profondément affecté par l’horreur des combats et la barbarie des crimes.

La Mairie du 13e vous propose un programme complet d’expositions, d’initiatives à destination de la jeunesse, mais aussi une projection, une soirée de témoignage et des cérémonies, entre le 24 avril et le 18 juin 2015.

 Cérémonies officielles

Rendez-vous dans le hall de la Mairie du 13e.

26 avril – 10h45 : Journée nationale de la déportation
8 Mai – 10h45 : 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale
27 Mai* : Journée nationale de la résistance
18 Juin* : 75e anniversaire de l’appel de Charles de Gaulle

*L’horaire sera précisé ultérieurement.

 

Initiatives vers les jeunes et scolaires

La Mairie du 13e s’inscrit, avec le corps éducatif, dans la Grande Mobilisation de l’Ecole pour les Valeurs de la République, engagée par le gouvernement. Localement, il s’agit de valoriser le travail réalisé dans les écoles et de promouvoir de nouvelles initiatives.

  •  Visite guidée  de l’exposition en Mairie du 24 avril au 15 mai « Enfants juifs à Paris 1939-1945 » à laquelle sont invitées les écoles.
  • Exposition dans cinq écoles élémentaires : « Le 13e en résistance » : 47 avenue d’Ivry B ; Vulpian ; Baudricourt B ; 46 Jenner ; Küss.
  • Répertoire de chants mis à la disposition des professeurs de musique de la Ville de Paris afin qu’ils puissent y puiser des références au delà de l’Hymne National et de l’Hymne Européen. La pratique du chant joue un rôle dans le développement de la culture humaniste, notamment lorsque les textes sont explicités et mis en contexte par les professeurs des écoles. Le chant permettant aux élèves de prendre la parole et d’être ainsi les acteurs centraux des actions pédagogiques.
  • Intervention pédagogique de l’association L’Enfant et la Shoah Yad Ayeled en école et en centre de loisirs.

 Expositions

  • Exposition « Enfants juifs à Paris 1939-1945 »

Du 24 avril au 15 mai, Galerie Athéna, Mairie du 13e

Cette exposition invite à découvrir le quotidien des enfants juifs qui ont vécu pendant la Seconde Guerre mondiale en France. Les réseaux de sauvetage et de solidarité de Parisiens ont été déterminants dans la protection contre les rafles dont 11400 enfants ont été victimes, à Paris en majorité.

Chronologique et thématique, elle permet de prendre conscience des persécutions auxquelles les enfants juifs et leurs familles ont du faire face, et de rendre hommage aux Justes qui les ont aidés.

Exposition « Le 13e en Résistance »

Du 24 avril au 22 mai – Galerie Bièvre, Mairie du 13e et dans cinq établissements scolaires (47 avenue d’Ivry B – Vulpian – Baudricourt B – 46 rue Jenner – Küss)

A partir de documents du Musée de la Résistance Nationale et de l’exposition de l’ANACR, Association Nationale des Anciens Combattants, créée à la Mairie du 13e en 1994, nous vous proposons de découvrir les figures emblématiques de la résistance dans le 13e.

Exposition « A la Mémoire des enfants juifs déportés du 13e »

Du 24 avril au 15 mai – Antichambre, Mairie du 13e

Pendant dix ans l’AMEJD 13 Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés du 13e a consulté les registres des écoles : 233 enfants furent déportés. Des plaques commémoratives apposées sur la façade de 27 écoles rappellent l’identité de ces enfants. Une stèle édifiée dans le square de Choisy garde la mémoire de 37 enfants trop jeunes pour être scolarisés.

***

Événements

Projection de courts-métrages d’animation Disney ® datant de la Seconde Guerre mondiale

Mercredi 29 avril à 16h, salle des fêtes – Mairie du 13e 

Silly Symphonies de Walt Disney : « Donald à l’armée » (8min32), « A l’attaque » (7min27), « Blitz Wolf » (9min30), « Plutot Mascotte de l’armée » (6min56), « Plutot Soldat » (6min33).

Durée 45 mn. Entrée libre dans la limite des places disponibles

***

Soirée Histoire  – Conférence-témoignage de Henri Borlant

Jeudi 21 mai à partir de 18h45, salle des fêtes – Mairie du 13e

Seul survivant des 6000 enfants français déportés à Auschwitz en 1942, Henri Borlant offre, grâce à la Société d’Histoire et d’Archéologie du 13e un « jeudi de l’histoire » exceptionnel. Devenu un rendez-vous mensuel à la Mairie du 13e, il nous promet ici un témoignage d’une rare intensité.

18h45 : introduction en musique de la Chorale des enfants Baudrichoeur

19h : Conférence-témoignage de Henri Borlant

20h30 : échange avec le public

21h : signature de l’ouvrage « Merci d’avoir survécu » avec la participation de la librairie Les Oiseaux rares, située 1 rue Vulpian dans le 13e.

Source : Mairie du 13ème – Paris

Mai 172015
 

Programme TV – Le film du dimanche soir : L’Affaire Rachel Singer

Dimanche 17 mai 2015 – France 2 – 20h55

Film américain. Réalisé par John Madden (2011). Scénario de Matthew Vaughn, Jane Goldman et Peter Straughan. D’après l’oeuvre de Assaf Bernstein et Ido Rosenblum. Musique composée par Thomas Newman. Produit par Marv Films et Pioneer Pictures. Avec Helen Mirren (Rachel Singer), Sam Worthington (David, jeune), Tom Wilkinson (Stefan Gold), Jessica Chastain (Rachel Singer, jeune), Ciarán Hinds(David), Marton Csokas (Stefan, jeune), Jesper Christensen (le SS Dieter Vogel) et Romi Aboulafia (Sarah).

Trois agents du Mossad sont devenus célèbres, en 1966, pour avoir capturé et tué un criminel de guerre nazi à Berlin.

En 1997, la fille de Rachel Singer, un des trois agents de 1966, publie un livre sur leur aventure. Rachel va alors se remémorer les préparatifs et la capture de Dieter Vogel, et la véritable histoire de cette mission qui fut sa première sur le terrain.

Les trois agents avaient une mission d’autant plus difficile que l’ancien nazi recherché se trouvait à Berlin-Est, d’où ils devaient le ramener pour un procès en Israël.

En 1997, l’ancien mari de Rachel, Stefan — lui aussi membre du trio d’agents —, lui révèle qu’en Ukraine, un vieillard déclare être ce même criminel nazi. Il lui demande de s’y rendre.

Communiqué de presse France 2 – 28 avril 2015

Mai 082015
 

Programme TV – Cérémonie commémorative du 8 mai 1945

Vendredi 8 mai 2015 – France 2 – 9h30

Edition spéciale de la rédaction présentée par Julian Bugier. Direction de l’information : Thierry Thuillier, Pascal Golomer, Pascal Doucet-Bon.Direction de la rédaction : Eric Monier, Agnès Vahramian.

La rédaction de l’information prend l’antenne avec une édition spéciale, en direct, présentée par Julian Bugier, entouré de Pierre Servent, spécialiste des questions militaires, de Fabrice d’Almeida, historien et de Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique.

Communiqué de presse France 2 – 14 avril 2015

Mai 072015
 

Programme TV – Toute une histoire : Ils ont vécu les heures sombres de l’Histoire

Vendredi 8 mai 2015 – France 2 – 14h

Magazine. Présenté par Sophie Davant. Proposé par Réservoir Prod. Produit par Réservoir Prod. Réalisé par Massimo Manganaro.

A partir de 14h, le magazine quotidien Toute une histoire, présenté par Sophie Davant consacrera un numéro spécial à cette commémoration.

Dans cette émission intitulée « Ils ont vécu les heures sombres de l’Histoire », Sophie Davant recevra deux hommes et une femme qui ont pris part à ce conflit qu’ils aient été résistants ou déportés. Anne, 92 ans et André, 88 ans ont rejoint très tôt la Résistance. Quant à lui, Benjamin, 88 ans, lui vivait en Pologne, il a été déporté dans 8 camps successifs et a survécu.

Aujourd’hui, ils nous transmettent leurs souvenirs du passé, pour nous rappeler qu’il faut rester vigilant dans le présent. Un devoir de mémoire qui compte énormément à leurs yeux.

Odon Vallet, historien des religions, nous accompagnera tout long de cette émission pour nous apporter son éclairage historique. Il posera avec nous le décor de ce monde en souffrance au sein duquel nos invités ont grandi et nous éclairera sur les leçons à tirer de cette période trouble.

Au sommaire également, un reportage sur l’importance de la transmission.

Extraits de l’émission disponibles en visionnage sur www.francetvpreview.fr

Sur Twitter, retrouvez Toute une histoire sur le hashtag officiel #Touteunehistoire

Communiqué de presse France 2 – 14 avril 2015

Mai 072015
 

Programme TV – Documentaire : La chute du Reich

Vendredi 8 mai 2015 – France 2 – 20h55

Documentaire. Réalisé par David Korn-Brzoza. Créé par David Korn-Brzoza et Olivier Wieviorka. Narrateur Vincent Lindon. Produit par Cinétévé. Avec la participation de France Télévisions, de Planète +, RTBF, Viewcom-VRT, Ministère de la défense, direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, du CNC, Blue Ant Media et TV5 Québec Canada.

En juin 1944, l’optimisme règne dans le camp allié. À l’Ouest, le débarquement en Normandie est un succès. Dans leur avancée, les troupes menacent bientôt la frontière allemande. À l’Est, l’Armée rouge passe à l’attaque. Avec l’opération Bagration, elle déferle en Biélorussie et contraint la Wehrmacht à une terrible retraite. L’heure est à la confiance. Aucun doute n’est permis : « La guerre sera terminée avant Noël. » Et pourtant… La guerre s’éternise encore près d’une année. Onze longs mois de combats, ponctués de terribles batailles et d’atroces crimes de guerre. Onze mois de peur et d’espérance, qui ont bousculé les certitudes des chefs et le quotidien des hommes. Onze mois meurtriers, qui ont laissé une cicatrice éternelle dans les cœurs et dans l’histoire.

Communiqué de presse France 2 – 14 avril 2015