Mar 152016
 

Programme TV – Documentaire – Malbouffe sans frontières

Mardi 15 mars 2016 – France 5 – 20h45

Documentaire de Camille Pommelec

En France comme en Europe, les principaux groupes alimentaires ont signé des engagements, qui valent parfois pour le monde entier. Sur le papier, fini les sucres ajoutés, les colorants industriels, les graisses saturées ou encore le ciblage marketing des plus jeunes. Mais dans les pays émergents, leur principal relais de croissance, certaines marques remettent au goût du jour des techniques désormais interdites en Occident. Dans l’Hexagone, les principaux groupes alimentaires contournent la législation grâce à un nouveau procédé particulièrement retors : les «advergames», jeux gratuits sur Internet comportant de la publicité déguisée. Enquête.

Communiqué France 5 – 15 mars 2016

Août 292015
 

Programme TV – Magazine – Sept à Huit : La Route de la mort

Dimanche 30 août 2015 – TF1 – 18h15

LA ROUTE DE LA MORT

Qui étaient et d’où venaient les 70 migrants découverts morts jeudi, non loin de la frontière entre l’Autriche et la Hongrie, dans un camion frigorifique ? Comment ont-ils trouvé le passeur qui les a finalement abandonnés ? Reportage sur la route de l’espoir et de la mort, entre la Serbie et la Hongrie, avec ces migrants prêts à tout pour rejoindre l’Europe de l’Ouest. Reportage de Christophe DUBOIS, Romain BOLZINGER et Bertrand Rubé.

CORPS EN SOUFFRANCE

Elles ont entre 14 et 20 ans et souffrent d’anorexie ou de boulimie. Fanny, Marine et Léa sont hospitalisées au centre Abadie, une unité du CHU de Bordeaux spécialisée dans les  » troubles du comportement alimentaire « . Pendant des semaines, entourées de médecins et de psychiatres, elles réapprennent à manger mais aussi à s’aimer pour retrouver goût à la vie. Reportage de Géraldine DOUSSIER, Guillaume LHOTELLIER et Mathias DENIZO

LES NOMADES DE LA MER

C’est un peuple qui s’éteint et sans doute avec lui sa culture, son histoire, sa langue. Les Bajaus sont des nomades apatrides qui naviguent entre la Malaisie, les Philippines et l’Indonésie. Un peuple de mers, qui vit sur des bateaux. Mais la pauvreté, la répression des autorités et l’évolution de l’écosystème marin détruisent leur mode de vie unique. Un document Sept à Huit exceptionnel. Reportage d’Aurélien CHAPALAIN.

FRACTURES D’ENFANCE

Il est exubérant, pétillant, aérien, on l’a aussi découvert bienveillant dans l’émission  » The Voice « . Très jeune, Mika a connu l’exil, l’horreur de la guerre, la dyslexie, le harcèlement scolaire… Il a aussi dû accepter son homosexualité et l’assumer. Autant d’obstacles qui l’ont aidé à construire cette personnalité à part, que les Français adorent. Mika se raconte dans le portrait de la semaine de Thierry DEMAIZIERE et Léo MONNET.

Retrouvez  « SEPT A HUIT Life » et « SEPT A HUIT » en Replay sur MYTF1NEWS

Communiqué de presse TF1 – 28 août 2015

Août 262015
 

 

Vous cherchez un ouvrage court, drôle sur la prévention du sida ?

« Si… d’aventure » est une nouvelle policière drôle sur la prévention du sida.

Résumé :

Une Call-girl surnommée « Banque de sperme » s’est fait cambrioler par un complice du virus H.I.V, le 1er décembre. Ce jour-là cinq suspects lui ont rendu visite : Roy Speed, Gautrand de La Fiole, Mélania Erosate, Marc Flambard et Willy. Le détective John Wilson Bred devra trouver le coupable en sachant que la call-girl était sous haute sécurité, grâce au système « Capote-Swing ». Lequel a réussi à échapper à la surveillance pour commettre le cambriolage ? + liste d’association. Si… d’aventure ! est une «nouvelle» sur la prévention du sida. L’ouvrage est très demandé par le milieu associatif et les lycées dans toute la France. A découvrir absolument !

En version numérique e.book Kindle Amazone pour 2,99 € : ICI

L’ouvrage est disponible en version papier, il suffit de le commander dans n’importe quelle librairie de France.

Auteur : Phil Marso

Éditeur : Megacom-ik

ISBN : 2-912458-00-5

Prix : 4,58 €

Vous pouvez aussi vous le procurer à la librairie Megacom-ik 13 Bd Saint-Marcel 75013 Paris – tél : 09 53 92 53 17.

 

 

Juil 092015
 

LINKY : En l’absence d’évaluation du risque, PRIARTEM demande un moratoire

Ce jeudi, le projet de loi sur la transition énergétique revient devant les sénateurs. Les discussions remettent à l’ordre du jour la question des compteurs communicants Linky pour l’électricité et l’étendent au gaz avec Gazpar.

Manuel HERVOUET, fondateur du collectif des Electrosensibles de France explique « Pour l’électricité, la France a fait le choix du Linky, fonctionnant en CPL (Courant Porteur en Ligne), avec des fréquences comprises entre 10 et 490 KHz qui se superposeront au courant électrique. Comme quasiment aucune installation électrique n’est blindée, tous les fils et appareils électriques rayonneront ce signal à haute fréquence à travers les maisons ou appartements ».

Sophie PELLETIER, porte-parole du collectif s’indigne : « Le gouvernement veut déployer à grande échelle et pour des montants astronomiques (5 milliards pour le Linky et 1 milliard pour Gazpar) des appareils qui rayonneront en continu dans les logements alors qu’aucune évaluation des risques n’est disponible. Pire, il se prévaut d’un rapport fait par une association pour expliquer qu’il ne faut pas s’inquiéter 1. Pourtant, les experts de l’ANSES, la seule agence compétente pour répondre à la question de l’impact sanitaire ont déjà émis des réserves sur les normes applicables ! Ce n’est pas sérieux ».

Pour Janine LE CALVEZ, présidente de PRIARTEM, prudence et transparence s’imposent : «  Nous demandons un moratoire sur le déploiement de ces compteurs communicants, dans l’attente d’une expertise digne de ce nom. Nous demandons également la transparence sur le volet sanitaire des expérimentations si ce volet existe, ce dont nous doutons fort. Enfin, nous espérons que les sénateurs, dans leur grande sagesse, amenderont le projet de loi pour permettre aux consommateurs de refuser l’installation de ce compteur intrusif ».

PRIARTEM écrit à la Ministre de la Santé en ce sens, ainsi qu’à la Ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie pour qu’elle fasse converger les objectifs d’efficacité énergétique avec ceux de la sobriété électromagnétique inscrite dans la loi Abeille du 9 février 2015.

PRIARTEM lance également une action citoyenne pour :

d’une part recueillir de l’information du terrain concernant le déploiement des Linky, avec un appel à témoignages auprès des consommateurs concernés et le recensement des éventuels problèmes de santé consécutifs à l’installation de compteurs communicants ; d’autre part, organiser une riposte à ce déploiement à marche forcée en plaçant les opérateurs et leurs assureurs, en position de responsabilité quant aux conséquences éventuelles sur la santé de leurs clients.

voir Réponse à la question écrite de Mme Laurence Abeille http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-58435QE.htm

Communiqué de Presse Priartem – 9 juillet 2015

Juil 082015
 

Programme TV – Série TV – Nina : la dernière épreuve

Mercredi 8 juillet 2015 – France 2 – 21h45

Série. Créée par Alain Robillard et Thalia Rebinsky. Musique de Christophe La Pinta. Produit par Barjac Production, Laurence Bachman et Christine Palluel. Avec la participation de France Télévisions. Avec Annelise Hesme (Nina), Thomas Jouannet (Dr Costa Antonakis), Nina Melo (Léo Bonheur), Grégoire Bonnet (Dr Samuel Proust), Farid Elouardi (Djalil Bensaïd), Marie Vincent (Nadine Leroy), Alexia Barlier (Dr Hélène Maurier), Alix Benezech (Dorothée Ariès), Clément Moreau (Kevin Heurtaud), Stéphane Fourreau (Pascal N’Guyen), Léa Lopez (Lily), Marie-Christine Adam (Gloria Auber), Jean-François Garreaud (Antoine Auber), Ambroise Michel (Fred), Maël D’Almeida (Néo) et Alexandre Tacchino (Will).

Épisode : La dernière épreuve

Réalisé par Eric Le Roux. Scénario de Alain Robillard et Thalia Rebinsky. Avec Anne Caillon (Kia) et Julie de Bona (Juliette).

C’est le dernier jour de stage pour Nina, l’heure du verdict, et elle craint le pire de la part de Proust. C’est aussi le premier des trois jours du stage d’observation de Lily : une épreuve pour elle d’affronter la douleur d’un patient agoraphobe, comme de revoir son oncologue. Léo, sous pression avec le retour de son ex qui veut rencontrer leur fils, a pris en charge Kia, une athlète atteinte de douleurs articulaires invalidantes…

Communiqué de presse France 2 – 16 juin 2015

Juil 082015
 

Programme TV – Série TV – Nina : Solitudes

Mercredi 8 juillet 2015 – France 2 – 20h55

Série. Créée par Alain Robillard et Thalia Rebinsky. Musique de Christophe La Pinta. Produit par Barjac Production, Laurence Bachman et Christine Palluel. Avec la participation de France Télévisions. Avec Annelise Hesme (Nina), Thomas Jouannet (Dr Costa Antonakis), Nina Melo (Léo Bonheur), Grégoire Bonnet (Dr Samuel Proust), Farid Elouardi (Djalil Bensaïd), Marie Vincent (Nadine Leroy), Alexia Barlier (Dr Hélène Maurier), Alix Benezech (Dorothée Ariès), Clément Moreau (Kevin Heurtaud), Stéphane Fourreau (Pascal N’Guyen), Léa Lopez (Lily), Marie-Christine Adam (Gloria Auber), Jean-François Garreaud (Antoine Auber), Ambroise Michel (Fred), Maël D’Almeida (Néo) et Alexandre Tacchino (Will).

Épisode : Solitudes

Réalisé par Eric Le Roux. Scénario de Alain Robillard et Thalia Rebinsky. Avec Jérôme Anger (Bernard), Nathalie Besançon (Sophia) et Maryne Bertieaux (Marilou).

Nina et Léo ramènent à l’hôpital la jeune Marilou, qu’elles viennent d’aider à accoucher dans la rue. Son bébé Quentin a l’air aussi mal en point que sa maman, en détresse respiratoire. Mais ce n’est pas le bon jour pour le service de médecine interne : Nadine, la chef des infirmières, s’écroule nerveusement devant son équipe. Proust, bouleversé, recherche une maladie alors que Nina pense à un burn-out…

Communiqué de presse France 2 – 16 juin 2015

Mai 192015
 

L’électrosensibilité fait son entrée dans le dictionnaire Larousse

Ce lundi, le vénérable dictionnaire Larousse dévoile les 150 nouveaux mots de son édition 2016, parmi eux : l’électrosensibilité, avec cette définition :

« ensemble des troubles physiques dus, selon la description des personnes atteintes, à une sensibilité excessive aux ondes et aux champs électromagnétiques ambiants ».

Pour Sophie Pelletier, porte-parole d’Electrosensibles de France / Priartem, c’est un symbole extrêmement fort : « Après son entrée en janvier dernier dans la loi Abeille sur la sobriété en matière d’ondes, le terme électrosensibilité est maintenant validé par une référence de la langue française. Cette définition, simple, consacre la réalité somatique des troubles tout en évitant habilement l’ornière de la controverse sur leur origine ».

Rappelons que les chiffres les plus récents concernant cette affection la consacre comme un véritable problème de santé publique : dans les années 90, en Californie, 5 personnes pour 1000 avaient déclaré avoir dû changer de travail pour cause d’électrosensibilité et 17% des employés d’une firme multinationale de télécommunications suédoise en étaient affectés ; une fourchette de 8 – 10 % de la population, atteinte à des degrés divers, est admise aujourd’hui concernant l’Allemagne ; la France ne dispose toujours d’aucun chiffre officiel, malgré nos demandes.

Pour Sophie Pelletier, cette définition est globalement satisfaisante dans l’état actuel de la controverse mais elle doit pouvoir évoluer avec l’avancée des connaissances car si aujourd’hui on en connaît très peu sur l’électrosensibilité elle-même, de plus en plus d’études apportent des éclairages sur l’impact des ondes sur l’organisme et sur la variabilité des réactions individuelles à ces agressions environnementales : « Aujourd’hui, on ne connaît quasiment rien sur les mécanismes produisant cette perte de tolérance aux ondes et si plusieurs méthodes diagnostic existent, aucune ne fait référence au niveau académique. Malheureusement, la Haute Autorité de Santé se refuse toujours à se pencher sur cette maladie environnementale émergente. L’ANSES, quant à elle, doit remettre un rapport et nous espérons que certaines données fondamentales concernant les effets biologiques des ondes, notamment sur le cerveau, pourront être mises en lumière. Après cette entrée dans le dictionnaire, nous attendons avec impatience que l’électrosensibilité fasse un jour son entrée dans le Larousse médical ! ».

Communiqué de presse Priartem – 19 mai 2015

Mar 312015
 

Programme TV – Aventure de médecine : L’homme réparé

Mardi 31 mars 2015 – France 2 – 20h55

SOSpréventionsanté.info

Documentaire. Sur une idée originale de Michel Cymes. Réalisé par Bernard Faroux. Produit par Pulsations. Avec la participation de France Télévisions et CNC.

Un film de Marie Sophie Tellier et Géraldine Laura. Rédacteur en chef Gael Chauvin. Direction scientifique le professeur Jean-Noël Fabiani.

Aventures de médecine plonge le téléspectateur dans les coulisses de l’histoire des révolutions médicales, dans les blocs opératoires d’aujourd’hui, dans les laboratoires des pionniers de la science et – grâce à des images de synthèse inédites – dans l’intimité du corps humain. Michel Cymes nous guide dans ces voyages dans le temps, nous raconte ces aventures bouleversantes, à la fois scientifiques et humaines.

Un rêve millénaire

On sait aujourd’hui réparer une grande partie des « pièces » qui font tourner la mécanique humaine. Articulations artificielles, membres robotisés, implants cochléaires, rétines artificielles, on va même jusqu’à remplacer par une machine un organe aussi symbolique que le cœur. Tout cela était un vieux rêve, un fol espoir, que caressaient déjà les Egyptiens de l’Antiquité : la plus vieille prothèse au monde est un orteil en bois retrouvé sur une momie !

Mais il a fallu des chirurgiens novateurs, des médecins humanistes et des bricoleurs de génie pour que les hommes mutilés retrouvent une jambe, un bras, un visage… une intégrité physique qui leur rend leur humanité.

Avec l’archéologue Andréa Gnirs, nous partons explorer les profondeurs des tombeaux égyptiens de Louxor, là où elle a découvert la plus vieille prothèse au monde : un orteil en bois, tellement intrigant qu’il a suscité une enquête internationale.
 
En revenant sur le scandale méconnu de la Thalidomide (un médicament, pris par les femmes enceintes dans les années 1950, qui a provoqué des milliers de naissances d’enfants aux membres atrophiés), nous rencontrerons des chercheurs français et écossais, le professeur Rabischong et David Gow, qui ont eu l’idée d’utiliser l’électricité pour rendre les prothèses de mains fonctionnelles.
 
Avec Ambroise Paré, chirurgien de génie de la Renaissance, nous revivrons les premières amputations sur les champs de bataille, les premières ligatures de vaisseaux sanguins, et les toutes premières prothèses de membres.
 
Avec les « Gueules cassées » de la Première Guerre mondiale, nous découvrirons le génie d’un chirurgien lyonnais, le Dr Pont, qui a réussi à leur redonner un visage et une dignité, grâce à des prothèses de nez, d’oreille, ou de menton, fabriquées dans une matière révolutionnaire, la fameuse pâte du Dr Pont.

De la science fiction à la réalité

Dans ce nouveau numéro, d’Aventures de médecine, Michel Cymes fait revivre ces pionniers sans lesquels les prodiges actuels n’auraient jamais été possibles. Des prodiges que nous feront découvrir ces hommes et ces femmes d’aujourd’hui qui vivent avec une jambe en titane, une rétine artificielle, ou un bras robot commandé par la seule force de la pensée !

Jean-François Péralès est un sportif émérite : course à pied, kite surf, parapente…il relève tous les défis grâce au petit bijou de technologie qui est venu prendre la place de sa jambe amputée. Avec beaucoup d’humour et une volonté à toute épreuve, il nous fait partager son histoire et découvrir les mille possibilités de cette jambe artificielle qui s’adapte à toutes ses envies. Un portrait de battant philanthrope, devenu prothésiste à son tour, pour partager la richesse de son expérience. 

Barbara, devenue aveugle à cause d’une dégénérescence de la rétine, est en train de recouvrer la vue ! Grâce à une rétine artificielle implantée dans son œil par l’équipe du Pr Sahel, son œil perçoit à nouveau des signaux lumineux que son cerveau réapprend à interpréter. Nous vivrons son expérience en voyant nous-mêmes ce qu’elle réussit à voir grâce à cette époustouflante technologie.
 
Jan Sheuermann était une jeune américaine superbe et pleine de vie, jusqu’à ce qu’une maladie de la moelle épinière la cloue dans un fauteuil, tétraplégique. Elle reprend aujourd’hui goût à la vie en devenant la première femme au monde à pouvoir actionner un bras robot, par la seule force de la pensée ! Comment ? Grâce à des électrodes, introduites dans son cerveau par une équipe de l’université de Pittsburg, qui transmettent l’activité électrique de ses neurones à un bras robotisé. Un espoir fou, qu’elle porte avec autant de fierté que l’équipe scientifique.

En fil rouge : une chirurgie hors norme !

Dans un bloc de neurochirurgie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, Michel Cymes suit une « réparation » hors norme.

Il assiste, pas à pas, au travail méticuleux du Dr Karachi, neurochirurgienne et du Dr Welter, neurologue, qui implantent des électrodes au centre du cerveau d’un patient atteint de Parkinson.

Ce patient c’est Vittorio, un sexagénaire d’origine brésilienne, atteint de la maladie de Parkinson depuis douze ans. Tremblements involontaires, douleurs, raideurs, dépression, cet architecte passionné de foot et de karaté n’est plus que l’ombre de lui-même. Sans espoir d’amélioration puisque les traitements ne sont plus efficaces.

Pour ses filles, pas question de regarder la maladie continuer à leur voler leur père. Elles l’ont incité à se tourner vers la chirurgie. Une opération extrêmement délicate, mais qui constitue désormais le seul espoir de toute une famille.

Communiqué de presse France 2 – 17 mars 2015

Mar 042015
 

WEEK-END SIDACTION 2015



Du jeudi 26 au dimanche 29 mars 2015

 

TF1 est aux côtés des grandes causes et plus particulièrement du Sidaction depuis sa création, il y a 21 ans.
 
Pendant tout le week-end, l’antenne, les programmes et l’information se mobiliseront pour informer et faire appel à la générosité de chacun et soutenir la lutte contre le sida.

Sidaction

PROGRAMMES COURTS  » ENSEMBLE CONTRE LE SIDA « 
Du lundi 23 mars au vendredi 27 mars 2015 à 13h50
5 programmes courts  » Ensemble contre le Sida  » permettront de faire un point sur la recherche et présenteront les témoignages de chercheurs et de personnes vivant avec le VIH.

« QUI VEUT GAGNER DES MILLIONS ? » SPECIALE SIDACTION
Vendredi 27 mars 2015 à 20h55
Présenté par Jean-Pierre Foucault
Proposé par
Starling

Jean-Pierre Foucault vous propose une nouvelle édition spéciale du jeu  » Qui veut gagner des millions ? « .

Toujours réunis pour la bonne cause, de prestigieux artistes ont accepté ce soir de jouer en duo au profit du Sidaction :

  • Gérard Darmon et Max Boublil
  • Lorànt Deutsch et Stéphane Guillon
  • Michel Leeb et Guy Lecluyse
  • Camille Cerf, Miss France 2015 et Sylvie Tellier
  • Hélène Ségara et Mathieu Madénian 

Ces 5 duos devront répondre aux questions de l’imperturbable Jean-Pierre Foucault et tenter d’atteindre le sommet de la pyramide des gains afin de récolter un maximum de fonds indispensables à la lutte contre le sida. 

Sidaction
APPELS AUX DONS 
  • Diffusion du spot d’appel aux dons du 16 au 29 mars
  • Le numéro d’appel aux dons « 110 » sera incrusté sur les programmes
  • Des appels aux dons seront faits dans les émissions de l’antenne

MYTF1.FR se mobilise également et crée spécialement un mini site SIDACTION 2015 en complément du dispositif antenne de la chaine. L’évènement sera aussi relayé dans la rubrique TF1&Vous.
Lien du site : http://www.tf1.fr/sidaction/

Site du Sidaction : www.sidaction.org

 Communiqué de presse TF1 – 4 mars 2015

 

Fév 262015
 

Franck Ribéry : Piqué au vif !

Je n’ai pas peur des piqûres. Mais je ne souhaitais pas me faire injecter de la cortisone par le médecin français. Je sais que ce n’est pas bon. J’ai été touché, profondément touché par ce qui s’est passé, ce qui a été dit avant le Mondial. La France a été à la Coupe du monde grâce à moi. Mais tout est terminé, maintenant. Définitivement. Je ne lis plus la presse française, je ne regarde plus la télévision française…

Franck Ribéry – Bild – 26 février 2015

Jan 292015
 

Programme TV – Envoyé Spécial : Grèce, quand la santé fait faillite

Jeudi 29 janvier 2015 – France 2 – 20h50

Grèce, quand la santé fait faillite

Un reportage d’Elise Le Guével et Mathieu Dreujou.

Officiellement, la Grèce se porte mieux. Le gouvernement grec a même annoncé avoir renoué avec la croissance, grâce notamment à un “assainissement” de ses finances publiques.

L’envers du décor, ce sont les coupes drastiques dans le domaine de la santé, le budget a diminué de 40 % depuis 2007. Les grecs vivent aujourd’hui avec une seule angoisse : tomber malade.

Aujourd’hui, un grec sur quatre n’a plus aucune sécurité sociale, le paludisme et la malaria sont de retour depuis le début de la crise. Les hôpitaux sont pris d’assaut et font payer le prix fort à ceux qui n’ont plus les moyens.

Des Cyclades au Péloponnèse, nous avons sillonné un pays dont la crise a balayé les certitudes, où la crise financière a semé les germes d’une crise sanitaire.

Communiqué de presse France 2 – 6 janvier 2015

Nov 302014
 

Programme TV – Série TV – Interventions :  Épisode 6

Lundi 1er décembre 2014 – TF1 – 22h50

tf1

Créée par Jean -Yves Pitoun
Réalisé par Eric Summer
Son : Philippe Garnier
Montage : François Charpentier
Scénario : Virginie Brami, Mehdi Ouahab, Marie du Roy et Jean -Yves Pitoun
Musique : Romain Paillot, Gaumont Télévision et Une Musique
Costumes : Sophie Puig
Décors : Thomas Leporrier
Directeur de la photographie Thierry Deschamp.

Avec : Anthony Delon (Romain Lucas), Michael Massee (Jean-François Montfort), Clémence Thioly (Roxanne Toulouse), Marius Colucci (Gregor Prespoleskian), Jina Djemba (Camille Dujardin), Nicky Marbot (Francis Leroux), Farid Elouardi (Kaddour Belkacem), Catherine Demaiffe (Elise Monfort), Charlotte Gaccio (Laurence Clément), Marie Montoya (Agnès Chevalier), Charley Fouquet (Laetitia), Hugues Martel (Jean-Luc Rivière), Blandine Bury (Pauline Dubosc), Elisabeth Commelin (Mireille Dubosc), Cyrille Thouvenin (Xavier Bertin), Gil Geisweiller (Pr Pierre Bernier), Patrick Hauthier (Dr Julien Forestier), Jeff Bigot (Christophe Couderc), Samantha Markowic (Gwen Couderc), Alain Doutey (Patrick Dubosc). Avec la participation de Fanny Cottençon (Mathilde Krantz).

Francis emmène Romain Lucas au chevet de Kaddour, leur ami d’enfance. Ce dernier a braqué une supérette. Il y a eu un échange de tir avec la police et il s’est pris une balle dans la cuisse. L’emmener à l’hôpital serait synonyme de prison. Lucas lui prodigue les premiers soins à l’arrière d’une voiture quand il est appelé en urgence à l’hôpital. Une femme, Christelle Chapuis, vient d’être admise. Elle a reçu une balle perdue lors d’un braquage, celui de Kaddour.

Communiqué de presse TF1 – Dimanche 30 novembre 2014

Nov 302014
 

Programme TV – Série TV – Interventions :  Épisode 5

Lundi 1er décembre 2014 – TF1 – 21h50

tf1

Créée par Jean -Yves Pitoun
Réalisé par Eric Summer
Son : Philippe Garnier
Montage : François Charpentier
Scénario : Virginie Brami, Mehdi Ouahab, Marie du Roy et Jean -Yves Pitoun
Musique : Romain Paillot, Gaumont Télévision et Une Musique
Costumes : Sophie Puig
Décors : Thomas Leporrier
Directeur de la photographie Thierry Deschamp.

Avec : Anthony Delon (Romain Lucas), Michael Massee (Jean-François Montfort), Clémence Thioly (Roxanne Toulouse), Marius Colucci (Gregor Prespoleskian), Jina Djemba (Camille Dujardin), Nicky Marbot (Francis Leroux), Farid Elouardi (Kaddour Belkacem), Catherine Demaiffe (Elise Monfort), Charlotte Gaccio (Laurence Clément), Marie Montoya (Agnès Chevalier), Charley Fouquet (Laetitia), Hugues Martel (Jean-Luc Rivière), Blandine Bury (Pauline Dubosc), Elisabeth Commelin (Mireille Dubosc), Cyrille Thouvenin (Xavier Bertin), Gil Geisweiller (Pr Pierre Bernier), Patrick Hauthier (Dr Julien Forestier), Jeff Bigot (Christophe Couderc), Samantha Markowic (Gwen Couderc), Alain Doutey (Patrick Dubosc). Avec la participation de Fanny Cottençon (Mathilde Krantz).

Laetitia, l’ex-petite amie de Romain Lucas, est transportée aux urgences. Lucas découvre qu’elle est enceinte de trois mois et que c’est lui le père. Il n’a pas le temps de digérer la nouvelle qu’une de ses patientes, Pauline Dubosc, une mère célibataire, se retrouve coincée dans l’ascenseur avec Francis. Lucas va devoir le guider pour l’accouchement. Alors que tout se finit bien, le bébé fait une hépatite fulminante. Sans une greffe de foie, il est condamné. Malheureusement, Pauline n’est pas compatible. Il va falloir retrouver le père biologique.

Communiqué de presse TF1 – Dimanche 30 novembre 2014

Nov 252014
 

Polar pédagogique de santé publique : I.V.G la peur au ventre – Phil Marso

Éditions Megacom-ik – 15 € – 160 pages

 

Résumé : Devant l’enceinte d’une clinique les flics sont à cran. Spermato fait des siennes. Dix femmes sont retenues en otage à leur insu dans la salle d’attente des consultations.

Les autorités morales s’affrontent entre deux méthodes d’évacuation des lieux : La sortie de secours de l’I.V.G. en moins de douze semaines ? L’interminable encerclement de neuf mois en vue d’une fin pas toujours heureuse ? Le détective John Wilson Bred devra intervenir dans la négociation.

Ce polar humoristique publié en 1997 par l’auteur Phil Marso reste toujours d’actualité sur le droit à l’I.V.G en France. Un sujet délicat qui pour une fois est traité par un homme. L’I.V.G n’est pas qu’une affaire de femme, il doit se décider à deux, si possible !

I.V.G la peur au ventre est commandé régulièrement dans les lycées en France. Il a fait l’objet d’une étude et d’un débat auprès d’une école d’infirmière dans l’Est de la France.

L’ouvrage peut être commandé dans n’importe qu’elle librairie de France, ainsi que sur les sites marchands : Fnac, Decitre.

Vous pouvez aussi vous procurer l’ouvrage à la Boutique Megacom-ik 13 Bd Saint Marcel 75013 Paris – Tél : 09 53 92 53 17. Ouvert de 12h30 à 19h30 du mardi au samedi. Dimanche de 13h à 19h. Vous pourrez ainsi vous faire dédicacer l’ouvrage par l’auteur Phil Marso qui gère cette boutique atypique.

Nov 252014
 

Programme TV – Documentaire : La Loi

Mercredi 26 novembre 2014 – France 2 – 22h20

Présenté par Julian Bugier. Réalisé par Philippe Lallemant. Produit par MFP.

Le 26 novembre 1974, Simone Veil entrait à l’Assemblée Nationale pour faire voter une loi sur l’avortement.

Le 26 novembre prochain, quarante ans jour pour jour après ce moment historique, La soirée continue sera consacrée à « ces trois jours qui ont changé la vie des femmes ».


Suite à la diffusion du téléfilm La Loi réalisé par Christian Faure, Julian Bugier animera un débat. En présence de la comédienne Emmanuelle Devos, il donnera la parole en plateau à ces femmes qui ont avorté dans la clandestinité il y a plus de quarante ans. Contraintes de partir à l’étranger ou de faire appel à celles que l’on appelait les « faiseuses d’anges », elles se faisaient avorter au péril de leur vie.

Nous recevrons en plateau la famille de ces femmes décédées suite à un avortement clandestin.

Des médecins pratiquaient des IVG dans le plus grand secret au risque de tomber sous le coup de la loi, pourquoi prenaient-ils un tel risque ? Ils nous expliqueront dans quelles conditions se déroulaient les consultations ?
En présence d’un gynécologue, d’un représentant du Planning Familial, et de militantes qui se sont battues pour le vote de la loi Veil, nous nous replongerons dans le contexte historique de l’époque pour comprendre comment cette loi va révolutionner la vie des femmes mais aussi la société française tout entière.

Enfin, si l’IVG est aujourd’hui en France un droit à part entière, l’actualité de ces derniers mois a montré qu’en Europe certains pays avaient tenté de remettre en cause ce droit. Si la France ne semble pas menacée, certains considèrent qu’il ne faut pas baisser la garde. Nous leur donnerons la parole pour comprendre pourquoi l’IVG reste aujourd’hui encore un sujet qui fait débat.

Communiqué de presse France 2 – 10 novembre 2014

Nov 252014
 

Programme TV – Documentaire : La Loi

Mercredi 26 novembre 2014 – France 2 – 20h50

Présenté par Julian Bugier. Réalisé par Philippe Lallemant. Produit par MFP.

Série. Réalisé par Christian Faure. Créée par Fanny Burdino, Mazarine Pingeot et Samuel Doux. Musique de Charles Court. Produit par K’ien Productions. Avec la participation de France Télévisions. Avec Emmanuelle Devos (Simone Veil), Lorànt Deutsch (Dominique Le Vert), Flore Bonaventura (Diane), Lannick Gautry (Rémy) et Laure Killing (Françoise Giroud).

Le 29 novembre 1974, l’Assemblée adopte la loi légalisant l’IVG… Derrière ce texte, seule contre sa majorité et contre les relents d’antisémitisme, se tient une femme, Simone Veil. Le film retrace les trois jours de débats précédant le vote. Trois jours au cours desquels rien ne lui sera épargné : solitude, tractations politiques, débats ouverts, injures et violences faites à sa famille… Simone Veil restera pourtant digne et forte, consciente d’avoir entre ses mains l’avenir de centaines de femmes. Chaque année, beaucoup d’entre elles meurent sous les aiguilles de faiseuses d’anges.

Communiqué de presse France 2 – 10 novembre 2014

Nov 132014
 

Programme TV – Envoyé spécial : Tueurs involontaires

Jeudi 13 novembre 2013 – France 2 – 20h50

Magazine de la rédaction. Dirigé et préparé par Guilaine Chenu et Françoise Joly. Coordonné par Annie Dyja. Réalisé par Fabrice Mercier.

Tueurs involontaires


Un reportage d’Elise Le Bivic et Richard Michel Accidents de la circulation, du travail ou sportifs : chaque jour, en France, des hommes et des femmes provoquent la mort d’autres personnes, sans intention de la donner. Difficile de connaître le nombre exact de ces décès accidentels causés par un tiers. « Cela ne m’arrivera jamais. » « Je suis prudent, donc je suis à l’abri. » Ces petites phrases ont résonné au moins une fois dans l’esprit de Fouad, ou dans celui de Christian. Il y a deux ans, sur l’autoroute, l’un ôtait la vie à un jeune motard ; il attend d’être jugé pour homicide involontaire. L’autre a renoncé à la chasse depuis que la balle qu’il a tirée a atteint l’un de ses amis en plein cœur, après avoir ricoché sur une pierre. Ils doivent apprendre à vivre avec une mort sur la conscience. Pour eux, quelle vie après le drame ? Une réhabilitation est-elle possible, aux yeux de la société ? Quelles sanctions ?


Envoyé spécial a aussi rencontré les familles des victimes. Pour celles qui ont perdu un proche à la suite d’un accident, le pardon est-il possible ?  Un procès peut-il être vécu comme un soulagement ?

Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014

Nov 112014
 

Programme TV – Alors on chante ! : 20ème anniversaire Sidaction !

Vendredi 28 novembre 2014 – TF1 – 20h55

Interview Pascal Obis « Régler son compte au sida ! »

Engagé depuis de longues années aux côtés de Sidaction, Pascal Obispo signe, pour les vingt ans de l’association, un nouvel opus : Kiss&Love, dont les fonds seront intégralement reversés à la cause. Inspiré du baiser de Clémentine Célarié à une personne vivant avec le VIH lors du premier Sidaction en 1994 et porté par des duos de légende, cet album a aussi conduit à une soirée évènementielle sur TF1. Un élan de générosité, de solidarité et de partage entre les artistes…

Cent-vingt artistes se sont mobilisés pour cet album !

Oui, une telle mobilisation m’a surpris. Tout comme l’envie, l’énergie et le cœur qu’ils ont mis dans cet album. Il y a eu un vrai élan. Je pense que les Français en ont assez, ont envie de régler son compte au sida, pour eux et pour leurs enfants. Nous avons fait un travail artistique important au niveau de la réalisation de ces chansons. Brice Davoli a fait des arrangements sublimes.
 
Où avez-vous puisé votre inspiration pour cet album ?

J’avais vraiment cette envie de réaliser un projet harmonieux, une très belle version de ces chansons incontournables. Je me suis inspiré du répertoire de la chanson française comme, par exemple, celui d’Etienne Daho.
 
Certains jeunes ne sont pas informés et jouent avec leur vie…

Oui, et Kiss&Love s’adresse à eux. J’ai fait appel à des producteurs qui travaillent avec cette génération, adeptes des réseaux sociaux. J’avais envie de faire ce projet pour mobiliser cette jeunesse. Elle pense que le sida est une maladie comme une autre qui se soigne, alors que l’on en meurt encore.
 
Vous êtes engagé depuis longtemps. D’où vient votre motivation ?

On ne peut pas rester sans rien faire. Surtout lorsque l’on bénéficie d’une certaine notoriété. Je ne fais pas de politique mais je peux m’engager dans des combats. Il y a tant de problèmes sociaux en ce moment, je ne voudrais pas vivre dans un monde où les artistes ne font rien. C’est impossible de recevoir autant et ne rien faire en échange. Le sida est vraiment très important. Voir des malades me remercier, cela veut dire que ce n’est pas fini, qu’il faut continuer à se battre. Tous ces mercis, je les prends comme un réveil. Ils me permettent de rester concentré sur mes projets pour Sidaction.

Communiqué de presse TF1 – 3 novembre 2014

LISTE DES CENTRES DE DÉPISTAGES ANONYMES DU SIDA EN FRANCE

Nov 112014
 

Programme TV – Alors on chante ! : 20ème anniversaire Sidaction !

Vendredi 28 novembre 2014 – TF1 – 20h55

Interview Pierre Bergé « Intensifier la lutte contre le sida »

Cofondateur et président de Sidaction, Pierre Bergé est engagé dans la lutte contre le sida depuis plus de trente ans. Il forme, avec Line Renaud, un « couple » uni pour vaincre la maladie. Soutenu par une centaine d’artistes réunis sur l’album Kiss&Love, l’association fête ses vingt ans lors d’une soirée spéciale diffusée sur TF1. L’occasion de rappeler que le virus n’est pas encore éradiqué…

En vingt ans, votre message a-t-il changé ?

Au contraire, je répète toujours la même chose : le sida est une maladie mortelle comme elle l’était il y a vingt ans, il ne faut pas se faire d’illusions. La trithérapie permet aux patients de vivre mieux, mais pas de guérir. Le message de prévention est toujours le même : le seul vaccin efficace est le préservatif. Nous menons la lutte depuis 1994. Malheureusement, l’histoire bégaye. Mais je ne me lasse pas de faire passer ce message. Beaucoup d’éléments nous poussent à être pessimistes mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Il faut vraiment continuer.
 
En 1994, lorsque vous avez créé Sidaction, pensiez-vous que cette association perdurerait si longtemps ?

Oui car je n’ai jamais cru que l’on trouverait le vaccin rapidement. D’ailleurs, on ne l’a toujours pas trouvé. Peut-être que l’on inventera une façon d’éradiquer le sida, mais les chercheurs qui travaillent sur le vaccin ne sont pas très optimistes. Le nombre de personnes séropositives risque, heureusement, de diminuer. Espérons-le !
 
A l’occasion de cet anniversaire, Pascal Obispo souhaite faire passer un message positif avec Kiss&Love

C’est ce qu’il faut faire ! Mais en tant que président de Sidaction, je me dois de dire des vérités. Les miennes ne sont pas joyeuses. Je crains, malheureusement, qu’avec les fausses informations qui circulent,  les personnes se sentent moins concernées par le sida qu’elles ne l’étaient auparavant. En effet, 12 % des nouvelles contaminations concernent les jeunes.
 
Que vous inspire cet album Kiss&Love ?

Beaucoup de gratitude pour Pascal Obispo qui nous fait un cadeau magnifique. Deux générations s’allient, c’est un signe merveilleux de générosité et de solidarité. Grâce à la vente de ce disque, nous pourrons évidemment intensifier la lutte contre le sida : en aidant les scientifiques et en permettant aux associations d’aide aux malades d’accomplir encore plus de choses.
 
De quoi le Sidaction a-t-il le plus besoin ?

D’argent. Chercher un vaccin demande un financement important. L’argent nous permet et nous permettra de verser des bourses à des chercheurs, de continuer d’aider les malades et les associations.

Communiqué de presse TF1 – 3 novembre 2014

LISTE DES CENTRES DE DÉPISTAGES ANONYMES DU SIDA EN FRANCE

Nov 112014
 

Programme TV – Alors on chante ! : 20ème anniversaire Sidaction !

Vendredi 28 novembre 2014 – TF1 – 20h55

Interview Line Renaud « Un jour nous l’emporterons »

Sidaction fête ses vingt ans d’existence. A l’occasion de cet anniversaire et de la sortie de l’album Kiss&Love réalisé par Pascal Obispo, TF1 propose une émission exceptionnelle depuis le Palais des Sports. Des stars, de la musique et du rire dans une bonne ambiance pour soutenir la lutte contre le sida. Vice-présidente de l’association et mobilisée depuis de nombreuses années, Line Renaud sera très investie dans cette soirée pleine de générosité et d’émotion.

Un album et une émission télévisée viennent souligner l’anniversaire du Sidaction. A cette occasion, quel message souhaitez-vous faire passer ?

Je souhaite que les gens n’aient plus peur de parler du sida. Il faut expliquer aux enfants ce qu’est cette maladie. Et je vais plus loin : je trouve que l’on devrait sensibiliser les jeunes dans les écoles car les nouvelles contaminations concernent les 15-25 ans. C’est pour cela que l’album de Pascal Obispo est si important (cf itw P.O.). Avec cette nouvelle génération de chanteurs, nous allons toucher la jeunesse, essayer de la mobiliser.
                                        
Car on meurt encore du sida aujourd’hui…

Hélas. Sidaction est la seule association à soutenir la recherche contre le sida. Les chercheurs travaillent sur un sérum préventif qui a marché à 31% en Thaïlande. Ils tentent également de créer un vaccin thérapeutique pour aider les malades à se battre contre ce virus. Les chercheurs français sont très impliqués.
 
Pensez-vous qu’ils vont y arriver ?

Un jour, un scientifique m’a dit : «il n’y a pas d’exemple où la science ne l’ait pas emporté sur le mal». Nous nous battons, nous récoltons des fonds car je pense, comme ce scientifique, qu’un jour nous l’emporterons sur le sida ! Je ne sais pas quand, eux non plus, car les douze années d’essais n’ont encore rien donné.  C’est pour cela que nous devons les aider.
 
Vous êtes une battante. Que diraient votre mère et votre grand-mère en vous regardant ?

Ma mère a vécu le démarrage de l’Association des Artistes contre le Sida à mes côtés. Elle m’aidait énormément et était partante pour tout. Elle est décédée en 1999 et a donc vu le premier Sidaction. Elle était très concernée, à tel point qu’elle entretenait un courrier du cœur avec les malades. Ma grand-mère n’a pas connu tout cela, mais je pense qu’elle aurait été fière…

Communiqué de presse TF1 – 3 novembre 2014

LISTE DES CENTRES DE DÉPISTAGES ANONYMES DU SIDA EN FRANCE