Nov 112014
 

Programme TV – Documentaire : 14 -18, le bruit et la fureur

Mardi 11 novembre 2014 – France 2 – infrarouge – 22h25

Documentaire. Réalisé par Jean-François Delassus. Musique de Marc Tomasi. Conseillère historique Annette Becker. Montage Olivier Martin. Narration Jean-François Delassus. Avec la collaboration de Isabelle Rabineau. Consultants historiques Joëlle Beurier, Jean-Pierre Verney et Laurent Veray. Restauration et colorisation des archives Digital Graphics. Archives films Verdun, visions d’histoire (Léon Poirier), Hearts of the World (D.W. Griffith), All quiet on the Western Front (Lewis Milestone), What Price Glory (Raoul Walsh), Berge in Flammen (Luis Trenker), Oh What a Lovely War (Richard Attenborough), The Big Parade (King Vidor), Uomini contro Uomini (Francesco Rosi), Le Pantalon (Yves Boisset), Les Moissons de fer (Gérard Rougeron et Jean-Claude Lubtchansky), Les Fragments d’Antonin (Gabriel Le Bomin) et Charlot soldat (Charles Chaplin). Produit par PROGRAM 33. Coproduit par l’ECPAD, Iota Productions et RTBF. Avec la participation de France 2. Images d’archives Gaumont Pathé archives, Bundesfilmarchiv Transit Film GmbH, Bundes Archiv, ITN source, British Pathé, original black and white footage supplied by the Imperial War Museum, London, Chronos-Media archive, collection Lobster films, courtesy of Universal Studios licensing lllp, musée départemental Albert Kahn, l’atelier des archives Nara. Avec le soutien du CNC, de la Procirep-ANGOA, de la région Picardie, la région Ile de France en partenariat avec le CNC, France Télévisions Distribution, Les Gueules Cassées, ministère de la Défense, Planète, la TSR, la VRT, la RTSI et la SRC.

Tout est loin d’avoir été dit sur la « der des ders », sur l’histoire de cette immense tromperie, de ce gâchis infini. À travers le récit d’un soldat qui a traversé toute la guerre et qui parle aussi au nom de ses camarades, 14-18 le bruit et la fureur est un documentaire réalisé à partir d’images d’archives, pour la première fois, restaurées, colorisées et sonorisées. 

À rebours de la victimisation du soldat qui a longtemps prévalu, le propos de ce film est nouveau : la Grande Guerre a été entretenue par un consentement général. Ce sont des sociétés entières qui se sont jetées dans ce qu’elles pensaient être un combat de la civilisation contre la barbarie. Elles se sont ainsi engagées dans le premier massacre de masse moderne, sans avoir la moindre idée de ce qui les attendait.

En suivant les analyses d’Annette Becker, l’un des chefs de file de ce nouveau courant historiographique, ce film donne une vision neuve de ce conflit dont l’ampleur, la violence, le caractère total ont à la fois préfiguré et engendré les tragédies du XXe siècle.
Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014

 

Nov 112014
 

Programme TV – Documentaire – Apocalypse 1ère Guerre Mondiale : Délivrance

Mardi 11 novembre 2014 – France 2 – 17h50

Documentaire. Réalisé par Isabelle Clarke. Auteurs Daniel Costelle, Isabelle Clarke. Commentaire français écrit par Daniel Costelle et Isabelle Clarke.Commentaires de Mathieu Kassovitz. Conseillers historiques André Loez, Frédéric Guelton, Paul Malmassari. Musique de Christian Clermont. Coproduit par CC&C Clarke Costelle & Co, Idéacom International et Ecpad. Avec la participation de France Télévisions, TV5 Québec Canada, RTBF, Planète, TVO, Knowledge Network, National Geographic Channels, Military Channel, Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée, MEDIA et Crédit d’impôt cinéma et télévision du Québec. Crédit d’impôt pour la production cinématographique ou magnétoscopique canadienne, Société de développement des entreprises culturelles – Québec, Fonds des médias du Canada, Fonds Bell, Fonds Québecor, Entertainment One.

En octobre 1917, à Caporetto, les Italiens accusent une défaite cuisante face aux Austro-Hongrois et aux Allemands. Au même moment, en Russie, Lénine déclenche la révolution d’Octobre. Les nouveaux maîtres communistes de la Russie signent un traité avec les forces centrales à Brest-Litovsk, en mars 1918. Les Allemands concentrent leurs troupes sur le front occidental et se mettent en marche vers la France. Les Parisiens, apeurés, fuient la capitale. Mais en juillet 1918, les renforts américains, les « Sammies », sont désormais 1 300 000 sur le sol européen. Les grandes offensives allemandes, qui prévoyaient la victoire finale, sont alors tenues en échec. Les forces alliées vont de succès en succès. L’Alsace, la Lorraine et tous les territoires pris à la France au début de la guerre, sont libérés. C’est la chute de l’Allemagne. Pendant ce temps, les armées britanniques prennent le dessus en Palestine, Syrie, Anatolie, Iran, Irak. Les Ottomans finissent par capituler. Le 11 novembre 1918, sur les champs de bataille de France, le clairon sonne l’armistice. L’Europe en deuil et décimée com- mence à soigner ses blessures et à se reconstruire un avenir. Mais très vite, certaines cicatrices vont s’ouvrir à nouveau : le règlement de la guerre est humiliant pour l’Allemagne, et la conférence de la Paix, qui s’achève le 28 juin 1919 à Versailles, porte en elle les germes de la Seconde Guerre mondiale…

Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014

Nov 112014
 

Programme TV – Documentaire : Apocalyspse la 1ère guerre mondiale

Mardi 11 novembre 2014 – France 2 – 16h55

Documentaire. Réalisé par Isabelle Clarke. Auteurs Daniel Costelle, Isabelle Clarke. Commentaire français écrit par Daniel Costelle et Isabelle Clarke.Commentaires de Mathieu Kassovitz. Conseillers historiques André Loez, Frédéric Guelton, Paul Malmassari. Musique de Christian Clermont. Coproduit par CC&C Clarke Costelle & Co, Idéacom International et Ecpad. Avec la participation de France Télévisions, TV5 Québec Canada, RTBF, Planète, TVO, Knowledge Network, National Geographic Channels, Military Channel, Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée, MEDIA et Crédit d’impôt cinéma et télévision du Québec. Crédit d’impôt pour la production cinématographique ou magnétoscopique canadienne, Société de développement des entreprises culturelles – Québec, Fonds des médias du Canada, Fonds Bell, Fonds Québecor, Entertainment One.

Les soldats sont au bord du gouffre. Ils veulent que ça s’arrête. Ils veulent rentrer chez eux. À l’arrière, la colère gronde. La guerre a répandu son malheur dans tous les foyers. Il faut que la guerre se termine. Alors, les révoltes commencent : en Allemagne, l’agitation sociale fait craindre pour l’avenir du Reich. L’Empire austro-hongrois vacille : François-Joseph est mort, et son jeune successeur Charles Ier entame des tentatives de paix. Sur le front, la bataille du Chemin des Dames va déclencher des mutineries chez les poilus. Les soldats russes, fatigués d’être tiraillés par la faim et la peur, se joignent à la révolution. Le tsar abdique et se prépare à l’exil. Mais l’état-major allemand commet une faute stratégique qui va changer le cours du conflit : dans une « guerre sous-marine à outrance », il a décidé d’attaquer tous les navires présents en Atlantique, y compris les bateaux américains. Les États-Unis entrent en guerre. En juin 1917, le général Pershing débarque en France avec les premiers effectifs. Un mois après débute en Belgique la bataille de Passchendaele : sous une pluie torrentielle, des milliers de soldats de l’Empire britannique se noient dans une mer de boue. Un nouvel échec, une nouvelle hécatombe vide de sens. Pourquoi cet entêtement des dirigeants européens ? Ne veulent-ils pas, comme leur peuple, la délivrance ?

Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014