Nov 172014
 

Programme TV – Un œil sur la planète : Tout ça pour ça ?

Lundi 24 novembre 2014 – France 2 – 23h05

Drapeau de table spécial Coupe du Monde 2014 - 2,50 € / unité

Drapeau de table spécial Coupe du Monde 2014 – 2,50 € / unité

Magazine de la rédaction. Dirigé par Patrick Boitet. Présenté par Étienne Leenhardt. Réalisé par Nicolas Maupied.

À l’heure où la France s’engage dans un nouveau conflit contre l’organisation État islamique, il convient de s’interroger sur le résultat des opérations militaires lancées ces dernières années. Et sur les objectifs poursuivis…? En Irak et en Syrie, une coalition internationale menée par les États-Unis va officiellement combattre le terrorisme islamiste. Mais il est utopique de vouloir vaincre un concept sans s’attaquer aux idéologies qui lui ont donné naissance… En nous associant avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, deux pays propagateurs et financiers de l’islamisme politique, on soigne le symptôme plutôt que le mal. Et les foyers de tensions ne cessent de se multiplier ? Déjà engagée au Mali et en Centrafrique, la France se retrouve encore en première ligne.Comment a-t-on pu en arriver là ? L’action militaire est-elle toujours la meilleure des solutions ? Quoi qu’on en dise, le bilan affiché de toutes ces interventions n’est pas terrible et c’est un euphémisme. Au point de se demander si nous n’avons pas jeté parfois de l’huile sur le feu en tentant d’éteindre certains brasiers. Alors, avons-nous raison d’intervenir ? En avons-nous encore les moyens ?

En plateau, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense ; Pierre Conesa, historien agrégé ; Michel Collon, écrivain et journaliste, répondront aux questions d’Étienne Leenhardt et 4 reportages seront au programme de ce 48e numéro d’Un œil sur la planète.Afghanistan : une guerre pour rien ?

Afghanistan : une guerre pour rien ?

Un sujet de Sylvain Lepetit et Miyuki Droz Aramaki.

En Afghanistan, les troupes combattantes de la coalition occidentale doivent se retirer avant la fin de l’année. Mission accomplie ? Pas vraiment. Un nouveau président a été élu, mais les problèmes demeurent colossaux. La corruption est partout, le trafic de drogue n’a jamais été aussi florissant et les talibans sont aux portes de Kaboul…

Irak : la décennie perdue ?

Un sujet d’Arnaud Boutet.

En Irak, malgré des centaines de milliers de victimes et des centaines de milliards de dollars dépensés, ce pays n’a été ni pacifié, ni reconstruit. Pour la majorité des habitants, la vie quotidienne est pire que sous Saddam Hussein. Les Irakiens ne disent pas merci aux Américains. Récit d’un fiasco politique et d’une décennie perdue.

Libye : au milieu du chaos ?

Un sujet d’Emmanuel Ostian et Arnaud Mouillevois.

En Libye, trois ans après la révolution et la mort du colonel Kadhafi, l’État n’existe plus. Il y a deux parlements, deux gouvernements. Les milices armées se partagent le pays. À Tripoli, elles affichent des sympathies islamistes. Les Occidentaux qui avaient armé les rebelles ont fui le pays. Une anarchie sans précédent…

Centrafrique : la pacification ?

Un sujet d’Ilhame Taoufiqi et Bruno Girodon.

La Centrafrique a connu ces derniers mois de violents affrontements entre Chrétiens et Musulmans. Grâce à l’engagement de la France et d’une force internationale, le pire a été évité, mais le calme est bien précaire. Et les militaires français, qui ne devaient rester qu’un temps limité, risquent de se trouver engagés dans un véritable bourbier…

Communiqué de presse France 2 – 3 novembre 2014

 

Nov 112014
 

Programme TV – Infrarouge : Papa s’en va-t-en guerre

Mercredi 12 novembre 2014 – France 2 – 0h05

 

Documentaire. Réalisé par Géraud Burin des Roziers. Créé par Géraud Burin des Roziers. Produit par Ligne de Front. Avec la participation de France Télévisions et Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée.

Pendant un an, le réalisateur Géraud Burin des Roziers a accompagné avec sa caméra des enfants qui voient leur père partir en Afghanistan. Ancien soldat, puis reporter de guerre, il fait entendre la voix de ceux qui ne s’expriment jamais. Il y a Bastien, 12 ans, qui considère son père comme un héros mais qui ne supporte plus ces missions à risques. Lucas, Enzo et la petite Lili qui vivent cette séparation comme un arrachement. Il y a Morgane, 13 ans et Lune Eva, 9 ans obligées de se résigner, parce que leur père a signé pour la mission.


Le reverront-ils vivant ? Qu’est-ce que ces enfants ont vraiment sur le coeur ? Quelle image ont-ils de leur père ? Quelles sont leurs inquiétudes, leurs angoisses ? Des enfants qui pendant six mois, essayent d’être à la hauteur des recommandations de leur père, c’est à dire des modèles pour leur maman et qui n’osent raconter à personne la souffrance qu’ils endurent sauf dans la cour d’école avec les copains.

Ces deux dernières années en Afghanistan ont été particulièrement meurtrières : vingt-et-une jeunes veuves, quarante-trois orphelins dont trois bébés nés après la mort de leur père.

Le réalisateur est allé à la rencontre de jeunes pupilles de la Nation. Il y a Aymeric, 9 ans et Camille, 12 ans à qui un jour on est venu dire des mots terribles. Leur papa, infirmier militaire, est mort au combat dans une attaque contre les talibans. Il est mort en héros.  « Lui qui aurait tant mérité de connaître ses enfants », nous dit Delphine, leur maman. Et puis il y a Alice, jeune veuve, qui élève seule ses cinq enfants et qui fait tout pour entretenir le souvenir de Matthieu son mari, tué à bord de son d’hélicoptère il y a un an, lui aussi mort pour la France.  « J’aurai préféré le garder avec moi, plutôt qu’il soit mort pour la France », raconte Jeanne, 12 ans, qui dit aussi la fierté qu’elle éprouve pour son père.

Aucun soldat ne revient indemne d’Afghanistan. les IED, les engins explosifs, les attentas suicides, les embuscades, laissent des traumatismes. Après six mois, certains enfants retrouvent leur père. Mais qui est-il à présent ? Réussira-t-il à réintégrer sa famille et abandonner ses réflexes de soldat, pour redevenir papa ? Le réalisateur est retourné dans les familles quatre mois après leur retour de la guerre. Certains papas ont des choses à se faire pardonner.

Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014