Juil 052015
 

Non à la dictature de l’austérité !

Décidément, gouvernements et institutions de l’Union européenne détestent la démocratie. Il y a dix ans, ils ont pu compter sur les dirigeants politiques français pour effacer un Non populaire à la Constitution européenne. Depuis le 25 janvier 2015 et la victoire électorale de Syriza en Grèce, la troïka UE-BCE-FMI use d’une brutalité inouïe pour faire capituler le gouvernement Tsipras, pour que le choix populaire d’en finir avec l’austérité soit bafoué. Pour eux, il s’agit de jeter dans les poubelles de l’histoire européenne toute souveraineté autre que technocratique et néolibérale, toute perspective de progrès social. Avec l’annonce vendredi 26 juin par Alexis Tsipras d’un référendum pour refuser un nouveau mémorandum dans la continuité de ceux qui ont ruiné la Grèce depuis 6 ans, les mêmes hurlent à la rupture unilatérale des « négociations ».
La fermeture des banques, organisée et imposée par la BCE, montre que cette Europe est une machine de guerre contre les peuples, et qu’il est impossible de se fier à eux, ni au dirigeants politiques comme Hollande. Alors, contre l’Europe des riches, des nantis de l’austérité, et de la peur, mobilisons-nous en Grèce et partout en Europe pour un Non qui soit l’expression de l’Europe des travailleurs et des travailleuses, des jeunes et des retraitées !

Face à cette situation, les institutions capitalistes ne restent pas l’arme au pied en attendant le verdict populaire. Leur objectif est politique : elles redoutent comme la peste toute contagion grecque dans d’autres pays de l’Union européenne, à commencer par l’État espagnol. Et en ce moment, elles sont engagées dans un véritable coup d’État financier.

Elles usent et abusent aussi d’une véritable terreur idéologique : il n’y a pas d’autre politique que la nôtre, si vous ne vous inclinez pas devant elle, ce sera la catastrophe pour vous… Et qu’importe si en Grèce, la catastrophe est déjà là… et à cause de cette politique. Les éditorialistes, dont certains se disent de gauche, stigmatisent ces Grecs qui refusent les sacrifices, alors que les autres peuples de la périphérie européenne accepteraient ceux-ci avec lucidité. La réalité, c’est que, bien à l’abri derrière leurs privilèges, ces membres de la « casta » comme dit Podemos en Espagne, militent pour les sacrifices des autres… et d’abord des pauvres. que cette Europe est une machine de guerre contre les peuples, et qu’il est impossible de se fier à eux, ni au dirigeants politiques comme Hollande. Alors, contre l’Europe des riches, des nantis de l’austérité, et de la peur, mobilisons-nous en Grèce et partout en Europe pour un Non qui soit l’expression de l’Europe des salarié(e)s, des chômeur(se)s, des précaires, des jeunes et des retraité(e)s !

Jean-Guy Trintignac pour le NPA 71
Juil 052015
 

Référendum en Grèce : une belle leçon de démocratie à la Caste européiste !

Communiqué du Front National – 27 juin 2015

Le Front National salue le référendum qu’organisera le gouvernement grec le 5 juillet sur le nouveau plan de renflouement voulu par l’UE et le FMI en échange de mesures d’austérité supplémentaires.

Ce référendum rappelle à la Caste européiste qu’en démocratie les peuples existent, et qu’ils devraient être les seuls souverains. Il rappelle au président de la Commission européenne M.Juncker que contrairement à ce qu’il affirme, il peut y avoir des choix démocratiques contre les Traités.

Ce référendum est celui que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel avaient honteusement fait annuler à la fin de l’année 2011 : c’est une belle revanche de l’histoire, mais que de temps et d’argent perdus en quatre ans !

Le peuple grec devra choisir entre la liberté, la possibilité du redressement ou l’aggravation de l’austérité par la soumission à l’Union Européenne. Il est plus que temps de faire le premier choix, pour entraver la course folle de l’austérité et de l’euro, et pour stopper les inutiles et très coûteux plans de renflouement directement puisés dans la poche des contribuables français à coups de milliards d’euros.

Un jour viendra, très proche, où le peuple français lui aussi se prononcera par référendum sur son avenir, sa souveraineté, sa prospérité et sa liberté. Ce référendum ne sera pas organisé par les dirigeants de l’RPS mais par des patriotes attachés à la démocratie et au pouvoir du peuple.

Juil 052015
 

Référendum en Grèce – Discours d’Alexis Tsipras

Citoyens grecs,

Au cours des six derniers mois, le gouvernement grec a mené une bataille sous une asphyxie économique sans précédent, dans le but d’appliquer le mandat que vous lui avez donné le 25 janvier.

Le mandat de négocier avec nos partenaires pour arriver à mettre un terme à l’austérité et pour faire revenir dans notre pays la prospérité et la justice sociale.

Pour un accord durable qui respectera la démocratie, les règles européennes, et qui conduira à une sortie définitive de la crise.

Durant les négociations, il nous a été demandé de manière répétitive de mettre en œuvre les politiques du mémorandum que les précédents gouvernements avaient accepté, en dépit du fait que ce mémorandum avait été condamné sans équivoque par le peuple grec lors des récentes élections.

Nous n’avons jamais envisagé d’abandonner – pas même pendant un instant. Ni de trahir votre confiance.

Après cinq mois d’âpres négociations, nos partenaires ont soumis une proposition-ultimatum à la rencontre de l’Eurogroupe, menaçant la démocratie et le peuple grec.

Un ultimatum qui contrevient aux principes et aux valeurs qui ont fondé l’Europe. Les valeurs de notre projet européen commun.

Il a été demandé au gouvernement grec d’accepter une proposition qui ajoutera un poids insupportable sur les épaules du peuple grec, et qui minera le rétablissement de l’économie et la société grecques – pas seulement en alimentant l’incertitude, mais aussi en aggravant les inégalités sociales.

La proposition des institutions inclut des mesures qui vont augmenter la dérégulation du marché du travail, les coupes dans les pensions de retraite, et inclut de nouvelles réductions de salaires le secteur public – mais aussi une augmentation de la TVA sur la nourriture, les restaurants et le tourisme, tout en éliminant les exonérations d’impôts sur les îles grecques.

Ces propositions – qui violent directement les acquis sociaux européens et les droits fondamentaux à travailler, à l’égalité et à la dignité – prouvent que certains partenaires et membres des institutions ne veulent pas trouver un accord viable qui bénéficierait à toutes les parties, mais cherchent plutôt l’humiliation du peuple grec.

Ces propositions illustrent principalement l’insistance du FMI pour des mesures d’austérité sévères et punitives. Il est maintenant temps pour les pouvoirs dirigeants européens de se montrer à la hauteur de l’occasion et de prendre l’initiative pour mettre un terme définitif à la crise grecque, une crise qui affecte également d’autres pays européens, en menaçant le future proche de l’intégration européenne.

Citoyens grecs,

Nous faisons face à la responsabilité historique de ne pas laisser les luttes et les sacrifices du peuple grec rester vains, et de renforcer la démocratie et notre souveraineté nationale – cette responsabilité pèse sur nous.

Notre responsabilité pour le futur de notre pays.

Cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum sur la base de la volonté souveraine du peuple grec.

Plus tôt ce soir, le Conseil des ministres était convoqué et j’ai proposé d’organiser un référendum afin que le peuple grec puisse décider.

Ma proposition a été unanimement acceptée.

Demain, le Parlement tiendra une session extraordinaire pour ratifier la proposition du Conseil des ministres pour qu’un référendum soit mis en place dimanche prochain, le 5 juillet. La question posée sera de savoir si la proposition des institutions doit être acceptée ou rejetée.

J’ai déjà informé le président français, la chancelière allemande et le président de la BCE de ma décision ; demain, je demanderai aux leaders de l’UE et des institutions une courte extension du programme – en cours d’écriture – pour que le peuple grec puisse décider sans pression et sans chantage, comme il l’est disposé dans la Constitution de notre pays et dans la tradition démocratique européenne.

Citoyens grecs,

Je vous appelle à choisir – avec la souveraineté et la dignité que l’Histoire grecque exige – si nous devons accepter l’exorbitant ultimatum qui appelle à une stricte et humiliante austérité sans fin, et qui ne donne aucune perspective de pouvoir un jour nous tenir debout sur nos deux pieds, socialement et financièrement.

Nous devrions répondre à l’autoritarisme et l’austérité sévère par la démocratie – dans le calme et la fermeté.

La Grèce, lieu de naissance de la démocratie, devrait envoyer un retentissant message démocratique aux Européens et à la communauté mondiale.

Et je m’engage personnellement à respecter la conséquence de votre choix démocratique, quel qu’il puisse être.

Je suis absolument certain que votre choix fera honneur à l’Histoire de notre pays et enverra un message de dignité à travers le monde.

Dans ces temps critiques, nous allons devoir rappeler que l’Europe est la maison commune de tous ses peuples.

Qu’en Europe, il n’y a ni propriétaires, ni invités.

La Grèce est et restera une partie intégrante de l’Europe, et l’Europe une partie intégrante de la Grèce.

Mais une Europe sans démocratie sera une Europe sans identité et sans boussole.

Je vous appelle tous à agir avec sang-froid dans l’unité nationale et à prendre une décision digne.

Pour nous, pour les générations futures, pour l’Histoire grecque.

Pour la souveraineté et la dignité de notre pays.

Alexis Tsipras, le 26 juin 2015

Source : PCF

Juil 022015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce vendredi 3 juillet 2015 : Manifestation de soutien au peuple grec

Appel commun des Unions Départementales des Bouches-du-Rhône

CGT, FSU, Solidaires

Manifestation de soutien au peuple grec

  Vendredi 3 juillet 2015, 18h au Vieux-Port (Marseille)

Manifestation de soutien au peuple grec
Vendredi 3 juillet, 18 heures, Vieux-Port Marseille

Les Unions Départementales des Bouches du Rhône CGT – FSU et Solidaires appellent à participer à la manifestation de soutien au peuple grec et au respect de sa souveraineté le vendredi 3 juillet à 18h.

La Grèce est aujourd’hui dans une situation catastrophique, parce qu’elle a été un des laboratoires de l’application des politiques d’austérité imposées par le FMI, la Commission Européenne et la Banque centrale.

Vendredi dernier, ces mêmes institutions sont restées intransigeantes dans les négociations :

application des politiques néolibérales ou rien. Le gouvernement grec ayant décidé de soumettre le projet d’accord au vote, l’Eurogroupe a réagi immédiatement en coupant les vivres le 30 juin, qualifiant le référendum grec de  » coup de force  » et en excluant le ministre grec des finances de laréunion !

Les masques sont tombés. Les dirigeants européens sont prêts à tout, y compris au mépris de l’expression populaire, pour empêcher la mise en place d’autres politiques que celle de l’austérité.

Les forces syndicales qui mènent la lutte contre l’instauration de politiques libérales qui remettent en cause les droits sociaux, détricotent les droits du travail et privilégient la finance au détriment des salarié-es et des privé-es d’emploi, ne peuvent rester passives.
Manifester notre soutien au peuple grec qui s’est clairement prononcé le 25 janvier dernier pour refuser l’étranglement des politiques d’austérité, c’est refuser un nouveau déni de démocratie en Europe après ceux rejetant le vote contre le projet de traité constitutionnel européen en France en Irlande et aux Pays Bas.

Mais c’est aussi vital pour le mouvement syndical qui se bat pour couper le cou aux matraquages idéologiques, sans fondements, laissant entendre qu’il n’y a pas d’autres choix possibles, en France comme partout en Europe.

Respect des choix démocratiques des peuples et refus des politiques d’austérité sont deux mots d’ordre que portent les unions départementales des Bouches du Rhône, CGT – FSU- Solidaires.

Elles appellent à participer massivement à cette manifestation.

 

 

 

Source : SolidairesSosmanif.info

Juil 012015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce jeudi 2 juillet 2015 : Manifestation de soutien au peuple grec

Appel commun des Unions Régionales

CGT, FO, FSU, Solidaires

Manifestation de soutien au peuple grec

jeudi 2 juillet 18h30, Place de la Bastille (Paris)

Les Unions régionales CGT – FO – FSU et Solidaires appellent à participer à la manifestation de soutien au peuple grec et au respect de sa souveraineté le jeudi 2 juillet à 18h30.

La Grèce est aujourd’hui dans une situation catastrophique, parce qu’elle a été un des laboratoires de l’application des politiques d’austérité imposées par le FMI, la Commission Européenne et la Banque centrale.

Vendredi dernier, ces mêmes institutions sont restées intransigeantes dans les négociations : application des politiques néolibérales ou rien. Le gouvernement grec ayant décidé de soumettre le projet d’accord au vote, l’Eurogroupe a réagi immédiatement en coupant les vivres le 30 juin, qualifiant le référendum grec de  » coup de force  » et en excluant le ministre grec des finances de la réunion !

Les masques sont tombés. Les dirigeants européens sont prêts à tout, y compris au mépris de l’expression populaire, pour empêcher la mise en place d’autres politiques que celle de l’austérité.

Les forces syndicales qui mènent la lutte contre l’instauration de politiques libérales qui remettent en cause les droits sociaux, détricotent les droits du travail et privilégient la finance au détriment des salariées et des privées d’emploi, ne peuvent rester passives.

Déjà le 9 avril, lors de la manifestation unitaire CGT- FO-FSU-Solidaires, nous avions installé un calicot géant  » d’Athènes à Paris, dans toute l’Europe, non aux politiques d’austérité  »

Manifester notre soutien au peuple grec qui s’est clairement prononcé le 25 janvier dernier pour refuser l’étranglement des politiques d’austérité, c’est refuser un nouveau déni de démocratie en Europe après ceux rejetant le vote contre le projet de traité constitutionnel européen en France en Irlande et aux Pays Bas.

Mais c’est aussi vital pour le mouvement syndical qui se bat pour couper le cou aux matraquages idéologiques, sans fondements, laissant entendre qu’il n’y a pas d’autres choix possibles, en France comme partout en Europe.

Respect des choix démocratiques des peuples et refus des politiques d’austérité sont deux mots d’ordre que portent les unions régionales d’Ile de-France, CGT -FO – FSU- Solidaires.

 

 

Source : SolidairesSosmanif.info

Avr 292015
 

La boutique Megacom-ik vous propose le drapeau de la Grèce :

Dimension : 150 x 90 cm

Ce drapeau est idéal pour vos soirées festives sur le thème de la Grèce où un accessoire incontournable pour vos délires vidéos Harlem Shake, smartphone, ainsi que des évènements : manifestation sportive etc.

Cela peut être un objet décoratif en souvenir d’un voyage en Grèce.

C’est aussi le symbole de lutte contre l’austérité des politiques financières européennes, un drapeau militant pour les manifs !

Prix : 8 euros

Possibilité d’avoir plusieurs exemplaires de ce drapeau et d’autres pays.

A retirer à cette adresse :
Boutique Megacom-ik
13 Bd Saint Marcel
75013 Paris
Métro : Saint Marcel (ligne 5)
Horaire : 12h30 / 19h30 du mardi au samedi. 13h / 19h le dimanche.

Contact : 09 92 53 92 17

Fermé le 1er mai, 2 mai (sous réserve), 3 et 4 mai 2015

Avr 092015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce samedi 21 mars 2015 : Rassemblement contre la loi Macron, Place de la République à Paris à 15h

Stop à la flexi-précarité !

Appel commun des Unions Régionales Ile-de-France

CGT, FO, FSU, Solidaires

Depuis des années, les organisations syndicales d’Ile-de-France CGT-FO, CGT, FSU et SOLIDAIRES se mobilisent pour lutter contre les reculs sociaux imposés par les gouvernements successifs. C’est dans cette logique et dans l’unité que nous avons dénoncé la loi dite de « Sécurisation de l’emploi », la contre-réforme des retraites, le pacte de responsabilité mais aussi la loi MACRON contre laquelle, les salariés ont manifesté dès le 26 janvier, premier jour du débat à l’Assemblée Nationale.

Aujourd’hui, alors que le gouvernement utilise le 49-3 pour faire passer en force son projet au mépris de la représentation parlementaire, il est nécessaire de poursuivre et d’amplifier cette lutte contre les politiques d’austérité, pour sortir de la crise et relancer l’économie.

Imposées par le FMI, la Banque Centrale Européenne et l’Union Européenne, ces politiques d’austérité ont des conséquences désastreuses pour les salariés, les retraités et les chômeurs. Les populations les subissent avec de plus en plus de violence comme en Grèce, en Espagne, mais aussi au Portugal, en Irlande et plus largement dans l’ensemble de l’Europe.

Plus de précarité, plus d’exclusions, plus de misère, c’est la dure réalité de cette politique voulue par la Commission Européenne mise en œuvre par les gouvernements qui au nom d’une hypothétique relance économique attaque les acquis sociaux et les droits des salariés. Le projet de loi Macron s’inscrit dans cette logique et constitue un danger pour tous les salariés : il facilite et accélère les procédures de licenciements, il banalise le travail de nuit et du dimanche, il remet en cause la justice prud’homale…

Dans le même temps de nombreuses luttes voient le jour dans les entreprises du Privé et du Public sur Salaire, Emploi, conditions de travail…

Les Unions Régionales CGT, CGT-FO, FSU et SOLIDAIRES, réunies le 26 février 2015, s’engagent une nouvelle fois de façon déterminée, dans une action de grève interprofessionnelle et de manifestation afin de faire aboutir les revendications :

– Augmentation des salaires (Public et Privé), des retraites, des pensions et des minimas sociaux

– Réduction du chômage, instauration de droits nouveaux pour les salariés et leurs représentants dans les entreprises.

– Création d’emplois en changeant de politique économique.

– Préservation les droits de tous les régimes sociaux.

– Garantie et développement du service public.

Ce sont des priorités sociales qui relanceront la consommation, et l’emploi pour aboutir à une meilleure répartition des richesses.

C’est pourquoi les organisations syndicales décident en commun de porter ces revendications et d’exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent.

Conscientes de leurs responsabilités, la CGT, CGT-FO, FSU et SOLIDAIRES appellent les retraités, les chômeurs, les salariés du Public et du Privé à agir et à participer massivement le Jeudi 9 avril 2015 à la journée nationale d’action de grève et de manifestation.

RENDEZ-VOUS SPÉCIFIQUES

9h30 : Assemblée générale des grévistes de Gennevilliers

10h : Assemblée générale parisienne intersyndicale – éducation

10h : Rassemblement des salariés de la Ville de Paris

11h : Rassemblement lycéens, étudiants – place de la Nation

12h00 : Rv du syndicat CNT – devant la manufacture, 42 av. des Gobelins

12h30 : Front Syndical de Classe – FSC – près du Métro Gobelins

12h30 : Cortège unitaire de l’éducation – angle bd Gobelins / Pl. d’Italie

13h : Rv intermittents CIP-IdF – angle Place d’Italie / rue Bobillot

13h : Stand du Collectif « Avec les Grecs » – Métro Gobelins

13h : Rv Lutte Ouvrière – Métro Gobelins

Point fixe du NPA – Av Gobelins.

Point fixe Attac – Bd Port Royal / rue Henri Barbusse, RER Port Royal

Mur – femmes contre la loi Macron – face au 172 Bd de Montparnasse.

Source : Sosmanif.info

Fév 142015
 

La boutique Megacom-ik vous propose un mini drapeau Grèce avec socle dorée pour décorer une table :

2,50 € / unité !

D’autres pays seront disponibles bientôt…. 

Tél : 09 53 92 53 17

Dimension : 21 x 14 cm

Mat en plastique au bout doré : 29 cm + socle plastique dorée.

Voici un Mini drapeau Grèce pour agrémenter un dîner, un déjeuner, une soirée à thème ou être solidaire du peuple grecs contre les politiques d’austérités en Europe.

Vous pourrez aussi l’agiter à l’arrivée du Tour de France cyclisme, à l’occasion d’évènements sportifs ou pour célébrer un voyage en Grèce.

Cela peut être un objet de décoration lors d’un mariage avec une autre nationalité.

Prix : 2,00 € le mat + drapeau.
Prix : 2,50 € le mat + drapeau + socle noir.

Possibilité d’avoir plusieurs exemplaires de ce drapeau.

La boutique Megacom-ik vous propose différents drapeaux de table. Vous pouvez aussi commander un drapeau d’un pays en nous contactant directement par e.mail : philmarso@yahoo.fr ou au 09 53 92 53 17. Vous pouvez aussi vous déplacer à notre boutique aux heures d’ouvertures.

MEGACOM-IK 13 Bd Saint-Marcel – 75013 Paris – Métro Saint-Marcel (Ligne 5)

12h30 / 19h30 du mardi au samedi. 13h / 19h le dimanche

Mai 242014
 

Bureaudevote.fr vous indique la profession de foi : Front de Gauche (Circonscription de l’Ile de France) :

PROFESSION DE FOI FRONT DE GAUCHE  : ICI