Nov 302015
 

Le Monde au chevet du climat – France 2

France 2 propose une émission spéciale à l’occasion de l’ouverture de la Conférence Paris Climat 2015 (COP 21 / CMP 11)*, à laquelle assisteront plus de 80 chefs d’États, dont l’Américain Barack Obama, le Chinois Xi Jinping, l’Indien Narendra Modi et le Russe Vladimir Poutine. Explications de Pascal Doucet-Bon, rédacteur en chef des éditions spéciales.

Nous prenons l’antenne au moment où les différents chefs d’État arriveront au parc des expositions de Paris-Le Bourget. Le dispositif est proche de celui en vigueur aux Nations unies, c’est d’ailleurs la police de l’ONU qui gère la sécurité de la COP 21 à l’intérieur du site. En présence du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, ils prendront tour à tour la parole pour un discours qui ne dépassera pas les trois minutes. Auparavant, ils auront posé ensemble pour une photo de famille historique : c’est la première fois depuis soixante-sept ans, et l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme au palais de Chaillot, qu’autant de chefs d’État sont réunis en France.

Expliquer et comprendre les enjeux

Marie Drucker et ses invités reviendront, en plateau, sur les enjeux politiques et scientifiques de cette COP 21. Outre Étienne Leenhardt, rédacteur en chef du service politique étrangère de France 2, seront, entre autres, présents, Brice Lalonde, qui fut le chef de la délégation française à la COP de Copenhague en 2009 et qui est, depuis 2013, conseiller auprès de l’ONU pour le développement durable ; la paléoclimatologue française, Valérie Masson-Delmotte, qui a récemment été nommée vice-présidente du groupe de travail 1 du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur le climat).

Enfin, à l’aide du barco, Nicolas Chateauneuf éclairera les téléspectateurs sur les différents enjeux de la COP 21. Il profitera de l’arrivée des uns ou de l’intervention des autres pour revenir sur les promesses et les engagements de tel ou tel pays, expliquer le financement du développement durable dans les pays du Sud par les pays du Nord ou encore, rappeler les pays qui émettent le plus de carbone au monde à ce jour.
Bien évidemment, nous serons continuellement en duplex avec nos envoyés spéciaux présents au Bourget. Un duplex qui se poursuivra dans le Journal de 13 heures d’Élise Lucet.

Clotilde Ruel

* Du 30 novembre au 11 décembre, la France accueille et préside la 21e Conférence des parties à la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ou COP 21 (COP signifiant Conference of Parties). La 11e session du CMP (Conference of the Parties serving as the meeting of the Parties to the Kyoto Protocol) s’ouvre à Paris. Elle veille à la mise en œuvre du Protocole de Kyoto et prend des décisions pour promouvoir l’effectivité de celle-ci.
(sources : cop21.gouv.fr et ird.fr)

À retenir :
– Pour éviter le fiasco de Copenhague 2009, Laurent Fabius a modifié le déroulement de la conférence : « Nous avons pris avec François Hollande la décision d’inviter les chefs d’État le premier jour, et pas à la fin, comme cela avait été le cas à Copenhague, car cela avait eu deux conséquences : les négociateurs avaient attendu les chefs d’État pour négocier et les chefs d’État n’avaient rien résolu. D’où l’idée d’avoir en début de COP une impulsion des responsables politiques. » La France, qui préside la Conférence, espère obtenir un accord historique pour limiter le réchauffement climatique.
(source : Le Monde, du 27 octobre 2015).

– Durant la COP 21, 195 pays doivent s’entendre sur un protocole qui prendra le relais de celui de Kyoto, à compter de 2020. Pour la première fois, les pays émergents et en développement, partie prenante de cette conférence, devraient être associés à l’accord. Un protocole qui devra « adopter une approche dynamique », avec une révision à la hausse régulière des objectifs et des moyens, souligne le patron du PNUE.
(source : Le Parisien, du 6 novembre 2015).

– Diplômée de l’École centrale et d’un doctorat préparé au CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), directrice de recherche (CEA) au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, Valérie Masson-Delmotte a participé à la rédaction des quatrième et cinquième rapports du GIEC (elle vient d’être nommée coprésidente d’un des groupes de travail). Elle a été lauréate du prix Irène Joliot-Curie remis par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, dans la catégorie « femme scientifique de l’année », en 2013. Elle se préoccupe de la vulgarisation des sciences du climat et des problèmes liés au réchauffement climatique et a réalisé plusieurs ouvrages pour le grand public, dont Climat : le vrai et le faux (Le Pommier), Les Expéditions polaires, avec Gérard Jugie et Yann Fastier, (Le Pommier) et Le Climat de nos ancêtres expliqué à nos enfants, avec Bérengère Dubrulle et Cécile Gambini, (Le Pommier).
(source : futura-sciences.com)

– Le 10 décembre 1948, les 58 États membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au palais de Chaillot.

Communiqué de presse France 2 – 9 novembre 2015


Sep 062013
 

« J’apprécie beaucoup l’engagement du président Hollande en faveur d’une réaction internationale forte à ces actes cruels »

Barack Obama – G20 – Moscou – Vendredi 6 septembre 2013

Sep 012013
 

« Nous sommes les Etats-Unis d’Amérique, et nous ne devons pas nous détourner de ce qui s’est passé à Damas. (…) Nous sommes prêts à relever ce défi. Nous devons montrer aux autres pays que nous faisons ce que nous disons. Il n’y a pas de décision facile. Mais je n’ai pas été élu pour éviter les décisions difficiles.» –

Barack Obama – Conférence Maison Blanche – Samedi 31 août 2013

Sep 012013
 

« Je sais que notre pays sera plus fort si nous passons par le Congrès. Car le problème qui se pose ne permet pas d’agir à la légère. (…) Il ne faut pas utiliser à la légère la force militaire.»

Barack Obama – Conférence Maison Blanche – Samedi 31 août 2013

 

Sep 012013
 

« Je vais demander l’autorisation pour utiliser la force militaire auprès du congrès américain. Ils vont tenir un vote dès qu’ils reprendront leurs travaux.» –

Barack Obama – Conférence Maison Blanche – Samedi 31 août 2013