Mar 082015
 

Luz : Un enterrement d’enculé ?

Je Suis Charlie - Attentat du 7 janvier 2015 à la Rédaction de Charlie Hebdo

Je Suis Charlie – Attentat du 7 janvier 2015 à la Rédaction de Charlie Hebdo

Vendredi 16 janvier 2015, un dernier hommage a été rendu à Pontoise au dessinateur Charb, rédacteur en chef de Charlie Hebdo. Le dessinateur Luz, c’est une nouvelle fois singularisé par un discours burné à la vulgarité. Une marque de fabrique estampillée à l’hebdomadaire satirique en ces termes :

Charb, je peux l’avouer enfin, je sais que tu ne m’en voudras pas de le révéler à ta famille, tes amis, tes camarades, tes lecteurs et lectrices… Charb, mon amant (…). Ah, qu’est-ce qu’on s’est enculé toutes ces années ! Depuis que tu m’as fait découvrir les Dead Kennedys en 1991. (…) Je suis Charlie, prouvez-le ! Prenez vos crayons, vos papiers, un scan, un ordi, exprimez-vous… En texte, en dessin, en vidéo, que sais-je ! (…) Mon vieux pote, on ne va plus trop s’enculer tous les deux mais l’humour bande encore ! Too drunk to fuck, but too funny to die !

 ***

Le 14 décembre 1981 naissait à Paris, Radio Carbone 14. À cette époque la liberté d’expression souffla sur un ton très libertaire ! Une aventure humaine sur 97,2 Mhz qui selon une légende urbaine avec pour moteur : « plus les animateurs se haïssait, plus ça faisait de bonne émission ».

Est-ce qu’à Charlie Hebdo, plus on s’encule, plus ça fait un bon trou de balle ? Nous avons demandé à quelques enculeurs de mouche d’expertiser cette théorie.

« Les propos des personnages nommés ici sont le fruit imaginaire de l’auteur Phil Marso. toutes ressemblances ci-dessous avec des personnes existantes seraient pure coïncidence ».

Gégé – 80 ans ex-légionnaire

Putain ! Quand t’arrivais à la légion, t’es un bleu-bite, mais déjà un enculé de première ! Ton casier judiciaire est aussi long qu’un manche à balais, sauf qu’on efface tout d’un coup pour la patrie. C’est un peu notre toilette intime, personne n’en parle. Tu peux être sur, qu’après on serre les rangs ! Notre liberté d’expression se résume à des bastos et un fusil-mitrailleur avec le pas cadencé « Boudin ». Un Charlie, jonglant avec des grenades en première ligne de front, le temps que ça pète. L’enculé a mon coup de pied au cul. La Compagnie, c’est sacrée ! On veut bien mourir au combat, mais ne pas pleurnicher devant les caméras.

John – 35 ans trader en crise 2008

A la salle des marchés, il y a toujours une attente. Lequel se fera enculer le premier ! Mais nous, ça se fait avec classe ! Le latex politique nous préserve tout en restant propre dans notre tête. Enculer son prochain OPEA, c’est une tirelire très morale ! Ça se fait avec doigté au bout du clavier. On ne se vante pas d’être un enculé pour se sentir mieux à l’échelle mondiale. Même si au fond du FMI, on aime que ça grimpe crescendo. Le Kerviel bashing, histoire de montrer son cul à toute la planète, on évite ! Est-ce qu’un Charlie à sa place chez nous ? Non, les enculeurs de mouches salissent nos écrans prévisionnels.

Blank – 52 ans, kepon

Les Deads Kennedy, c’est tout une époque avec les enculés de service Reagan et Thatcher ! En France, on avait Gogol 1er avec le fameux « J’encule ! » et Les Vampires « Jean-Marie le penis ». Une belle enculade très fun pour les uns, un blasphème textuel pour les autres. Un Charlie dans notre squatte, n’y pense pas, damned ! On préfère de l’authentique, pas un keum qui se vautre sur une planche à dessin pour faire style et qui regagne son appart’ de gauche caviar post soixante-huitard. Ici, le No Futur est de mise !

Riky – 40 ans Sextape hardeur

La sexualité a toujours attiré des trous de balle pour se la péter ! Plus l’interdit prime, plus ça fait du bien par où ça passe. À une certaine époque, le cul-béni était montré du doigt jusqu’au septième ciel. Bouffeur de chatte, bouffeur de cul tout y passaient pour la libération des corps et des âmes. Un petit coup par ci, un petit coup par là, il y avait de l’abondance dans les années 70’. On a beau être monté comme un cheval de course, il faut cravacher dur, du matin au soir. Un Charlie dans notre équipe c’est immoral ! On ne veut pas de faiblard qui utilise les mêmes positions à la petite semaine. Ce n’est pas bon pour la recette de l’orifice selon Père Choron.

 Phil Marso – 26 janvier 2015