Jan 052016
 

Programme TV – Infrarouge : Du côté des vivants

Mardi 5 janvier 2015 – France 2 – 23h10

Je Suis Charlie - Attentat du 7 janvier 2015 à la Rédaction de Charlie Hebdo

Je Suis Charlie – Attentat du 7 janvier 2015 à la Rédaction de Charlie Hebdo

Documentaire. Ecrit par David André. Réalisé par David André et Bruno Joucla. Produit par Brotherfilms. Avec la partipation de France Télévisions, de la RTS Télévision Suisse et de ICI – RDI. Avec le soutien du Centre National du Cinéma et de l’image animée et de la Procirep – Angoa société des producteurs.

Durant l’année 2015, la France a été frappée par plusieurs attentats djihadistes. Plus de 150 personnes y ont laissé la vie. Attablées à des terrasses de café parisiennes. Assistant à un concert de rock. Devant le Stade de France. Faisant leurs courses dans un commerce casher.

Protégeant la population, lorsqu’elles faisaient partie des forces de l’ordre. Des centaines d’autres sont blessées. Des milliers traumatisées. Et tout un pays encore sous le choc. Les livres d’histoire retiendront que cette année là, les dessinateurs et journalistes du journal satyrique Charlie Hebdo furent frappés les premiers. Nous étions le 7 janvier 2015. Il était 11h20. La réunion hebdomadaire du journal était en cours.

Au-delà des débats, des soutiens, des reproches parfois adressés à ces trublions, pourfendeurs visionnaires de l’intégrisme religieux, artistes idéalistes et provocateurs transformés, à leur corps défendant, en héros de la liberté. Ce film documentaire propose de découvrir qui ils étaient.

Montrer, à ceux qui ont défilé pour les soutenir, non pas pour quoi mais pour qui ils marchaient en silence. Et proposer à ceux qui ne voulaient pas dire « Je suis Charlie » de prendre le temps de découvrir ces trajectoires humaines.
Onze récits poétiques, portés par les proches des disparus et par les survivants eux-mêmes, vivant désormais pour beaucoup sous protection policière. Onze fragments, conçus comme de petites nouvelles, entre présent et passé, s’attachant parfois à un détail de leurs vies, de leur vocation.

Une évocation poignante et, par moment, poilante de Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Luz, Honoré et d’autres visés ce jour-là : grands enfants portés par un idéalisme qui s’est heurté, le 7 janvier 2015, à une autre vision du monde.

Communiqué de presse France 2 – 12 décembre 2015

Jan 042016
 

Les Journées Mondiales.com vous annonce la Journée commémorative de l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo : 7 janvier 2015

Le 7 janvier 2015, la rédaction du journal satyrique, politique, social Charlie Hebdo subissait un attentat qui assassinat une partie de sa rédaction ainsi que des invités et des policiers ce jour là : Frédéric Boisseau, Franck Brinsolaro, Cabu, Elsa Cayat, Charb, Honoré, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, Tignous, Wolinski.

Le site officiel du journal satyrique, politique, social Charlie Hebdo : ICI

Mar 172015
 

Charlie Hebdo – Pauvres : travaillez, on vous aide !…. A ne pas se révolter

Charlie Hebdo N°1181 - 11 mars 2015

Charlie Hebdo N°1181 – 11 mars 2015

Charlie Hebdo dans son N° 1187 du 11 mars 2015 propose un historique des mesures prises depuis la création du RMI (1988). C’est l’économiste maison du journal satirique Jacques Littauer qui s’y colle sous le titre : Pauvres : travaillez, on vous aide !

Dès les premières lignes de l’article, il y a une erreur monumentale qui a eu un impact important sur toute une génération Mitterrand sacrifiée ! Après le 10 mai 1981, un grand espoir naissait notamment pour les travailleurs pauvres et les chômeurs. À l’époque le taux de chômage frôlait 10%. 1983, un grand virage nous annonçait l’austérité. Michel Rocard en 1988 mettait en place le R.M.I (Revenu minimum d’insertion). Ce dispositif permettait aux personnes âgées de 25 à 60 ans ne percevant aucun revenu d’obtenir une allocation pour survivre !

Est-ce que pour autant l’insertion était prise en compte ? Oui, mais sous la forme du volontariat du demandeur. L’aide à l’insertion n’était pas vraiment réelle et ne demandait pas d’obligation à l’allocataire. Pour preuve je suis passé par là en 1988, puis 1991 à 2001. Ma seconde période d’érémiste a consisté d’informer la caisse d’allocation familiale tous les trimestres en cochant la case des trois derniers mois : aucun revenu. C’est ainsi pendant 10 ans (1991-2001), je percevais une somme mensuelle qui m’a permis de survivre.

Je tiens à préciser qu’en octobre 1987, je lance la sarl de presse Megacom-ik au capital de 2000 francs (305 €) sans la moindre aide financière d’une banque ou d’un organisme d’État. Mon entourage m’a soutenu dans ce projet. Pendant un an et demi (1989/1990) j’ai pu me dégager un salaire à mi-temps au Smig et sortir du RMI. La guerre du golfe début 1991 a fait chuter les budgets « pub » en presse écrite. Me revoilà au juin 1991 dans le dispositif RMI pendant une dizaine d’années, tout en étant gérant d’une sarl de presse mais non salarié. Mon chiffre d’affaires n’était pas assez conséquent pour me dégager un salaire.

J’avais réussi à être inséré dans la société de tous les jours tout en restant au RMI. Un économiste libéral dirait que chaque mois, l’état subventionnait ma survie. Ce qui m’a le plus manqué durant ces dix ans c’est surtout un coup de pouce financier d’une banque pour développer Megacom-ik. Bien entendu dans le milieu professionnel que je fréquentais, ma situation sociale était passée sous silence. Toucher le RMI était synonyme déjà de bon à rien, d’assister etc.

Il se fait qu’en 1997, j’ai eu l’occasion d’interviewer Michel Rocard. La question du RMI a bien entendu été évoqué. Sortant de ma réserve, je lui ai expliqué que le RMI était une bonne idée de départ, mais que l’insertion n’existait pas.

Le RMI a été une voie de garage en mode de survie pour nombreuses personnes.

En 2001, je fus convoqué par une commission pour connaître ma situation et mon parcours de 1991 à 2001. Ce rendez-vous s’est transformé en tribunal avec un verdict décidé en 10 minutes.

 Revenons à l’article de Jacques Littauer qui sort un chiffre de nulle part : 514 € pour une personne seule touchant le RSA. En réalité, il faut plus avancer le chiffre de 420 € en 2009. Aujourd’hui, c’est environ 452 €.

Le RMI cela concernait uniquement des personnes sans revenu. Il y avait plus d’aide ponctuelle (Paiement assurance, d’une quittance EDF en retard etc).

Le RSA a ajouté des travailleurs supplémentaires avec très peu de ressources. La part du gâteau « budget » a diminué, laissant les organismes référant avec très peu de marge de manœuvre. Pour preuve, lors d’une demande d’aide à la formation d’un montant de 100 €, mon référant de l’époque à dû bricoler une demande à l’aide sociale de la mairie, puisque impossible de dégager 100 € dans le dispositif RSA.

On parle d’une prime pour l’activité en 2016, qu’en sera-t-il vraiment ? Jacques Littauer conclut qu’avec ce nouveau dispositif qui va permettre aux travailleurs pauvres de glaner quelques euros ne résoudront ni la pauvreté ni le chômage au point de soupçonner l’allocataire à rester dans l’inactivité.

RMI, RSA et que sais-je en 2016 sont surtout un bon moyen aux personnes pauvres de ne pas se révolter ! Le vrai scandale du RMI, RSA c’est d’avoir permis à faire vivre de nombreuses personnes sous le dos de la pauvreté. Je pense à ces associations mandatées par l’État qui doivent s’occuper des allocataires du RSA soit en simple suivi « référant, soit en « formation ». Il faudrait faire un audit de tous ces organismes souvent inefficaces et faire un grand nettoyage de printemps !

Phil Marso – 17 mars 2015

Mar 082015
 

Luz : Drones partout justice nulle part… et mémoire sélective

Charlie Hebdo - Couverture du Mercredi 4 mars 2015

Charlie Hebdo – Couverture du Mercredi 4 mars 2015

Charlie Hebdo a publié mercredi 4 mars un troisième numéro après l’attentat du 7 janvier 2015 qui a décimé une partie de sa rédaction. Le tirage est prévu à 1,56 million d’exemplaires.

Depuis quelques semaines le phénomène « Drone » fait sensation dans l’actualité puisque plusieurs fois dans la nuit notre belle capitale a été visitée par ces engins made in Big Brother.

Le dessinateur Luz nous propose une pleine page (15) illustrée sous le titre classique mais efficace « Drones partout justice nulle part ».

On peut y voir croquer plusieurs personnages emblématiques, mais surtout médiatique. Quelques-uns biens ficelés « Le Drone Al-Qaida traque Toulouse Lautrec qui est accusé d’avoir dessiné le prophète au Moulin-Rouge » sous l’œil inquisiteur d’un drone barbu. Deux compères people : « Le drone Houellbecq cherche des idées en sniffant le drone Zemmour » et « Le drone Zemmour espionne le QG des Femen ».

Bizarrement, Charlie Hebdo fait impasse sur la Marche Mondiale des Femmes 2015 à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme ce dimanche 8 mars. Chût ! Revenons aux fondamentaux qui ont fait le fond de commerce de ce journal satyrique : un drone Jésus Christ pisse sur une porte du site Gleeden (favorisant la rencontre extra-conjugale) avec sa bulle fétiche : « Le drone des associations familiales catholique traque les couples adultères et infidèles ».

Petit clin d’œil polémique de la semaine avec la chanson « Toute la vie » de Jean-Jacques Goldman, Luz nous caricature me semble-t-il Mimi Mathy avec « Le drone Enfoirés vérifie que personne ne fraude dans la queue des restos du cœur ».

Il ne croit pas s’y bien dire Luz pour l’avoir moi-même pratiqué en 87’, 88’. Il peut favoriser le racisme si vous en prenez pour dix ans de placard à la précarité. Coluche l’avouait lui-même qu’il n’y a pas plus con qu’un pauvre. Tout le monde sera servi à la même enseigne, mais il faut pousser des coudes pour ne pas se faire dépasser dans la file d’attente.

Le drone a aussi sa case politique avec le « Drone UMP aspire les idées des drones FN » et les « Drones Le Pen enfument les immigrés dans les bars à chicha ». Le drone crédité à 30 % des intentions de vote aux prochaines élections Départementales 2015 est une caricature de Jean-Marie le Pen. Le vieux en uniforme allemand avec le bras droit nazi appuyé. Il lui manque plus que la queue en tire-bouchon pour se complaire dans la facilité. Tout est bon dans le cochon pour s’en payer une tranche des années 80’.

Luz se paye l’ex-premier Ministre « Le Drone Ayrault espionne les ZAD à Sivens » et l’incontrôlable aboyeur « Le drone Valls traque les parlementaires qui vont en Syrie ».

Nous en terminons avec le glamour « Drone Trierweiler recherche des informations pour écrire la suite de – Merci pour ce moment ».

N’avez-vous pas remarqué qu’il manque un grand absent dans les experts en drone ? Israël ! Ce pays pour des raisons justifiées du tout sécuritaire est le spécialiste de cet engin de surveillance depuis une quarantaine d’année. Le Groupe Israel Aerospace Industries (IAI) est leader sur le marché mondial. IAI (1) a remporté un marché de 36,5 millions de dollars (30 millions d’euros) avec la Corée du Sud en décembre 2014. Une autre société israélienne Elbit Systems (2).a conclut un marché de 250 millions de francs suisses (205 millions d’euros) avec le gouvernement helvétique en juin 2014.

L’opération militaire « Bordure protectrice » lancé par le gouvernement de Benyamin Netanyahou contre la bande de Gaza à partir du 8 juillet 2014 a utilisé notamment des drones pour éliminer des militaires du Hamas. Des dommages collatéraux ont contribué n’en doutons pas à la perte de nombreux civils palestiniens durant cette sale guerre de l’été dernier.

Que faisait Luz l’été dernier pour devenir à ce point amnésique ?

Drones partout, sauf chez Charlie Hebdo ! Dommage, ça aurait pu les sauver.

(1 & 2) Source Valeurs Actuelles – 29/12/14

Phil Marso – Dimanche 8 mars 2015

Mar 062015
 

Charlie Hebdo a publié mercredi 4 mars un troisième numéro après l’attentat du 7 janvier 2015 qui a décimé une partie de sa rédaction. Le tirage est prévu à 1,56 million d’exemplaires.

Charlie Hebdo - Couverture du Mercredi 4 mars 2015

Charlie Hebdo – Couverture du Mercredi 4 mars 2015

Si l’on en juge par la couverture signée Willem, Charlie Hebdo a décidé de revenir aux fondamentaux : s’attaquer au Front National. Il est vrai qu’à l’approche des élections départementales (22 & 29 mars) le parti de Marine Le Pen est crédité de 30 %  des intentions de votes selon plusieurs sondages. C’est dire qu’il y a le feu à la maison mère de la république.

La couverture montre deux skidnead aux gueules cassées, censées représenter les militants du FN en 2015. Un titre pas très original indique « Le FN ne fait plus peur ».

Réduire l’électeur FN en un skidnead est un boulot de fainéant par excellence ! On se croirait replonger dans les années 80′ où déjà le FN était diabolisé par l’excellente chanson des Bérurier Noir « Porcherie » (Album : Concerto pour détraqué / 1985).

Seulement à l’époque il y avait deux tribus les skidnead rouges et les skidnead fachos qui avaient la même allure :  crâne rasé, ranger etc…

À force de diaboliser le FN par des caricatures simplistes, on fait le lit de ceux qu’ont est censé combattre.

Personnellement, j’ai commencé à voter aux élections présidentielles en 1995 quand le FN commençait sa vague à deux chiffres sur l’échiquier politique. Jean-Marie Le Pen avait enregistré un score à 15% le 23 avril 1995 au premier tour des élections.

À l’intérieur de ce Charlie Hebdo N°1180, en page 4, un article signé Jean-Yves Camus intitulé : Départementales « Contre le FN changer de logiciel ».

Je me suis dit, enfin quelque chose de sensé pour combattre les idées du FN. Il se fait qu’en 1997, j’étais tombé sur un dossier du réseau Voltaire qui décortiquait très bien le programme FN. Au moment des élections de 2002, je m’étais aperçu que le FN avait fait juste un copier-coller de son programme de 95. Sans prétention, à l’époque je l’avais décliné en sondages humoristiques sur mon site « Boycottyes.com » afin de pointer du doigt ce qui risquait de nous tomber sur le coin de la gueule si le FN arrivait au pouvoir.

Ne pas s’attaquer au représentant du FN, mais plus au programme de ce parti de droite musclé. Certes c’est moins spectaculaire, moins alimentaire pour remplir son compte en banque, mais ça a le mérite de prévenir : à quelle sauce on va être mangé ! Terminé le logiciel antivirus Marine, place à l’antivirus programme FN pour détecter la moindre faille antirépublicaine censée combattre en 2015, 2016, 2017.

L’auteur Jean-Yves Camus essayiste et politologue français spécialiste de l’extrême droite et expert des groupes radicaux islamistes et converti au judaïsme (Source Wikipédia) attaque son article sous l’angle de l’antisémitisme. La belle affaire me direz-vous ! Comme ci les vieux démons FN du paternel Jean-Marie, suffisaient à faire reculer les frontistes dans les urnes aux départementales 2015. Nous revoilà en 1995, avec ce bon vieux logiciel de diabolisation.

L’électorat du FN s’est élargi grâce à la non-vigilance des deux grands partis : PS & UMP (Ex RPR) qui se sont partagés le pouvoir depuis 34 ans en faisant du clientélisme pour placer ces petits copains encartés.

Jean-Yves Camus demande que l’on soit en alerte à chaque fois qu’une ville frontiste prend des décisions antisociales (fermeture d’un centre social, suppression de la gratuité en cantine et d’une étude surveillée du matin).

Vous remarquerez depuis les municipales de 2014, les médias traditionnels pointent du doigt chaque décision venant d’un maire frontiste. Si ce travail journaliste est à faire, mais il reste complaisant. Pourtant chaque année, la cour des comptes épingles des gâchis financiers venant de mairies gérées par la gauche, la droite avec son clientélisme forcené associatif. Ce n’est pas grave, le contribuable passe à la caisse !

Jean-Yves Camus remet en cause le référendum direct à la Suisse qui pourtant impliquerait le citoyen sur des décisions de la cité au quotidien. Selon lui, c’est ce que propose le programme FN en cas de victoire. Mais pour lui, ça ne sert à rien puisqu’il affirme « Le corps électoral serait appelé aux urnes comme on appelle à se rendre aux commémorations : une fois que c’est fini, chacun rentre chez soi content du devoir accompli, en sachant que rien ne changera. »

Jean-Yves Camus conseille un changement de logiciel FN mais sans trop bousculer les fondamentaux, en clair une simple mise à jour de la diabolisation. 

Phil Marso le Pirate  – vendredi 6 mars 2015

 

Jan 202015
 

Le 10 janvier 2015, j’avais constaté que Yahoo.fr avait fermé ses forums suite à l’attentat commis contre la rédaction de Charlie Hebdo.

Oh miracle ! Aujourd’hui Yahoo.fr décide de rouvrir les vannes de la liberté d’expression.

On va pouvoir débattre à nouveau sur les sujets d’actualités.

Est-ce que les modérateurs de Yahoo.fr étaient partis faire un stage à la NSA ?

A moins qu’une gastro Mac Donald aurait décimé toute l’équipe ?

Obama a-t-il passé un coup de fil perso pour que l’on parle de sa progéniture ?

Yahoo.fr ouvre les frontières de la liberté d’expression. Il est important d’avoir sur soit son passeport haineux pour faciliter la circulation des idées nauséabondes.

Merci qui, Charlie of course !

Phil Marso – Mardi 20 janvier 2015

Article du 10 janvier 2015 –  Je suis Charlie : Yahoo censure son forum

Jan 152015
 

 Programme TV – Complément d’enquête : Attentats, le jour d’après

Jeudi 15 janvier 2015 – France 2 – 22h20

Magazine de la rédaction. En direct. Conçu par Benoît Duquesne. Préparé par François Ducroux, Joel Bruandet et Thomas Horeau. Réalisé par Philippe Lallemant. Coordonné par Caroline Bélicard et Céline Cardi. Présenté par Nicolas Poincaré.

En raison de l’actualité, Complément d’enquête bouleverse son sommaire et propose une émission spéciale en direct. 

Après les attentats, vient l’heure des questions. Trois sujets pour tenter d’y répondre :

– Enquête sur le parrain présumé des terroristes, le mystérieux Djamel Beghal, qui aurait endoctriné les frères Kouachi et Amedy Coulibally.

– Coup de projecteur sur les policiers, très populaires depuis la semaine dernière.  Alors que trois d’entre eux ont trouvé la mort, comment affrontent-ils la menace terroriste ?

– Enquête enfin sur le malaise des musulmans français, qui font face à une vague d’actes islamophobes d’une ampleur sans précédent.

Communiqué de Presse France 2 – Jeudi 15 janvier 2015