Déc 122015
 

Programme TV – 50 MN Inside Le Mag : Les coulisses de Star Wars

samedi 12 décembre 2015 – TF1 – 19h05


EXCLU NIKOS ALIAGAS DANS LES COULISSES DE STAR WARS
DECOUVREZ SA RENCONTRE AVEC CHEWBACCA

Une émission présentée par Sandrine Quétier et Nikos Aliagas
Proposée par TF1 Production

En attendant l’immersion totale dans les coulisses de Star Wars, découvrez en avant-première et en exclusivité la rencontre officielle de Nikos Aliagas et Chewbacca aux commandes du célèbre vaisseau spatial d’Han Solo !

Chaque samedi : «  50 MN INSIDE LE MAG  » à 19h05.
Retrouvez 50 MN INSIDE en replay sur MYTF1, l’offre à la demande multi-écrans de TF1 !

Communiqué de presse TF1 – 11 décembre 2015

Nov 242015
 

Cinéma – L’Homme irrationnel – Chronique critique ciné

Film de Woody Allen. Avec Joaquin Phoenix, Emma Stone, Parker Posey, Jamie Blackley, Meredith Hagner, Ben Rosenfield, Susan Pourfar – 1h35 – Sortie le 14 octobre 2015.

Abe Lucas, philosophe et enseignant à la réputation sulfureuse est reconnu par ses pères. Jusqu’au jour où son meilleur ami, perd la vie en Irak. Commence alors une descente vertigineuse dans la mélancolie, la déprime. Il n’a plus de goût à rien. C’est dans cet état d’esprit qu’il débarque dans une petite ville disposant d’un campus universitaire. L’accueil est chaleureux et les professeurs sont ravis d’accueillir un tel philosophe. Abe se promet de ne plus faire les mêmes erreurs du passé : emballer les étudiantes, avoir l’âme militante pour de nobles causes et respirer le bien-être. Pourtant deux femmes vont s’intéresser à sa détresse obsessionnelle. Rita quinqua mal mariée, très portée sur le sexe, voudrait partir en Europe, mais pas toute seule. Jill, étudiante pétillante casée avec le séduisant et brillant Roy. Ce dernier s’inquiète de l’arrivée du philosophe. Abe reste néanmoins distant. Un déclic illégal va provoquer chez lui l’envie de mordre la vie à pleine dent. Son entourage féminin doit-il s’en inquiéter ?

« L’homme irrationnel » est le nouveau film de Woody Allen qui aborde la romance façon thriller enrobée des grands noms de la philosophie littéraire. Le réalisateur renoue avec sa recette d’antan : humour, référence intellectuelle et fond sonore très jazz. Joaquin Phoenix est toujours excellent dans son jeu d’acteur séduisant pour la déprime. Emma Stone assez craquante et touchante de naïveté. Parker Posey complète ce trio jouissif et cocasse. Un film très agréable et bien ficelé dans la tournure des évènements qui prendront forme au fil du récit sensuel et tragique. J’avais longtemps boudé Woody Allen pour sa non-mixité flagrante de ses personnages. « L’homme irrationnel » n’échappe pas à la règle du réalisateur, mais avouons-le, reste un moment très savoureux.

Phil Marso – Mardi 24 novembre 2015 – Walkmovie.info

Nov 222015
 

Chronique critique Cinéma : Les Suffragettes

Film dramatique de Sarah Gavron. Avec Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Meryl Streep, Brendan Gleeson, Anne-Marie Duff, Ben Whishaw, Romola Garai, Finbar Lynch  – 1h46 – Sortie le 18 novembre 2015.

Au début du siècle dernier, l’Angleterre est un pays coupé en plusieurs classes sociales dont le monde ouvrier représente le fer de lance de la nation. Pourtant, une revendication gronde, mais irréaliste pour les hommes de la noblesse au prolétariat : le droit de vote des femmes. Elles se surnomment les « Suffragettes ». Elles manifestent pacifiquement et tente d’obtenir un amendement afin que la question soit posée au parlement britanique. Maud Watts ouvrière dans une blanchisserie depuis l’âge de 7 ans, mariée avec un enfant de bas âge prend conscience de cette injustice. Violet, embauchée depuis peu et activiste des Suffragettes tente de recruter Maud. Après des mots, faut-il passer à des actes enfreignant la loi ?

« Les Suffragettes » est un drame social historique, traité d’une manière classique. Mais qu’en serait-il autrement ? Carey Mulligan, incarne bien la mère de famille qui prend conscience petit à petit de l’implacable réalité du sacrifice pour faire avancer la cause des femmes. Sa fragilité maternelle aux yeux des hommes en fera une force avec justesse dans son interprétation. Ce film relate ce combat d’avant-garde à l’époque, sans sortir son kleness de circonstance. « Les Suffragettes » ont voté l’efficacité !

L’Angleterre adopte le droit de vote des femmes en 1928, la Turquie en 1934. Quant à la France se proclamant « liberté, égalité, fraternité », il faudra attendre 1944. Les femmes d’Arabie Saoudite voteront pour la première fois le 12 décembre 2015.

Phil Marso – 22 novembre 2015 – Walkmovie.info

 

Nov 202015
 

Chronique Cinéma : Ange & Gabrielle

Ange & Gabrielle - Cinéma - Sortie le 11 novembre 2015

Film comédie d’Anne Giafferi. Avec Patrick Bruel, Isabelle Carré, Alice de Lencquesaing, Thomas Soliveres, Carole Franck, Laurent Stocker – 1h31 – Sortie le 11 novembre 2015.

Ange est un homme d’affaires comblé. C’est un grand séducteur, il passe de conquête en histoires éphémères tel un célibataire en liberté de mouvement. Jusqu’au jour où il voit débouler Gabrielle. Une mère seule dans la vie exceptée sa fille de 17 ans, Claire. La jeune femme est enceinte de Simon. Celui-ci serait le fils caché d’Ange. Gabrielle demande à Ange de convaincre Simon de reconnaître le futur enfant. Ange va-t-il se défiler face à ce harcèlement peu commun ?

« Ange & Gabrielle » est une comédie légère sur le thème de la paternité. Isabelle Carré est énergique et pétillante face à Patrick Bruel tout en justesse. On regrette néanmoins que les personnages secondaires n’aient pas été assez étoffé pour susciter plus d’intrigues, de situations drôles. Ce film reste néanmoins un bon moment de détente salutaire dans le contexte actuel.

Phil Marso – 20 novembre 2015

Source : Walkmovie.info

Mai 172015
 

Critique cinéma – La Tête haute

Film dramatique d’Emmanuelle Bercot. Avec Catherine Deneuve, Rode Paradot, Benoît Magimel, Sara Forestier, Diane Rouxel, Anne Suarez, Elizabeth Manev,  – 2h09 – Sortie le 13 mai 2015.

Film « La Tête haute » d'Emmanuelle Bercot - Sortie le 13 mai 2015

Film « La Tête haute » d’Emmanuelle Bercot – Sortie le 13 mai 2015

La juge pour enfants en voit défiler dans son bureau des plus petits jusqu’à la majorité. Ici nous sommes à Dunkerque, mais cela pourrait être une autre ville. La bonne bouille de Malory huit ans déboule avec sa mère Séverine trop jeune, immature et son petit frère à peine né. Malory grandit dans une agitation perpétuelle, auto-destructeur avec une seule passion : voler des voitures.

Il va de collège en collège pour trouble du comportement, il ne tient pas en place et n’a aucune conscience de son propre devenir. Son casier judiciaire est long comme le bras avec un destin déjà tracé à la case prison. La juge est un sas de décompression, de compréhension à toutes épreuves, mais dans une durée limitée. Est-ce que son nouvel éducateur Yann sera sa planche de salut ?

« La Tête Haute » s’intéresse au parcours d’un jeune délinquant. Le système éducatif judiciaire tente de le sortir de la tête de l’eau ce qui est une tâche plus rude en 2015. Terminé les internats dès l’âge de 10 ans qui permettait un suivi éducatif sur plusieurs années avec à la clé, apprendre un métier dès l’âge de 14 ans. Depuis plusieurs décennies, on case ces jeunes en famille d’accueil, en foyer, mais sur des délais très courts. Quand il y a de la famille, on les réinjecte dans son milieu d’origine au gré d’un comportement apaisé.

Chaque cas est particulier et dans le personnage de Malory, l’absence d’un père et d’une mère pas très structurée alourdit l’addition. L’épée de Damoclès de la majorité est souvent évoquée dans le film avec le leitmotiv : avoir un projet ! À travers ce film quelques réminiscences de mon passé m’ont interpellé avec la tentation d’exclamer « branleur » à l’encontre du fameux Malory.

Ne voyez pas en moi, un ton moralisateur, mais une marque de tribu indélébile pour ceux qui ont connu un parcours semblable plus ou moins chaotique. Par contre je n’ai pas le souvenir qu’un éducateur m’est balancé un jour que l’État dépense 800 € / jour, mois  pour que je m’en sorte. C’est dire que la loi du marché et de son syndrome des statistiques judiciaires ont souvent le dernier mot.

« La Tête Haute » a pour objectif de secouer le spectateur ce qu’il réussit en partie. La fin tombe trop dans la facilité à mon sens. En définitive, ce film aurait eu le mérite de s’attaquer non pas qu’à un seul et unique Malory, mais à plusieurs. Ceci pour montrer que l’on gagne, qu’on perd à tenter de relever la tête.

 Phil Marso – 17 mai 2015

Source : Walkmovie.info

Avr 092015
 
TF1 VIDEO lance son label eCinéma
EXCLUSIVEMENT CHEZ VOUS

LA RENCONTRE EVENEMENTIELLE ENTRE LE CINEMA ET LA VOD

Les Français aiment passionnément le cinéma. Ils le plébiscitent en salles mais aussi, et de plus en plus, chez eux, grâce notamment à de hauts débits internet et un équipement Home Cinema de plus en plus perfectionné. Le cinéma est entré dans les foyers et visionner un film chez soi est aujourd’hui une réelle expérience.

Ces publics connectés représentent de nouvelles opportunités de diffuser très largement et en HD, de nombreux films de qualité qui ne bénéficient pas ou trop furtivement de l’exposition qu’ils méritent.

En phase avec ces évolutions, TF1 Vidéo a donc décidé de lancer son label de eCinema. Il est destiné à proposer à l’ensemble des foyers français de grands films en exclusivité. Une initiative qui s’inscrit dans le prolongement de la Premium-VOD inventée par MYTF1VOD pour les séries US.

Dès le 1er mai prochain, TF1 Vidéo lance son label eCinema avec un line-up d’envergure.

Le principe est simple : proposer sur les principales plateformes VOD de grands films cinéma au plus près de la sortie salle du territoire d’origine, en VF et en VOSTF. Le tout à découvrir directement chez soi et sur son écran préféré.

L’offre se présente donc comme un service digital haut-de-gamme exclusif, adapté aux nouveaux usages qui complète l’offre cinéma proposée dans les salles

Les premiers films à sortir sous le label sont :

1er Mai 2015 : SON OF A GUN de Julius Avery avec Ewan McGregor et Brenton Thwaites
22 Mai 2015 : ADALINE de Lee Toland Krierger avec Blake Lively et Harrison Ford
3 juillet 2015 : EVERLY de Joe Lynch avec Salma Hayek

Au second semestre 2015 :
MOMENTUM de Stephen S. Campanelli avec Olga Kurylenko, Morgan Freeman et James Purefoy
MI-5 – Le film tiré de la série éponyme de Bharat Nalluri avec Kit Harrington
HOW TO MAKE LOVE LIKE AN ENGLISHMAN de Tom Vaughan avec Pierce Brosnan, Jessica Alba, Salma Hayek

Chaque film sera proposé en HD :

  • A la location, au prix public conseillé de 6,99 € TTC en SD et HD (offre de lancement)
  • pour une durée limitée de 45 jours,
  • accompagné de bonus complets (présentation inédite du film par un spécialiste français, making-of, interviews des talents, court métrages, etc)
  • à la vente (téléchargement définitif) au prix conseillé de 12,99€ TTC
  • disponible simultanément sur les principales plateformes de VOD françaises (Box FAI, ordinateurs, tablettes, smartphones, TV et consoles connectées)
  • accessible depuis tous les écrans.

Pour faire découvrir les films de notre sélection, ceux-ci feront l’objet de campagnes promotionnelles puissantes, d’une ampleur comparable à celle d’une sortie salle.

L’offre e-Cinema : une expérience nouvelle et irrésistible
  • De grands films disponibles simultanément sur tout le territoire
  • Au plus près de leur sortie salles dans leur territoire d’origine
  • Avec une expérience spectateur premium : HD, son 5.1, … *
  • Enrichis de bonus inédits
  • Directement sur tous les écrans du foyer
  • Soutenus par d’importantes campagnes de promotion

*conditionné à la qualité de votre bande passante et la configuration technique de votre écran de réception

 Communiqué de presse TF1 Vidéo – 9 avril 2015

Fév 212015
 

Critique cinéma : Kingsman Services Secrets

Kingsman Services Secrets - Sortie le 18 février 2015

Kingsman Services Secrets – Sortie le 18 février 2015

Film comédie de Matthew Vaughn. Avec Colin Firth, Samuel L.Jackson, Taron Egerton, Mark Strong, Michael Caine, Sofia Boutella, Sophie Cookson, Mark Hamill. – 2h09 – Sortie le 18 février 2015.

Richmond Valentine est un milliardaire excentrique qui a fait fortune dans la technologie de pointe. Il se pose une question sur l’avenir de notre planète : comment se préserver du réchauffement climatique face à l’augmentation de la population terrestre ? Sa théorie radicale fait écho auprès du service secret britannique hors contrôle : Kingsman. L’ennui c’est que son dernier élément, équivalant à un James Bond est passé à la découpe. Harry Hart se doit de recruter du sang neuf. C’est ainsi qu’une dette du passé, l’amène à recroiser Eggy’s. Lui, c’est un jeune de la banlieue londonienne qui est loin des critères du bon goût british. Va-t-il avoir l’étoffe d’un agent secret de la couronne d’Angleterre en costume trois-pièces ?

« Kingsman Services Secrets » revisite le mythe de l’agent secret pince sans rire de l’humour anglais avec un Colin Firth assez déjanté. Dans le rôle du méchant fineau, Samuel L.Jackson fait véritablement l’affaire. Taron Egerton dans le rôle du Kingman en herbe manque de charisme pour véritablement faire jeu égal avec son mentor. Qu’importe ! La phase des exercices pour devenir le N°1 est assez jubilatoire. Une fois sur le terrain, un léger temps mort se fait ressentir, mais c’est pour mieux nous surprendre dans un final époustouflant ou l’action à mains nues se transforme en un feu d’artifice épique. Vous serez tellement estomaqué qu’il sera préférable de rester assis jusqu’à la fin du générique pour mieux apprécier le rappel de Kingsman.    

Phil Marso – 21 février 2015 – Walkmovie.info

Fév 202015
 

Un Village presque parfait

Film comédie de Stéphane Meunier. Avec Didier Bourdon, Lorànt Deutsch, Lionel Astier, Denis Podalydès, Elie Semoun, Annie Grégorio, Armelle, Carmen Maura, Pierre Menès, – 1h38 – Sortie le 11 février 2015.

Le charmant petit village « Saint-Loin la Mauderne » avec ses 120 habitants est niché dans une enclave montagneuse. Une qualité de vie très enviée si toutefois l’usine n’avait pas fermé entrainant une désertification. Seul le bureau de poste résiste pour donner le RSA chaque mois. Germain le maire, décide de réagir en envoyant un dossier à Bruxelles pour subventionner une Scop. L’administration technocratique européenne est pointilleuse et exige qu’un médecin s’installe durant 5 ans. C’est ainsi que débarque Maxime, docteur en chirurgie plastique, amateur de cricket et ayant plus la culture bobo-urbaine dans son attitude. Germain demande à ses administrés de faire un effort au point de bannir le rugby et tous les défauts que peut comporter un trou perdu. Maxime va-t-il apprécier ce changement d’air ?

« Un village presque parfait » est loin d’être une comédie simplette sur la désespérance d’un petit village et la délocalisation d’un citadin arrogant. Ici, tous les personnages sont attachants et les situations comiques bien distillées pour nous raconter l’esprit rural sans lourdeur. C’est un véritable bol d’air à ne pas se priver.

Phil Marso – 20 février 2015

Source : Walkmovie.info

Fév 102015
 

Film dramatique de Morten Tyldum. Avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Mark Strong, Rory Kinnear, Charles Dance, Matthew Beard, Allen Leech. – 1h55 – Sortie le 25 janvier 2015.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le régime nazi était déjà en avance sur l’armement face aux alliés. Mais il avait un atout supplémentaire sur le plan des transmissions codées avec le système Enigma. Les sous-marins allemands ont ainsi pu détruire la flotte anglaise, couper des ravitaillements sur terre etc. Le commandant Denniston à Londres est chargé de recruter les meilleurs mathématiciens pour décrypter Enigma. Alan Turing est sans doute le plus imaginatif, mais le plus insociable de l’équipe. Sa force de caractère puisée dans les fêlures de son enfance va-t-elle contribuer à enrayer l’hécatombe des alliés sur le terrain ? Mieux ! Percer le mystère Enigma peut-il faire gagner la guerre ?

« Imitation Game » est un fait historique méconnu longtemps après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Alan Turing a été sans aucun doute le précurseur de l’ordinateur, mais les évènements tragiques et la moralité de la couronne d’Angleterre n’ont pas épargné ce personnage héroïque de l’ombre. Benedict Cumberbatch qui incarne ce mathématicien arrogant et génial à la fois transpire la dramaturgie sur l’écran. La charmante Keira Knightley lui donne la réplique féministe assez touchante. Ici, pas d’action spectaculaire mais le film tient toutes ses promesses de suspens en matière grise.

Phil Marso – 10 février 2015 – Source : Walkmovie.info

Fév 102015
 

Film de Martin Bourboulon. Avec Marina Foïs, Laurent Lafitte, Alexandre Desrousseaux, Anne Lemarchand, Achille Potier, Judith El Zein, Michaël Abiteboul, Vanessa Guide, Michel Vuillermoz – 1h25 – Sortie le 4 février 2015.

Un mariage heureux peut-être un divorce exemplaire, c’est du moins ce qu’espèrent Florence et Vincent Leroy. Sauf qu’ils ont trois mômes insupportables ! Qui va avoir la garde des enfants ? À moins que l’on préfère une garde alternée ? Le hic c’est que Florence ingénieur en chantier éolienne est promue pour un poste au Danemark. Vincent doit faire une mission humanitaire, le rêve de toute une vie en tant que médecin. Cela tombe aux mêmes dates, il va falloir donc s’entredéchirer pour éviter d’avoir à boulets les sales gosses. Une seule solution : être le parent le plus odieux. Est-ce un rôle difficile quand on a toujours été un papa, une maman irréprochable ?

« Papa ou Maman » est une excellente comédie sur le divorce, mais cette fois-ci traité sous un angle nouveau. Ce qui fait l’originalité du scénario avec cerise sur le gâteau : les mômes sont des têtes à claques ! Ici, on pousse à l’exagération sur le ton limite de l’humour noir. Les gags défilent sur un bon rythme, même si certaines situations paraissent invraisemblables. Ce film est par contre déconseillé aux personnes en plein divorce ou qui ont très mal vécu la séparation. Marina Foïs joue pour une fois avec justesse sans en faire des tonnes et Laurent Lafitte très classe ! Quant aux mômes, ils sont transparents et manquent de place dans le scénario pour montrer leurs vrais talents. 1h25, ce qui explique sans doute la faiblesse de leur rôle. « Papa ou Maman » a reçu le Prix Public studio Ciné Live au Festival International du film de comédie de l’Alpe d’Huez 2015, ce qui est amplement mérité pour son avalanche de bonne humeur.

Phil Marso – 10 février 2015 – Source : Walkmovie.info

Jan 192015
 

Critique Cinéma : Les Nouveaux Sauvages

Les Nouveaux Sauvages - Sortie le 14 janvier 2015

Les Nouveaux Sauvages – Sortie le 14 janvier 2015

 

Comédie dramatique de Damian Szifron. Avec Ricardo Darin, Oscar Martinez, Leonardo Sbaraglia, Erica Rivas, Dario Grandinetti, Juliette Zylberberg, Rita Cortese, Maria Marull, Monica Villa, Cesar Bordon.

Qu’est-ce qui fait que l’on passe d’un comportement équilibré, mais souvent résigné face à l’absurdité de la vie ? Un petit grain de sable qui vient gripper la conscience humaine au point d’adhérer tout de Go à l’étincelle de sursaut : péter les plombs !

Dans la grande tradition italienne des films à sketch des années 70’, 80’, « Les Nouveaux Sauvages » nous proposent des situations anodines : Que feriez-vous en tant que serveuse, si un jour le responsable qui a foutu votre famille en l’air, débarque pour commander des frites et un coca light ? Par une belle journée andalouse au volant d’une superbe voiture, un bouseux devant vous se traîne sur une ligne droite en faisant des zigzagues. Cela va-t-il provoquer une série de catastrophes en chaîne ? Vous êtes chargé de récupérer le gâteau d’anniversaire de votre fille, seulement la fourrière gâche la fête. Il y a de quoi exploser, si en plus vous êtes artificier de métier. 200 convives pour votre mariage, la soirée festive, exceptionnelle est unique. Sauf que votre mari de quelques heures a invité sa maîtresse. Allez-vous, vous contenter de siffler des flutes de champagne pour noyer votre chagrin ?

« Les Nouveaux Sauvages » version espagnole tient toutes ses promesses, même si le risque de cette entreprise cinématographique est d’avoir à boire et à manger. Le réalisateur Damian Szifron a réuni un casting de comédiens de premier choix qui tranche à nos pâles comédies françaises ravitaillées par l’écurie de comiques TV. Si après le sinistre « Je suis Charlie » vous vous déconditionnez dans l’urgence avec « Les Nouveaux Sauvages ». Une bonne paire de claque zygomatique grinçant, ça soulage !

Phil Marso – 19 janvier 2015

Source : Walkmovie.info

Jan 182015
 

Critique Cinéma : A Most Violent Year

 

Film de J.C Chandor. Avec Oscar Isaac, Jessica Chastain, Albert Brook, David Oyelowo, Alessandro Nivola, Elyes Gabel. Sortie le 31 décembre 2014. Durée : 2h05.

 New York 1981, Abel Morales, patron ambitieux vient d’acquérir provisoirement une raffinerie de pétrole proche d’un fleuve qui domine la ville américaine. Il verse la moitié de la somme à son propriétaire. Il a 30 jours pour trouver le reste, sinon il perd tout. Abel a de l’expérience, il c’est construit une réputation, mais tout en restant dans le droit chemin. Chaque jour, des camions citernes partent livrer ses clients. Il dispose de chauffeurs immigrés, travailleurs consciencieux, c’est le cas de Jullian. Jusqu’au jour où son camion est volé par deux hommes après un passage à tabac en règle. Le patron est confronté à un dilemme : subir où agir dans l’illégalité. Le fisc américain l’a aussi dans le collimateur. Son épouse Anna a grandit au sein de la pègre new-yorkaise dont son père est assez influent. Le problème peut être régler rapidement à coup de flingue. Seulement, son mari Abel ne veut pas franchir la frontière de la violence et régler les obstacles qui s’accumulent en dehors de l’éthique qu’il c’est fixé depuis toujours en tant que patron. Quelle arme va-t-il utiliser pour rester debout ?

 « A Most Violent Year » est la bonne surprise de cette fin d’année 2014. Magistralement interprété par le duo Oscar Isaac et Jessica Chastain, ce film sort des codes du polar traditionnel. La tension est palpable, malgré son rythme judicieusement lent.

Phil Marso – 15 janvier 2015

Source : Walkmovie.info

Jan 182015
 

Critique Cinéma : Loin des Hommes

Film de David Oelhoffen. Avec Viggo Mortensen, Reda Kated, Djemel Barek, Vincent Martin, Nicolas Giraud, Jean-Jerome Esposito, Yan Goven, Antoine Régent, Sonia Amori, Angela Molina. – 1h41 – Sortie le 14 janvier 2015.

Hiver 1954, dans l’Atlas d’Alger perdu dans les montagnes, une maison isolée sert de classe à de nombreux enfants arabes. L’instituteur se donne pour mission d’apprendre à lire à cette population de berger. Le jour de la Toussaint, plusieurs attentats sont commis par des indépendantistes dont les victimes sont des colons français. Quelques jours plus tard, le gendarme Balducci amène jusqu’à l’école un prisonnier : Mohamed. Daru à ordre de l’amener dans une ville à deux jours de marches pour qu’il soit jugé. On reproche à Mohamed d’avoir tué son cousin pour une question de vol de mouton. Les troubles s’amplifient, l’armée française quadrille la région. Daru devra-t-il se comporter en simple instituteur, étranger aux évènements tragiques ?

« Loin des Hommes » est tiré d’une nouvelle de l’écrivain Albert Camus. Ici le dénouement d’un drame reste incertain avec deux visions de la vie. L’un transmettre pour le meilleur, l’autre se sacrifier pour épargner les siens. Le décor naturel de cette terre d’Algérie est empreint de sérénité, de violence où chaque pierre fait l’écho d’une révolte, d’une rédemption. Viggo Mortensen m’avait déjà assez marqué avec la noirceur du film « La Route » (2009). Sa justesse et son humanisme dont n’aurait pas renié Albert Camus fait de sa rencontre avec l’acteur prometteur Reda Kated, une solide complicité dramaturgique.

Phil Marso – 18 janvier 2014

Source : Waklmovie.info

Nov 162014
 

Le film du dimanche soir sur France 2

Braquage à l’Anglaise

Dimanche 16 novembre 2014 – 20h45

Polar de Roger Donalson. Avec Jason Statham, Saffron Burrows, Stephen Campbell Moore, Daniel May, James Faulkner… 1h40 – Sortie le 6 août 2008

Londres 70’, Terry garagiste et petit magouilleur à la petite semaine avec quelques potes de quartier est à un tournant de sa vie. Il se dit : « Mozart a composé son premier opéra à 5 ans. Il est temps que je fasse quelque chose d’énorme ! ». Martine Love, ex-manequin lui propose le braquage d’une banque. Le système de sécurité est obsolète pendant une semaine, le temps d’en installer un plus performant. Le plan est enfantin ! Il suffit de louer la boutique à deux pas de la banque. Creuser un tunnel pendant le week-end pour atteindre la salle des coffres. 400 casiers regorgent d’objets inavouables : bijoux, lingot d’or, liasse de billet de banque. Terry méfiant se pose la bonne question : Pourquoi fait-on confiance à une petite équipe de bras cassé ? Trop tard ! La banque a pour secret quelques photos intimes, un relevé de comptabilité pour flics corrompus… L’embrouille file comme un chronomètre.

« Braquage à l’anglaise » tiré d’une histoire vraie relate un braquage rocambolesque où les voleurs ne sont pas au bout de leurs surprises. Jason Statham habitué à des personnages plus remuants trouve un parfait équilibre dans ce film très british. La comédie est rapidement plombée par la noirceur des faits.

Phil Marso – 6 août 2008

Source : Walkmovie.info

 

Nov 082014
 

Programme TV – Un jour, un destin ! Marie-France Pisier

Dimanche 9 novembre 2014 – France 2 – 23h15

Documentaire. Proposé par Laurent Delahousse. Présenté par Laurent Delahousse. Préparé par Laurent Delahousse. Rédacteur en chef Erwan L’Eléouet et Fabien Boucheseiche. Directeur artistique Serge Khalfon. Produit par Magneto Presse.

Un jour / un destin invite les téléspectateurs à réagir et commenter les portraits en direct sur twitter via le hashtag #1j1d.

En décembre 1961, un journaliste répond à une petite annonce en adressant le cliché d’une jolie jeune femme brune photographiée dans une rue de Nice. Quelques semaines plus tard, c’est elle qui est retenue par François Truffaut, le réalisateur de la Nouvelle Vague, pour incarner l’héroïne du court-métrage Antoine et Colette.

À 18 ans, Marie-France Pisier fait une entrée remarquée dans le métier. Les rôles qui suivront feront d’elle une icône du cinéma, celle d’une comédienne intellectuelle, d’une féministe engagée qui n’hésitera pas à poser dans le magazine Lui en 1966 et à exfiltrer secrètement Daniel Cohn-Bendit en 1968.

Tout se poursuivra dans les années 70 avec une notoriété appuyée par la série télévisée Les Gens de Mogador et la remise d’un César pour deux films lors de la toute première cérémonie.

Lorsque les propositions se feront plus rares au cours des deux décennies suivantes, la comédienne se lancera dans l’écriture et la réalisation en racontant ses tourments familiaux : la violente séparation parentale, le lien rompu avec son père, l’omniprésence de sa mère et le double suicide de ses parents…

Victime d’un cancer du sein et d’une récidive comme sa mère, Marie-France Pisier ne réussira jamais à exorciser les fantômes du passé jusqu’à sa mort énigmatique en avril 2011, à l’âge de 66 ans dans sa propriété du Var.
Communiqué de presse France 2 – Samedi 8 novembre 2014
Oct 202014
 

LABYRINTHE

 

Film de Wess Ball. Avec Dylan O’Brien, Aml Ameen, Will Poulter, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Ki Hong Lee, Jacoob Latimore, Blake Cooper.

Un monte charge avec des provisions alimentaires ramène à la surface un jeune qui vient à peine de se réveiller. Que lui-arrive-t-il ? Arrivé en haut, un comité d’accueil fait de jeunes garçons de son âge le reçoit. Comment s’appelle-t-il ? D’où qu’il vient ? La mémoire ne lui revient pas, ni même son prénom. Face à lui, on va découvrir une immense clairière sauvage entouré d’un mur d’une hauteur infranchissable. Parfois, le mur s’ouvre. Les habitants surnommés « Les Blocards » sont en vérité entourés d’un immense labyrinthe qui se transforme chaque jour. Y-a-y-il une sortie ? Y-a-t-il un plan meuf ?

« Labyrinthe » est vraiment pour ados boutonneux, même si l’intrigue de départ est assez convaincante notamment par le jeu des acteurs. Là où ça se gâte, c’est l’apparition d’une fille Teresa. Logiquement dans un groupe de mecs, ça fout le bordel ! Ici, aucun instinct sexuel n’est évoqué chez ces jeunes garçons dont certains d’entres-eux sont là depuis trois ans. A moins que le logiciel des sentiments amoureux et du mode d’emploi du kamasutra a été effacé de la mémoire émotionnelle. A partir de là, le film tombe dans un classique ennuyant avec grosses bestioles poisseuses et baveuses et une fin apocalyptique pour le genre humain. Tiré d’une trilogie « L’épreuve » du romancier américain James Dashner, ce premier volet s’intitule « Labyrinthe ». Selon de nombreux lecteurs, l’adaptation cinématographique de ce succès de librairie aux Etats-Unis est à côté de la plaque !

Phil Marso –Walkmovie.com – 20 octobre 2014

Source : Walkmovie.info

 

Oct 142014
 

cine0492Hippocrate – Sortie le 3 septembre 2014

Film social de Thomas Lilti. Avec Vincent Coste, Reda Kateb, Jacques Gamblin, Marianne Denicourt, Félix Moati, Carole Franck, Philippe Rebbot, Julie Brochen. 1h42 – Sortie le 3 septembre 2014.

Benjamin fait son premier stage d’interne pour devenir un médecin incontournable. Sauf qu’il est dans le service de son père et aux urgences. Abdel Rezzak, médecin à l’étranger, il arrive dans le même service avec pour objectif de valider ses connaissances en France. Benjamin trop sur de lui va vite comprendre que la théorie et la confrontation d’une garde de nuit est un autre monde parallèle sous haute tension : manque de moyen, personnel insuffisant et prendre des décisions cruciales pour le patient. Quelle erreur a-t-il commis pour que ce SDF ressorts les deux pieds devant, le lendemain matin ?

« Hippocrate » nous plonge avec réalisme dans l’univers des hôpitaux et nous expose à la douloureuse question de l’acharnement thérapeutique face à la fin de vie. La tonalité du film se fait à travers une comédie dramatique bien ficelée comme des points de sutures.

Phil Marso – 14 octobre 2014

Source : Walkmovie.info

Oct 132014
 
Pride - Sortie le 17 septembre 2014

Pride – Sortie le 17 septembre 2014

Film social de Matthew Warchus. Avec Bill Nighy, Imelda Staunton, Paddy Considine, Dominic West, Ben Schnetzer, Georges Mackay, Andrew Scott, Joseph Gilgun, Jessica Gunning, Faye Marsay, Freddie Fox, Jessie Cave, Karina Fernandez, Chris Overton, Joshua Hill, Kyle Rees, Liz White, Sophie Evans, Monica Dolan, Lisa Palfrey, Menna Trussler, Johnny Gibbon, Jack Baggs, Nia Gwynne, Dyfan Dwyfor, Rhodri Meilir, Matthew Flynn, Mary-Anne Dymond, Ed Coleman, Alexander Perkins.

En 1984, deux maladies surgissent en Grande-Bretagne : le sida et la peste anti sociale de Margaret Thatcher. La dame de fer affronte le syndicat des mineurs. A Londres, une librairie Gay & Lesbien décide de se mobiliser contre la casse sociale. Mark en est l’initiateur. Le jeune Jo n’ayant pas 21 ans se retrouve par hasard dans cette aventure hors du commun. Dès qu’ils prononcent le groupe Gay & Lesbien, ils se font raccrocher au nez part les représentants des mineurs. En pleine lutte, pensez-vous cela ferait mauvais genre puisque ces deux mondes ne se croisent pas dans la vraie vie. Mark militant persuasif, emmène sa troupe jusque dans le fin fond du Pays de Galles pour soutenir la cause des ouvriers en grève. Vont-ils être reçus comme des pestiférés ?

« Pride » est dans le registre de la comédie sociale, même si le fond est dramatique. Ici, on prend plaisir à découvrir cette histoire vraie, fait d’une solidarité sans faille. Le représentant du syndicat des mineurs gallois symbolise dans sa phrase l’esprit du film : « En tant que mineur, j’ai fait plusieurs expériences de premières fois : prendre la parole en public, tenir un piquet de grève, affronter la police et aller dans un bar gay plaider notre cause ». Le réalisateur Matthew Warchus nous offre une excellente comédie où les personnages sont attachants avec une énergie communicative dans le militantisme. Plusieurs moments du film peuvent même vous verser une petite larme d’espoir dans la lutte du genre humain. La différence peut s’unir pour faire face à l’injustice sociale et garder sa dignité même si le combat contre le rouleau compresseur Thatchérien est vint.

« Pride » est dans la veine du coup de poing social britannique dont ferait bien de s’inspirer le cinéma français. Ne rêvons pas !

Phil Marso – Lundi 13 octobre 2014

Source : walkmovie.info

Oct 082014
 

EqualiseurEqualizer – Sortie 1er avril 2014

Film d’Antoine Fuqua. Avec Denzel Washington, Chloë Grace Moretz, Marton Csokas, Melissa Leo, Bill Pullman, Haley Bennett, Vladimir Kulich.

McCall, la cinquantaine travaille dans un super marché de bricolage. Dès qu’il rentre chez lui, il est très méticuleux. Il chronomètre même ses gestes du quotidien. Il va ensuite boire un thé dans un pub et amène toujours un livre. Il lit en ce moment « Le vieil homme et la mer ». Teri, une jeune prostituée appartenant à un réseau de la mafia russe est aussi une habituée de ce pub. Un soir, ils font connaissances. Le lendemain, Teri est salement amochée. McCall va-t-il réactiver son savoir-faire pour venir en aide à la jeune femme en détresse ?

Ce qu’on en pense : « Equalizer » est un thriller efficace avec un Denzel Washington qui campe un justicier à la « Taxi Driver ». Mais le parallèle tient la route pendant 1h30, ensuite on retourne dans les films d’action assez clichés où seul compte le nombre de bastos tiré à la minute. On regrette que la jeune Chloë Grace Moretz n’est pas assez présente dans le scénario, ce qui aurait sans doute donné un peu plus de corps à cette dramaturgie d’homme solitaire.

Phil Marso – 8 octobre 2014

Source : Walkmovie.info

Déc 092013
 

Zulu – Chronique Cinéma 

cine0488

Film policier de Jérôme Salle. Avec Orlando Bloom, Forest Whitaker, Conrad Kemp, Inge Beckman, Tinarie Van Wyk-loots, Reghart Van Den Bergh, Randal Majiet, Patrick Lyster. 1h50 – Sortie le 4 décembre 2013.

Une jeune adolescente a été sauvagement assassinée au Jardin Botanique. Un lieu où les Afrikaner habitent dans de somptueuses résidences. L’Apartheid n’a pas effacé encore ses cicatrices, même si la réconciliation et le pardon ont été le leitmotiv de l’ancien chef de l’état Nelson Mandela. Ali Sokhela un flic noir à la droiture exemplaire fait équipe avec Brian Epkeen. Un flic blanc assez bordélique et tombeur. Une enquête où la nouvelle drogue « Tik » qui ravage les Townships de Capetown et gang susceptible de la gâchette seront du voyage. La rue aura-t-elle le dernier mot ?

« Zulu » est un excellent polar qui fait écho à la disparition récente de Nelson Mandela. Le rythme est bien soutenu avec des scènes de violences qui montrent que nous sommes bien en Afrique du Sud. L’intrigue est ficelée aux petits oignons avec un duo de choc Orlando Bloom, Forest Whitaker. La force de « Zulu » fait aussi la part belle aux seconds rôles ce qui dans le genre est inhabituel. Tiré d’un roman de Caryl Férey « Zulu » et réalisé par Jérôme Salle vaut le déplacement et même à revoir pour son ambiance.

Phil Marso – Lundi 9 décembre 2013

Source : Walkmovie.info