Août 102017
 

Programme TV – Monte le Son, le Live – Iggy Pop au festival Rock en Seine 2016

Samedi 19 août 2017 – France 4 – 1h15

Iggy Pop au festival Rock en Seine 2016
Afin de patienter encore quelques jours avant l’édition 2017 du festival Rock en Seine à Paris, « Monte le son » vous propose de (re)découvrir les live les plus marquants des années précédentes. Cette semaine, retour sur le concert d’Iggy Pop, légende rock’n’roll qui continue de fasciner. Incontournable !

Qui a dit qu’à presque 70 ans on ne pouvait plus enflammer la foule en dansant torse nu ? L’année dernière, le concert d’Iggy Pop clôturait en apothéose le rendez-vous annuel de musique live au domaine de Saint-Cloud. Voix rauque et déhanché magnétique, l’Iguane n’a rien perdu de sa superbe et offre une performance mémorable, qui s’ouvre par le titre mythique « I Wanna Be Your Dog », titre figurant sur le premier album des Stooges enregistré en… 1969 !

En 2015, Iggy Pop revient sur son passé tumultueux : sur la base de titres ébauchés avec David Bowie — son ami de toujours —, il compose de nouvelles chansons avec Josh Homme (guitariste et chanteur de Queen of the Stone Age, fondateur et batteur de Eagle of Death Metal). Ironie tragique : cet album, qui compte également le concours de Matt Helders (batteur des Arctic Monkeys) et Dean Fertita (clavier des Queens of the Stone Age), paraît en mars 2016, quelques semaines seulement après la mort de David Bowie.

C’est donc dans un contexte particulier que débute la tournée promotionnelle du 17e album d’Iggy Pop. Unanimement bien accueilli par la critique et le public, Post Pop Depression recèle plusieurs pépites musicales, dont le magnifique « Sunday » (voir vidéo ci-dessous), et pourrait bien — selon les dires de l’artiste lui-même — être l’album d’adieu de cet enfant terrible du punk rock.

Communiqué de presse France 4 – 1er août 2017

Août 102017
 

Programme TV – MONTE LE SON, LE LIVE

Samedi 26 août 2017 – France 4 – 2h

The Last Shadow Puppets au festival Rock en Seine 2016

Afin de patienter encore quelques jours avant l’édition 2017 du festival Rock en Seine à Paris, « Monte le son » vous propose de (re)découvrir les live les plus marquants des années précédentes. Cette semaine, les symphonies pop de The Last Shadow Puppets débarquent d’Angleterre, pour un joyeux rappel de leur passage au domaine de Saint-Cloud l’année dernière !

Alex Turner est chanteur des Arctic Monkeys ; Miles Kane l’est pour The Rascals. Leur rencontre donnent lieu en 2008 au duo The Last Shadow Puppets et à un premier album remarqué. Après huit ans de silence, les voilà de retour en 2016 avec un nouvel opus : Everything You’ve Come to Expect !

Il n’aura pas fallu plus d’un album à The Last Shadow Puppets pour être célébrés. Leur premier album, The Age of the Understatement, sorti en 2008, concentre le meilleur d’Alex Turner, à la voix immédiatement reconnaissable, et de Miles Kane.

Ces deux-là se rencontrent en 2007 lorsque The Little Flames – précédent groupe de Miles Kane – joue en première partie de la tournée des Arctic Monkeys. Se connaissant déjà grâce à de précédents concerts, Turner et Kane se lient alors d’amitié, et filent en studio dès l’été 2007 pour enregistrer quelques titres. Ils s’adjoignent les services de James Ford, producteur musical des Arctic Monkeys, et d’Owen Pallett, collaborateur majeur d’Arcade Fire. Nominé au prestigieux Mercury Music Prize, ils sortent un premier album envoûtant grâce à son orchestration pop, à mi-chemin des génériques de James Bond et du lyrisme de l’énigmatique rockeur Scott Walker .

En dépit de ce succès public et critique, il faudra attendre huit ans et la sortie du cinquième album des Arctic Monkeys pour que le duo retrouve le chemin des studios. Un retour qui signe un changement de cap : Alex Turner et Miles Kane avouent s’être notamment inspirés du Melody Nelson de Serge Gainsbourg et proposent une reprise des « Cactus » de Jacques Dutronc !

Communiqué de presse France 4 – 8 août 2017

Nov 112015
 

Il y a un siècle, les poilus s’apprêtaient à passer leur deuxième hiver sur le front. La cérémonie du 11 Novembre est l’occasion de revenir sur ce conflit dont on commémore le centenaire. Explications de Pascal Doucet-Bon, rédacteur en chef des éditions spéciales.

Cérémonie et musique à l’honneur

Nous suivrons le traditionnel dépôt de gerbes et le ravivage de la flamme sur la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc-de-Triomphe en compagnie de nos envoyés spéciaux.

En plateau, les téléspectateurs retrouveront Marie Drucker, Pierre Servent, notre consultant militaire qui est aussi un collectionneur émérite de la Grande Guerre, Isabelle Veyrat-Masson, sociologue des médias, Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef du service politique de France 2, Nicolas Chateauneuf pour parler du front en 1915 et le compositeur, interprète et improvisateur, Jean-François Zygel. En sa compagnie, nous allons revenir sur les conséquences du conflit sur le plan musical, car il y a un avant et un après 14/18. L’idée n’est pas de convier les téléspectateurs à un cours de musicologie mais de comprendre les changements, à travers des démonstrations, des improvisations au piano comme sait si bien le faire Jean-François Zygel dans son émission La Boîte à musique. Ainsi, et bien que la tendance ait débuté avant 1914, la guerre marque la fin de l’impressionnisme en musique. Avant la guerre, vous aviez de grandes nappes impressionnistes agrémentées de fioritures. Elles disparaîtront au profit d’un mouvement plus « serré ». Le jazz aussi a été découvert avant-guerre, mais tout s’est accéléré avec l’arrivée des soldats américains. Ravel, dès 1917, commence à introduire le jazz dans sa musique et les musiciens classiques français seront les premiers en Europe à considérer le jazz comme de la musique.

En 1915, environ 950 poilus tombaient chaque jour

A l’aide d’un barco – cette version moderne du tableau noir –, Nicolas Chateauneuf nous détaillera la situation du front en 1915, qui reste l’année la plus meurtrière du conflit. En moyenne, 950 poilus sont morts chaque jour. Côté allemand, les chiffres sont à peine inférieurs. Un soldat français qui se réveillait sur le front avait trois fois plus de chance de mourir le jour même que de rester en vie. Des ratios et une situation difficilement imaginables pour nous. Dans de telles conditions, il est étonnant qu’il n’y ait pas eu plus de désertions, de suicides ou de mutilations volontaires. A l’époque, les hommes se battaient par patriotisme. Aujourd’hui, cela peut sembler suranné d’employer ce mot mais c’était le cas. Sans oublier la propagande, qui leur décrivait les « boches » comme étant des barbares mangeant des enfants. La propagande et la manipulation n’étaient pas l’apanage des Français, elles existaient aussi du côté allemand. En revanche, les conditions matérielles étaient meilleures chez nos adversaires. Ils étaient un peu mieux traités, la nourriture et les vêtements propres arrivaient un peu plus souvent. Ils étaient mieux organisés que les Français, qui ne s’étaient jamais vraiment préparés à une guerre de position et qui ne s’y sont jamais vraiment adaptés. Attention, même si je dis que leurs tranchées étaient plus propres, les Allemands ne vivaient pas dans des trois étoiles. Ils avaient eux aussi des poux, des maladies liées à la saleté… mais, en 1915, un peu moins que les soldats français.

De l’usage des gaz mortels

14/18 est considérée comme la guerre des gaz tant leur utilisation a terrifié tout le monde. Et pourtant, au regard du nombre monstrueux de morts durant cette guerre, les gaz n’ont pas été les plus meurtriers. La première utilisation de gaz chlorés sur le front Ouest (en décembre 1914, le front Est en avait déjà fait l’expérience) remonte à février 1915, en Belgique, lors de la deuxième bataille d’Ypres, qui donnera son nom à un gaz resté malheureusement célèbre : l’ypérite. Plus connu sous le nom de gaz moutarde, il sera pour la première fois utilisé dans cette ville en 1917. Depuis Ypres, Fanny Stenneler nous relatera cette première bataille au gaz et les conséquences pour la suite du conflit. Car en 1915, les soldats belges et français ne disposaient pas de masques pour se protéger de ces gaz mortels.

Propos recueillis par Clotilde Ruel

A retenir
– Au cours de cette émission spéciale, Jean-François Zygel reviendra sur les spécificités musicales de La Marseillaise.

– En 2016 seront commémorées avec les Allemands, la bataille de Verdun et avec les Anglais, l’offensive de la Somme.
– Au musée de la Grande Guerre, chaque visiteur a la possibilité de manipuler une poignée mobile fixée à un mur et reliée à un contrepoids de 35 kg. Soit l’équivalent du poids minimum du sac à dos d’un poilu.
– Les gaz de dispersion étaient utilisés depuis la guerre de Crimée en 1905.

Communiqué de presse France 2 – 20 octobre 2015

Oct 272014
 
Compilation Les enfants de la TV - TF1

Compilation Les enfants de la TV – TF1

Pour la première fois, l’émission culte  » les Enfants de la Télé  » vous propose un voyage dans le temps, à travers les génériques d’émissions cultes et une large sélection d’airs incontournables …

Génériques d’émissions, séries, dessins animés et musiques de publicité… Retrouvez les titres les plus célèbres de la télévision en 5CD et 120 titres ! Le cadeau idéal pour les fêtes !

Les dessins animés mythiques : Capitaine Flam, Ulysse 31, Dragon Ball Z, Les Minipouss, L’île Aux Enfants, Goldorak, Albator, Maya l’Abeille, Candy …

Les séries télé incontournables : Dallas, Mac Gyver, Camping Paradis, Arnold & Willy, New York Unité Spéciale, Amour Gloire et Beauté, Côte Ouest, Drôle de Dames, Starsky et Hutch…

Les émissions de télé cultes : Champs-Elysées, Le Top 50, Secret Story, Intervilles, Club Dorothée, le JT de TF1, Sept sur sept, Des Chiffres et des lettres, Fort Boyard, Koh-Lanta, MasterChef…

Les musiques de pub : I Just Wanna Make Love To You, La Foule, Try to remember, Tout l’Amour que j’ai pour toi, Banga, Love Is All…

Déjà disponible – Prix de vente conseillé : 17,99 euros

Communiqué de presse TF1 – Lundi 27 octobre 2014

Août 212014
 

Citationpeople.com vous indique les personnalités qui sont nées un 21 août, signe astrologique Lion :

MUSIQUE 

Count Basie (Lion) né le 21 août 1904. Décédé le 26 avril 1984.

James Burton (Lion) né le 21 août 1939 à Minden (États-Unis – Louisiane) – Guitariste d’Elvis Preslay

Glenn Hughes (Lion) né le 21 août 1951 à Cannok (Staffordshire – Angleterre) – Deep Purple

Patrick Juvet (Lion) né le 21 août 1950 à Montreux (Suisse)

Kelis (Lion) née le 21 août 1979 à New York (États-Unis)

Gérard Manset (Lion) né le 21 août 1945 à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine – 92)

Kenny Rogers (Lion) né le 21 août 1938 à Houston (États-Unis – Texas) – Country

Joe Strummer (Lion) né le 21 août 1952 à Ankara (Turquie). Décédé le 22 décembre 2002. Groupe The Clash

Serj Tankian (Lion) né le 21 août 1967 à Beyrouth (Liban) – Groupe System of a Down

Consuelo Velázquez (Lion) née le 21 août 1924 à Zapotlán el Grande (Mexique) – Décédée le 22 janvier 2005. – Chanteuse / pianiste (Besamé Mucho).

SPORT 

Usain Bolt (Lion) né le 21 août 1986 à Trelawny (Jamaïque)

Retrouvez les dates de naissances des personnalités qui ont marqué l’histoire d’hier et d’aujourd’hui sur walkastro.com




compteur de visite