Fév 062015
 

Du 6 février au 21 mars 2015, les six nations européennes de l’Ovalie se rencontreront sur France 2. 5 week-ends, 15 matches dont 5 joués par les Bleus à suivre depuis le bord de terrain avec Clémentine Sarlat et sur tous les écrans avec Francetvsport*.?

Le Tournoi des VI Nations est le rendez-vous incontournable de l’Ovalie. Mais, cette année, il aura un goût tout particulier ; la perspective de la Coupe du monde, fin 2015, va encore relever le challenge et épicer les matches.

C’est aussi cette année, le premier Tournoi des VI Nations pour la journaliste Clémentine Sarlat. Elle ne nous fera pas manquer une miette de ces rencontres : « Ma mission en bord de terrain consiste à montrer tout ce que les caméras ne captent pas forcément. Les détails, ces petits plus qui donnent aussi des indications aux commentateurs Matthieu Lartot et de Fabien Galthié. Parce qu’on ne voit pas du tout les mêmes choses depuis les gradins. J’ai d’ailleurs dû m’habituer à ce point de vue totalement inédit pour moi. Mais depuis les tests matches, j’ai acquis les réflexes des pros. »

Sans le savoir, cette quête d’expertise commence d’ailleurs, très tôt, dès son enfance lorsqu’elle regardait les matches du Stade Bordelais aux côtés de son père. Une passion pour le rugby qui ne s’est jamais démentie : « J’étais au collège sport rugby à Bordeaux. J’ai donc plusieurs amis qui jouent dans le Top 14, en Pro D2 et comme c’est un petit milieu, je connais beaucoup de monde… »

L’annonce de la composition des équipes ne se fera que dans trois jours pourtant Clémentine Sarlat a confiance en l’équipe du XV de France : « On ne peut pas comparer avec le tournoi de l’an dernier parce que le groupe a beaucoup changé. Je me fie plutôt aux tests matches. Même s’il s’agissait de mes premiers matches en bord de terrain et que je n’étais pas totalement objective, j’ai trouvé que l’ambiance était excellente dans l’équipe. J’ai ressenti un nouvel élan, une nouvelle force et j’ai pu voir de très belles actions. Ça jouait fort ! »

A suivre donc avec attention ce nouveau groupe, d’autant que la compétition promet d’être rude. A quelques mois de la Coupe du monde toutes les équipes vont vouloir montrer de quoi elles sont capables. Pour commencer les Diables rouges du Pays de Galle recevront, chez eux au Millennium Stadium de Cardiff, les hommes du XV de la rose : « Même si l’Angleterre est favorite, j’aime soutenir les équipes qu’on n’attend pas toujours, comme le Pays de Galle ou l’Ecosse. »

Quoiqu’il en soit une très belle affiche pour ce match d’ouverture du Tournoi des VI Nations 2015 dont le calendrier nous réserve une autre surprise en apothéose : le fameux Crunch. La rencontre tant attendue entre l’Angleterre et la France : « C’est génial que le Tournoi se termine ainsi, le suspens sera au rendez-vous jusqu’au bout ! »

Diane Ermel

*francetvsport.fr

Le tableau des rencontres :

Première journée
Pays de Galles / Angleterre : 6 février à 20h50
Italie / Irlande : 7 février à 15 h 20
France / Ecosse : 7 février à 17 h 50

Deuxième journée
Angleterre / Italie : 14 février à 15 h 20
Irlande / France : 14 février à 17 h 50
Ecosse / Pays de Galles : 15 février à 15 h 50

Troisième journée
Ecosse / Italie : 28 février à 15 h 20
France / Pays de Galles : 28 février à 17 h 50
Irlande / Angleterre : 1er mars à 15 h 50

Quatrième journée
Pays de Galles / Irlande : 14 mars à 15 h 20
Angleterre / Ecosse : 14 mars à 17 h 50
Italie / France : 15 mars à 15 h 50

Cinquième journée
Italie / Pays de Galles 21 mars à 13 h 20
Ecosse / Irlande : 21 mars à 15 h 25
Angleterre / France : 21 mars 17 h 50

La liste des arbitres (http://www.rbs6nations.com)
Première journée :
Pays de Galles v Angleterres, Millennium Stadium (Jérôme Garcès)
Italie v Irlande, Stadio Flaminio (Pascal Gauzère)
France v Ecosse, Stade de France (Nigel Owens)

Deuxième journée :
Angleterre v Italie, Twickenham (John Lacey)
Irlande v France, Aviva Stadium (Wayne Barnes)
Ecosse v Pays de Galles, Murrayfield (Glen Jackson)

Troisième journée :
Ecosse v Italie, Murrayfield (George Clancy)
France v Pays de Galles, Stade de France (Jaco Pepyer)
Irlande v Angleterre, Aviva Stadium (Craig Joubert)

Quatrième journée :
Pays de Galles v Irlande, Millennium Stadium (Steve Walsh)
Angleterre v Ecosse, Twickenham (Romain Poite)
Italie v France, Stadio Olimpico (JP Doyle)

Cinquième journée :
Italie v Pays de Galles, Stadio Olimpico (Chris Pollock)
Ecosse v Irlande, Murrayfield (Jérôme Garcès)
Angleterre v France, Twickenham (Steve Walsh)

Communiqué de presse France 2 – 6 février 2015

Nov 132014
 

france2

Nouveau visage de l’équipe de Stade 2 depuis la rentrée, Clémentine Sarlat prend du galon en remplaçant Philippe Lafon pour les interventions en bordure de terrain durant les matches de rugby. Présentation d’une passionnée de sport. Quel est votre parcours, Clémentine Sarlat ?

J’ai effectué un master en alternance au service des sports de France Télévisions durant deux ans. Ce n’est pas un hasard, car je suis une passionnée de sport. J’ai par la suite travaillé sur Eurosport tout en gardant un pied à France Télévisions, notamment à Télématin où je présentais la rubrique sport et à la rédaction du JT de 13 heures.

Que faisiez-vous à Eurosport ?

La chaîne m’a fait confiance en me proposant de présenter les grands chelems de tennis durant une année et j’ai ensuite abordé un sport dont je suis férue, le rugby. C’était un souhait de ma part car Eurosport diffusait les matches de la pro D2 où j’ai eu l’opportunité d’évoluer en bordure de terrain. Et, depuis la rentrée, j’ai intégré l’équipe de Stade 2, menée par Céline Géraud, où je présente les résultats.

Et vous avez depuis peu une nouvelle fonction à votre actif !

Effectivement, lorsque Philippe Lafon est parti à la rédaction en chef de Stade 2, la place est devenue vacante. La direction des sports a fait appel à moi pour le remplacer. Quand j’ai travaillé dans leur service durant deux ans, j’avais demandé à faire partie de l’équipe rugby de la chaîne. Ce qui me plaît le plus dans le journalisme sportif, c’est d’être sur le terrain. Mon expérience à Eurosport a peut-être été prise en compte, le fait d’être trilingue aussi, ayant vécu aux États-Unis, en Afrique du Sud et en Espagne !

Que ressentez-vous devant cette nouvelle perspective ? De l’appréhension ?

On ressent toujours une appréhension quand on aborde une nouveauté, ce qui est plutôt sain. Mais pour cette nouvelle aventure, je ressens plus de l’adrénaline. Je l’avais confié par ailleurs à Cédric Beaudou : « Ce qui me plaît, c’est d’être sur le terrain. » Grâce à mon métier, je suis amenée à vivre des choses nouvelles et c’est excitant.

Votre arrivée à Stade 2 ainsi que cette nouvelle fonction tendent à féminiser de plus en plus le journalisme sportif. Comment percevez-vous cela ?

Avec Céline Géraud à la tête de Stade 2, la direction des sports avait ouvert la voie et poursuit dans ce sens en me proposant ces opportunités. Il y a des femmes qui aiment le sport, il suffit de les trouver et c’est mon cas ! En plus du journalisme sportif, j’ai pratiqué (et je pratique toujours) diverses disciplines sportives : l’athlétisme à un bon niveau pendant dix ans à Bordeaux, ensuite du hockey sur glace, du football féminin et du rugby à la fac !

Propos recueillis par Mona Guerre

Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014