Fév 252016
 
Revue de presse – So Foot – N°134 – En kiosque le 25 février 2016

Interview exclusive  : Ronaldo, le vrai, l’unique

Ronaldo, le vrai, l’unique, le Brésilien, le phénomène, raconte ce qui faisait la spécificité du football brésilien entre 1994 et 2006, et revient sur la gestion de son après-carrière, et sur son amour du carnaval…

“Il n’y a pas beaucoup de cracks dans la génération actuelle du football brésilien, mais au moins on a Neymar sur qui on peut compter pour permettre au football brésilien de garder ce sourire.”
“Je me considère unique parce que grâce à Dieu, toutes les décisions que j’ai prises et que je continue à prendre en dehors du terrain ont été en accord avec mes espérances.”
“Un jour, j’ai croisé Michael Jordan. Il me connaissait déjà et là il m’a dit : “alors c’est toi, le Michael Jordan du soccer ?”
Koke, la légende de l’Atletico Madrid
À 24 ans, le joueur espagnol est déjà une légende de l’Atletico Madrid et devra s’imposer comme le successeur de Xavi au cœur du jeu de la sélection. Dès l’Euro 2016 ?

“La logique veut qu’on supporte le Real. Soutenir l’Atletico, une équipe qui souffre, c’est différent. L’Atletico a cette rébellion chevillée au corps. Pour comprendre ce club, il faut être humble.”

Mohamed Larbi, des galères à la L1

Avant de se révéler en L1, le joueur franco-tunisien a enchainé les petits boulots et connu pas mal de galères.

“En amateur, j’avais toujours cette frustration de ne pas jouer en pro. Donc quand il y avait un choix qui ne me plaisait pas, je prenais ça trop à cœur. J’étais trop énervé d’être remplaçant. Aujourd’hui, je crois que même au Real, je réagirais comme ça.”

Rencontre  « Son Excellence » El-Hadji Diouf

La politique, le racisme, le mondial 2002, Lens, Jamie Carragher, l’Écosse, les bagnoles, les femmes, les bagarres en boîte… “Son Excellence” El-Hadji Diouf parle de tout.

“On parle encore de mon déboulé contre la France : le moment où je prends la balle sur le côté, j’élimine Lebœuf tranquille et je centre pour Papa Bouba Diop qui marque en deux temps. Depuis, le 31 mai est férié au Sénégal.”
“Tu ne peux pas parler des stars du Sénégal sans citer El-Hadji Diouf ! Comme le dit un proverbe chinois, tu travailles pour te faire un nom et ensuite ton nom travaille pour toi.”
“Certains ont joué trois coupes du monde, personne ne s’en souvient. Moi, j’en ai joué qu’une, tout le monde s’en rappelle. C’est ça, l’art.”