Sep 152015
 

Programme TV – Eurobasket 2015 – Quart de finale

Mardi 15 septembre 2015 – Canal + Sport – 18h30

Espagne / Grèce

***

Juil 072015
 

Interrogé sur la crise grecque, le président du groupe Les Républicains du Sénat, Bruno Retailleau, se dit sur publicsenat.fr en faveur d’une ligne mêlant « solidarité » et « responsabilité ».

« L’Europe c’est d’abord une solidarité, mais la solidarité c’est nécessairement la responsabilité. C’est aux Grecs de faire le choix. A partir du moment où le « non » l’a emporté il faut étudier une solution qui soit peut-être moins brutale que le grexit, c’est-à-dire une espèce de mise en congé de la Grèce qui resterait dans l’Union européenne, mais qui sortirait de la zone euro mais avec une sortie qui soit une sortie contrôlée. Une mise ne congé le temps que le pays fasse des efforts pour reconstruire son économie, pour recouvrer les impôts. (…) On ne peut pas demander au contribuable européen de financer ce qui ne marche pas en Grèce. Il faut que les réformes soient faites » affirme Bruno Retailleau.

« Il faut trouver une ligne de mise en congé, une ligne qui permette de montrer une solidarité et d’assumer une forme de responsabilité pour la Grèce », insiste Bruno Retailleau, qui précise son idée : « On peut avoir un euro-drachme par exemple, qu’on peut encadrer dans une sorte de serpent monétaire le temps que la Grèce puisse faire ses réformes. Car si c’est une sortie brutale, vous verrez des émeutes, un appauvrissement brutal ».

Bruno Retailleau reconnaît qu’« on devra passer par une restructuration de la dette grecque. (…) Aujourd’hui, la question de la restructuration peut se poser. Mais le pire serait une solution à la hollandaise, mi-chèvre mi-choux, (…) où on tirerait encore quelques bords, pour la synthèse. On ferait quelques mois de plus, on prêterait quelques mois de plus. Mais plus on prête et moins on aide la Grèce à réformer son économie ».

Retrouvez l’intégralité des déclarations de Bruno Retailleau dans une vidéo mise en ligne sur publicsenat.fr : ICI

Communiqué de presse – Public Sénat – 7 juillet 2015

Juil 052015
 

Non à la dictature de l’austérité !

Décidément, gouvernements et institutions de l’Union européenne détestent la démocratie. Il y a dix ans, ils ont pu compter sur les dirigeants politiques français pour effacer un Non populaire à la Constitution européenne. Depuis le 25 janvier 2015 et la victoire électorale de Syriza en Grèce, la troïka UE-BCE-FMI use d’une brutalité inouïe pour faire capituler le gouvernement Tsipras, pour que le choix populaire d’en finir avec l’austérité soit bafoué. Pour eux, il s’agit de jeter dans les poubelles de l’histoire européenne toute souveraineté autre que technocratique et néolibérale, toute perspective de progrès social. Avec l’annonce vendredi 26 juin par Alexis Tsipras d’un référendum pour refuser un nouveau mémorandum dans la continuité de ceux qui ont ruiné la Grèce depuis 6 ans, les mêmes hurlent à la rupture unilatérale des « négociations ».
La fermeture des banques, organisée et imposée par la BCE, montre que cette Europe est une machine de guerre contre les peuples, et qu’il est impossible de se fier à eux, ni au dirigeants politiques comme Hollande. Alors, contre l’Europe des riches, des nantis de l’austérité, et de la peur, mobilisons-nous en Grèce et partout en Europe pour un Non qui soit l’expression de l’Europe des travailleurs et des travailleuses, des jeunes et des retraitées !

Face à cette situation, les institutions capitalistes ne restent pas l’arme au pied en attendant le verdict populaire. Leur objectif est politique : elles redoutent comme la peste toute contagion grecque dans d’autres pays de l’Union européenne, à commencer par l’État espagnol. Et en ce moment, elles sont engagées dans un véritable coup d’État financier.

Elles usent et abusent aussi d’une véritable terreur idéologique : il n’y a pas d’autre politique que la nôtre, si vous ne vous inclinez pas devant elle, ce sera la catastrophe pour vous… Et qu’importe si en Grèce, la catastrophe est déjà là… et à cause de cette politique. Les éditorialistes, dont certains se disent de gauche, stigmatisent ces Grecs qui refusent les sacrifices, alors que les autres peuples de la périphérie européenne accepteraient ceux-ci avec lucidité. La réalité, c’est que, bien à l’abri derrière leurs privilèges, ces membres de la « casta » comme dit Podemos en Espagne, militent pour les sacrifices des autres… et d’abord des pauvres. que cette Europe est une machine de guerre contre les peuples, et qu’il est impossible de se fier à eux, ni au dirigeants politiques comme Hollande. Alors, contre l’Europe des riches, des nantis de l’austérité, et de la peur, mobilisons-nous en Grèce et partout en Europe pour un Non qui soit l’expression de l’Europe des salarié(e)s, des chômeur(se)s, des précaires, des jeunes et des retraité(e)s !

Jean-Guy Trintignac pour le NPA 71
Juil 052015
 

Référendum en Grèce : une belle leçon de démocratie à la Caste européiste !

Communiqué du Front National – 27 juin 2015

Le Front National salue le référendum qu’organisera le gouvernement grec le 5 juillet sur le nouveau plan de renflouement voulu par l’UE et le FMI en échange de mesures d’austérité supplémentaires.

Ce référendum rappelle à la Caste européiste qu’en démocratie les peuples existent, et qu’ils devraient être les seuls souverains. Il rappelle au président de la Commission européenne M.Juncker que contrairement à ce qu’il affirme, il peut y avoir des choix démocratiques contre les Traités.

Ce référendum est celui que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel avaient honteusement fait annuler à la fin de l’année 2011 : c’est une belle revanche de l’histoire, mais que de temps et d’argent perdus en quatre ans !

Le peuple grec devra choisir entre la liberté, la possibilité du redressement ou l’aggravation de l’austérité par la soumission à l’Union Européenne. Il est plus que temps de faire le premier choix, pour entraver la course folle de l’austérité et de l’euro, et pour stopper les inutiles et très coûteux plans de renflouement directement puisés dans la poche des contribuables français à coups de milliards d’euros.

Un jour viendra, très proche, où le peuple français lui aussi se prononcera par référendum sur son avenir, sa souveraineté, sa prospérité et sa liberté. Ce référendum ne sera pas organisé par les dirigeants de l’RPS mais par des patriotes attachés à la démocratie et au pouvoir du peuple.

Juil 052015
 

Communiqué de presse – A Gauche pour gagner – 3 juillet 2015

Mercredi 1er juillet, l’Eurogroupe a décidé d’acter l’arrêt des négociations sur le soutien financier à la Grèce avant la tenue du référendum.

 L’Eurogroupe s’est ainsi aligné sur la position d’Angela Merkel et de la droite européenne qui n’arrêtent pas de souffler le chaud et le froid sur des négociations totalement opaques pour l’ensemble des Européens. La Chancelière allemande avait déclaré dans la même journée « Avant [le référendum], aucune discussion supplémentaire sur un programme d’aide ne peut avoir lieu ».

Cette décision irresponsable et vexatoire pour le peuple grec fragilise une nouvelle fois le projet européen. En refusant de discuter des nouvelles propositions formulées par le gouvernement grec, en se réfugiant dans un silence coupable, l’Eurogroupe fait l’aveu de son immaturité politique. Nous considérons que les négociations auraient dû se poursuivre afin d’aboutir à un meilleur accord. Des propositions concrètes ont été avancées, et de nouvelles pistes peuvent être mise en débat pour alléger le poids de la dette : annulation partielle, échelonnement mais aussi transformation d’une partie en crédits d’investissements.

Conscients que la résistance du peuple grec est aussi la nôtre, nous apportons tout notre soutien au peuple grec et au processus démocratique en cours. Le gouvernement Grec fait aujourd’hui l’objet d’une véritable entreprise de déstabilisation politique pour faire tomber Alexis Tsipras et ainsi anéantir toutes volontés politiques permettant une alternative aux champs de ruines que laissent les politiques austéritaires empoisonnées.

Que personne ne soit dupe : dimanche, les électeurs grecs se prononceront sur le plan initial mortifère de la troïka et non sur la sortie de la zone euro. Nous sommes convaincus que la victoire du « Non » placera le gouvernement grec dans les meilleures dispositions pour arracher à l’Eurogroupe l’indispensable restructuration de la dette publique et mettre en place  des réformes aussi justes qu’efficaces, tant il est vrai qu’un pays ne peut décoller boulets aux pieds.

La France, dont la feuille de route donnée par les électeurs depuis 2012 est de réorienter l’Europe, doit saisir cette occasion historique de soutenir les grecs et d’empêcher les stratégies et ultimatums irresponsables visant à une exclusion de la Grèce. C’est la responsabilité du président de la République. La sortie de la Grèce de l’Euro constitue une ligne rouge, une hypothèse que la France ne saurait cautionner par avance.

Il faut maintenant que toutes les forces de progrès en Europe prennent langue pour conduire une alternative rapide aux politiques néolibérales suicidaires. Car il s’agit bien d’une question européenne et non strictement grecque. L’occasion est donnée de reposer le projet européen, dans ses objectifs de développement, dans son périmètre économique et politique et dans son approfondissement démocratique. De ce point de vue, il s’agit bien de consolider la zone euro et les pays qui ont en partage la même monnaie plutôt que de s’aligner sur le modèle de ceux qui la refusent (la Grande Bretagne en particulier).

 Les animateurs d’A gauche pour gagner

Juil 052015
 

Référendum en Grèce – Discours d’Alexis Tsipras

Citoyens grecs,

Au cours des six derniers mois, le gouvernement grec a mené une bataille sous une asphyxie économique sans précédent, dans le but d’appliquer le mandat que vous lui avez donné le 25 janvier.

Le mandat de négocier avec nos partenaires pour arriver à mettre un terme à l’austérité et pour faire revenir dans notre pays la prospérité et la justice sociale.

Pour un accord durable qui respectera la démocratie, les règles européennes, et qui conduira à une sortie définitive de la crise.

Durant les négociations, il nous a été demandé de manière répétitive de mettre en œuvre les politiques du mémorandum que les précédents gouvernements avaient accepté, en dépit du fait que ce mémorandum avait été condamné sans équivoque par le peuple grec lors des récentes élections.

Nous n’avons jamais envisagé d’abandonner – pas même pendant un instant. Ni de trahir votre confiance.

Après cinq mois d’âpres négociations, nos partenaires ont soumis une proposition-ultimatum à la rencontre de l’Eurogroupe, menaçant la démocratie et le peuple grec.

Un ultimatum qui contrevient aux principes et aux valeurs qui ont fondé l’Europe. Les valeurs de notre projet européen commun.

Il a été demandé au gouvernement grec d’accepter une proposition qui ajoutera un poids insupportable sur les épaules du peuple grec, et qui minera le rétablissement de l’économie et la société grecques – pas seulement en alimentant l’incertitude, mais aussi en aggravant les inégalités sociales.

La proposition des institutions inclut des mesures qui vont augmenter la dérégulation du marché du travail, les coupes dans les pensions de retraite, et inclut de nouvelles réductions de salaires le secteur public – mais aussi une augmentation de la TVA sur la nourriture, les restaurants et le tourisme, tout en éliminant les exonérations d’impôts sur les îles grecques.

Ces propositions – qui violent directement les acquis sociaux européens et les droits fondamentaux à travailler, à l’égalité et à la dignité – prouvent que certains partenaires et membres des institutions ne veulent pas trouver un accord viable qui bénéficierait à toutes les parties, mais cherchent plutôt l’humiliation du peuple grec.

Ces propositions illustrent principalement l’insistance du FMI pour des mesures d’austérité sévères et punitives. Il est maintenant temps pour les pouvoirs dirigeants européens de se montrer à la hauteur de l’occasion et de prendre l’initiative pour mettre un terme définitif à la crise grecque, une crise qui affecte également d’autres pays européens, en menaçant le future proche de l’intégration européenne.

Citoyens grecs,

Nous faisons face à la responsabilité historique de ne pas laisser les luttes et les sacrifices du peuple grec rester vains, et de renforcer la démocratie et notre souveraineté nationale – cette responsabilité pèse sur nous.

Notre responsabilité pour le futur de notre pays.

Cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum sur la base de la volonté souveraine du peuple grec.

Plus tôt ce soir, le Conseil des ministres était convoqué et j’ai proposé d’organiser un référendum afin que le peuple grec puisse décider.

Ma proposition a été unanimement acceptée.

Demain, le Parlement tiendra une session extraordinaire pour ratifier la proposition du Conseil des ministres pour qu’un référendum soit mis en place dimanche prochain, le 5 juillet. La question posée sera de savoir si la proposition des institutions doit être acceptée ou rejetée.

J’ai déjà informé le président français, la chancelière allemande et le président de la BCE de ma décision ; demain, je demanderai aux leaders de l’UE et des institutions une courte extension du programme – en cours d’écriture – pour que le peuple grec puisse décider sans pression et sans chantage, comme il l’est disposé dans la Constitution de notre pays et dans la tradition démocratique européenne.

Citoyens grecs,

Je vous appelle à choisir – avec la souveraineté et la dignité que l’Histoire grecque exige – si nous devons accepter l’exorbitant ultimatum qui appelle à une stricte et humiliante austérité sans fin, et qui ne donne aucune perspective de pouvoir un jour nous tenir debout sur nos deux pieds, socialement et financièrement.

Nous devrions répondre à l’autoritarisme et l’austérité sévère par la démocratie – dans le calme et la fermeté.

La Grèce, lieu de naissance de la démocratie, devrait envoyer un retentissant message démocratique aux Européens et à la communauté mondiale.

Et je m’engage personnellement à respecter la conséquence de votre choix démocratique, quel qu’il puisse être.

Je suis absolument certain que votre choix fera honneur à l’Histoire de notre pays et enverra un message de dignité à travers le monde.

Dans ces temps critiques, nous allons devoir rappeler que l’Europe est la maison commune de tous ses peuples.

Qu’en Europe, il n’y a ni propriétaires, ni invités.

La Grèce est et restera une partie intégrante de l’Europe, et l’Europe une partie intégrante de la Grèce.

Mais une Europe sans démocratie sera une Europe sans identité et sans boussole.

Je vous appelle tous à agir avec sang-froid dans l’unité nationale et à prendre une décision digne.

Pour nous, pour les générations futures, pour l’Histoire grecque.

Pour la souveraineté et la dignité de notre pays.

Alexis Tsipras, le 26 juin 2015

Source : PCF

Juil 022015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce jeudi juillet 2015 : Manifestation de soutien au peuple grec

Semaine d’action : NON à l’ultimatum des créanciers, oui à la démocratie !

Dans la soirée du 26 juin, Alexis Tsipras a annoncé son intention d’organiser un référendum sur le plan d’austérité proposé par les créanciers de la Grèce. Depuis, les pressions politiques et médiatiques se multiplient contre ce recours démocratique.

Face à ces intimidations inacceptables, nous disons « NON à l’ultimatum des créanciers, oui à la démocratie ! »

Dans la continuité de la semaine d’action européenne en soutien avec la Grèce, nous appelons, d’ici au 5 juillet, à « voter » symboliquement contre l’ultimatum des créanciers, en signant et en faisant signer l’appel (cliquer ici), et en organisant partout en France des votations citoyennes symboliques et rassemblements ou manifestations.

Faire une bureau de vote est facile : une table, une urne et des tracts en guise de bulletins de vote. C’est l’occasion de discuter et d’inviter la population à voter, de manière symbolique, contre l’austérité et pour la démocratie en Europe !

A Paris, une grande manifestation est prévue jeudi 2 juillet 18h30 au départ de la place de la Bastille. Soyons nombreux !

Le lien Facebook : https://www.facebook.com/events/1610505302567742/

Non à l’austérité ! Oui à la démocratie !

L’Europe est à la croisée des chemins. La Troïka ne cherche pas seulement à détruire la Grèce, elle s’en prend à nous tou.te.s. Il est grand temps de nous dresser contre le chantage des élites européennes.

Dimanche prochain, le peuple grec a la possibilité de refuser l’austérité, et de choisir la voie de la dignité, dans l’espoir d’une autre Europe. En ce moment historique, chacun de nous doit prendre position.

Pour nous : C’est NON à l’austérité, à la réduction des pensions de retraites et à l’augmentation de la TVA, C’est NON à la pauvreté et aux privilèges C’est NON au chantage et au démantèlement des droits sociaux

C’est NON à la peur et à la destruction de la démocratie.

Pour nous, c’est OUI à la dignité, à la souveraineté, à la démocratie, et à la solidarité avec les citoyen.ne.s grecs.

Il ne s’agit pas d’une histoire entre la Grèce et l’Europe, mais de deux visions de l’Europe : la nôtre, celle de la démocratie et de la solidarité, une Europe des peuples , sans frontières. Et la leur : celle du refus de la justice sociale et climatique, qui piétine la démocratie, qui s’attaque à la protection des plus vulnérables, et s’oppose à la taxation des riches.

Basta, Y’en a marre ! Une autre Europe est possible !

 

 

 

Source : SolidairesSosmanif.info

Juil 022015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce vendredi 3 juillet 2015 : Manifestation de soutien au peuple grec

Appel commun des Unions Départementales des Bouches-du-Rhône

CGT, FSU, Solidaires

Manifestation de soutien au peuple grec

  Vendredi 3 juillet 2015, 18h au Vieux-Port (Marseille)

Manifestation de soutien au peuple grec
Vendredi 3 juillet, 18 heures, Vieux-Port Marseille

Les Unions Départementales des Bouches du Rhône CGT – FSU et Solidaires appellent à participer à la manifestation de soutien au peuple grec et au respect de sa souveraineté le vendredi 3 juillet à 18h.

La Grèce est aujourd’hui dans une situation catastrophique, parce qu’elle a été un des laboratoires de l’application des politiques d’austérité imposées par le FMI, la Commission Européenne et la Banque centrale.

Vendredi dernier, ces mêmes institutions sont restées intransigeantes dans les négociations :

application des politiques néolibérales ou rien. Le gouvernement grec ayant décidé de soumettre le projet d’accord au vote, l’Eurogroupe a réagi immédiatement en coupant les vivres le 30 juin, qualifiant le référendum grec de  » coup de force  » et en excluant le ministre grec des finances de laréunion !

Les masques sont tombés. Les dirigeants européens sont prêts à tout, y compris au mépris de l’expression populaire, pour empêcher la mise en place d’autres politiques que celle de l’austérité.

Les forces syndicales qui mènent la lutte contre l’instauration de politiques libérales qui remettent en cause les droits sociaux, détricotent les droits du travail et privilégient la finance au détriment des salarié-es et des privé-es d’emploi, ne peuvent rester passives.
Manifester notre soutien au peuple grec qui s’est clairement prononcé le 25 janvier dernier pour refuser l’étranglement des politiques d’austérité, c’est refuser un nouveau déni de démocratie en Europe après ceux rejetant le vote contre le projet de traité constitutionnel européen en France en Irlande et aux Pays Bas.

Mais c’est aussi vital pour le mouvement syndical qui se bat pour couper le cou aux matraquages idéologiques, sans fondements, laissant entendre qu’il n’y a pas d’autres choix possibles, en France comme partout en Europe.

Respect des choix démocratiques des peuples et refus des politiques d’austérité sont deux mots d’ordre que portent les unions départementales des Bouches du Rhône, CGT – FSU- Solidaires.

Elles appellent à participer massivement à cette manifestation.

 

 

 

Source : SolidairesSosmanif.info

Juil 012015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce jeudi 2 juillet 2015 : Manifestation de soutien au peuple grec

Appel commun des Unions Régionales

CGT, FO, FSU, Solidaires

Manifestation de soutien au peuple grec

jeudi 2 juillet 18h30, Place de la Bastille (Paris)

Les Unions régionales CGT – FO – FSU et Solidaires appellent à participer à la manifestation de soutien au peuple grec et au respect de sa souveraineté le jeudi 2 juillet à 18h30.

La Grèce est aujourd’hui dans une situation catastrophique, parce qu’elle a été un des laboratoires de l’application des politiques d’austérité imposées par le FMI, la Commission Européenne et la Banque centrale.

Vendredi dernier, ces mêmes institutions sont restées intransigeantes dans les négociations : application des politiques néolibérales ou rien. Le gouvernement grec ayant décidé de soumettre le projet d’accord au vote, l’Eurogroupe a réagi immédiatement en coupant les vivres le 30 juin, qualifiant le référendum grec de  » coup de force  » et en excluant le ministre grec des finances de la réunion !

Les masques sont tombés. Les dirigeants européens sont prêts à tout, y compris au mépris de l’expression populaire, pour empêcher la mise en place d’autres politiques que celle de l’austérité.

Les forces syndicales qui mènent la lutte contre l’instauration de politiques libérales qui remettent en cause les droits sociaux, détricotent les droits du travail et privilégient la finance au détriment des salariées et des privées d’emploi, ne peuvent rester passives.

Déjà le 9 avril, lors de la manifestation unitaire CGT- FO-FSU-Solidaires, nous avions installé un calicot géant  » d’Athènes à Paris, dans toute l’Europe, non aux politiques d’austérité  »

Manifester notre soutien au peuple grec qui s’est clairement prononcé le 25 janvier dernier pour refuser l’étranglement des politiques d’austérité, c’est refuser un nouveau déni de démocratie en Europe après ceux rejetant le vote contre le projet de traité constitutionnel européen en France en Irlande et aux Pays Bas.

Mais c’est aussi vital pour le mouvement syndical qui se bat pour couper le cou aux matraquages idéologiques, sans fondements, laissant entendre qu’il n’y a pas d’autres choix possibles, en France comme partout en Europe.

Respect des choix démocratiques des peuples et refus des politiques d’austérité sont deux mots d’ordre que portent les unions régionales d’Ile de-France, CGT -FO – FSU- Solidaires.

 

 

Source : SolidairesSosmanif.info

Juin 172015
 

L’Eurobasket Féminin se déroule du 11 juin au 28 juin 2015. L’équipe de France féminine affronte au deuxième tour la biélorussie, Le Monténégro, la Grèce, la Turquie et la République Tchèque.

GRÈCE 42 – 51 FRANCE

Mercredi 17 juin 2015 – Eurosport – 20h30

Avr 292015
 

La boutique Megacom-ik vous propose le drapeau de la Grèce :

Dimension : 150 x 90 cm

Ce drapeau est idéal pour vos soirées festives sur le thème de la Grèce où un accessoire incontournable pour vos délires vidéos Harlem Shake, smartphone, ainsi que des évènements : manifestation sportive etc.

Cela peut être un objet décoratif en souvenir d’un voyage en Grèce.

C’est aussi le symbole de lutte contre l’austérité des politiques financières européennes, un drapeau militant pour les manifs !

Prix : 8 euros

Possibilité d’avoir plusieurs exemplaires de ce drapeau et d’autres pays.

A retirer à cette adresse :
Boutique Megacom-ik
13 Bd Saint Marcel
75013 Paris
Métro : Saint Marcel (ligne 5)
Horaire : 12h30 / 19h30 du mardi au samedi. 13h / 19h le dimanche.

Contact : 09 92 53 92 17

Fermé le 1er mai, 2 mai (sous réserve), 3 et 4 mai 2015

Mar 122015
 

Sosmanif.info vous informe d’une manifestation ce samedi 14 mars 2015 :

Samedi 14 mars de 10h30 à 13h métro Alésia

(rendez-vous devant HSBC)

Assez du pouvoir des banques !

Soutenons le peuple Grec !

Les banques au service des profiteurs et des fraudeurs

Aujourd’hui, les banques continuent de faire des profits mirobolants en exigeant le remboursement de prêts à taux usuraires.et provoquent une énorme évasion fiscale pour leurs clients riches et les entreprises. La liste des fraudeurs fiscaux HSBC comporte 2000 Grecs.

L’étranglement de la Grèce :

Contrairement au discours officiel qui présente le peuple grec comme des fainéants assistés, la dette de l’état grec était déjà passée de 20 % du PIB en 1980 à 100 % en 2000, principalement à cause des taux d’intérêt imposés par les banques. La politique d’austérité extrême imposée par la le FMI, La BCE et la Commission Européenne a fait le reste : en faisant chuter le PIB de 25 %, et en faisant exploser le chômage (d’où une forte baisse des rentrées fiscales), ils ont fait passer la dette à 180 % du PIB !

Soutenir le peuple et le gouvernement grec c’est soutenir l’espoir d’une alternative à l’austérité en Europe

Aujourd’hui le gouvernement Grec, seul contre tous, a du passer un accord provisoire avec les ministres Européens, mais la Grèce commence à recouvrer sa souveraineté. Chaque degrés de liberté sera utilisé, l’audit de la dette est lancé, la télé publique va rouvrir, la crise humanitaire et l’inégalité devant les soins sont combattus. Les gouvernements conservateurs et sociaux-libéraux Européens craignent maintenant la contagion : et s’il était possible de faire une politique pour les populations et non pour les banques, fonds de pensions et multinationales ?

Assemblée citoyenne du 14e, Attac 14 , EELV 14, Ensemble!, Nouvelle Donne, PCF 14, PG14

Source : Sosmanif.info

Fév 142015
 

La boutique Megacom-ik vous propose un mini drapeau Grèce avec socle dorée pour décorer une table :

2,50 € / unité !

D’autres pays seront disponibles bientôt…. 

Tél : 09 53 92 53 17

Dimension : 21 x 14 cm

Mat en plastique au bout doré : 29 cm + socle plastique dorée.

Voici un Mini drapeau Grèce pour agrémenter un dîner, un déjeuner, une soirée à thème ou être solidaire du peuple grecs contre les politiques d’austérités en Europe.

Vous pourrez aussi l’agiter à l’arrivée du Tour de France cyclisme, à l’occasion d’évènements sportifs ou pour célébrer un voyage en Grèce.

Cela peut être un objet de décoration lors d’un mariage avec une autre nationalité.

Prix : 2,00 € le mat + drapeau.
Prix : 2,50 € le mat + drapeau + socle noir.

Possibilité d’avoir plusieurs exemplaires de ce drapeau.

La boutique Megacom-ik vous propose différents drapeaux de table. Vous pouvez aussi commander un drapeau d’un pays en nous contactant directement par e.mail : philmarso@yahoo.fr ou au 09 53 92 53 17. Vous pouvez aussi vous déplacer à notre boutique aux heures d’ouvertures.

MEGACOM-IK 13 Bd Saint-Marcel – 75013 Paris – Métro Saint-Marcel (Ligne 5)

12h30 / 19h30 du mardi au samedi. 13h / 19h le dimanche

Jan 292015
 

Programme TV – Envoyé Spécial : Grèce, quand la santé fait faillite

Jeudi 29 janvier 2015 – France 2 – 20h50

Grèce, quand la santé fait faillite

Un reportage d’Elise Le Guével et Mathieu Dreujou.

Officiellement, la Grèce se porte mieux. Le gouvernement grec a même annoncé avoir renoué avec la croissance, grâce notamment à un “assainissement” de ses finances publiques.

L’envers du décor, ce sont les coupes drastiques dans le domaine de la santé, le budget a diminué de 40 % depuis 2007. Les grecs vivent aujourd’hui avec une seule angoisse : tomber malade.

Aujourd’hui, un grec sur quatre n’a plus aucune sécurité sociale, le paludisme et la malaria sont de retour depuis le début de la crise. Les hôpitaux sont pris d’assaut et font payer le prix fort à ceux qui n’ont plus les moyens.

Des Cyclades au Péloponnèse, nous avons sillonné un pays dont la crise a balayé les certitudes, où la crise financière a semé les germes d’une crise sanitaire.

Communiqué de presse France 2 – 6 janvier 2015

Jan 242015
 

GRÈCE : ÉLECTIONS LÉGISLATIVES
SPÉCIALE DIMANCHE 25 JANVIER EN DIRECT 19H30-21H

Ce dimanche 25 janvier, retrouvez Rebecca Fitoussi et Julien Dommel dès 19h30 pour vivre en direct cette élection qui s’annonce décisive pour toute l’Europe. A leurs côtés, Vincent Hervouët, Emmanuel Kessler, Frédéric Delpech respectivement chefs des services étranger, économique et politique de LCI, reviendront sur les grands enjeux de ce scrutin. Benjamin Cruard sera notre  » œil du web  » et analysera les tendances sur les réseaux sociaux.

Nos correspondants dans les grandes capitales européennes (Bruxelles, Madrid, Rome…) nous feront partager les réactions dans toute l’Europe. Angélique Kourounis et Magali Barthes à Athènes recueilleront à chaud les premiers commentaires.  Sur place également, Nikos Aliagas, nous apportera son éclairage.

Et en plateau toute la soirée, experts et invités politiques se relaieront pour décrypter les résultats et les conséquences de ce scrutin :

  • Michel Barnier, commissaire européen en charge des banques
  • Jacques Myard, député UMP des Yvelines
  • Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF
  • Pascal Durand, député européen EELV
  • Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
  • Florian Philippot, vice-président du Front National
  • Karima Delli, député européen EELV
  • Sylvie Goulard, député au Parlement Européen
  • Noëlle Durgi, chercheuse au CNRS auteur de « La Grèce, la grande régression »
  • Noëlle Lenoir, ancien ministre des affaires européennes

 

Communiqué de presse LCI – Vendredi 23 janvier 2015

Déc 182014
 

Programme TV – Envoyé Spécial : Grèce, quand la santé fait faillite

Jeudi 18 décembre 2014 – France 2 – 20h55

Grèce, quand la santé fait faillite


Un reportage d’Elise Le Guével et Mathieu Dreujou.

Officiellement, la Grèce se porte mieux. Le gouvernement grec a même annoncé avoir renoué avec la croissance, grâce notamment à un « assainissement » de ses finances publiques.

L’envers du décor, ce sont les coupes drastiques dans le domaine de la santé, le budget a diminué de 40 % depuis 2007. Les grecs vivent aujourd’hui avec une seule angoisse : tomber malade.

Aujourd’hui, un grec sur quatre n’a plus aucune sécurité sociale,  le paludisme et la malaria sont de retour, tandis que la mortalité infantile a augmenté de 43 % depuis le début de la crise. Les hôpitaux sont pris d’assaut, et font payer le prix fort à ceux qui n’ont plus les moyens.

Des Cyclades au Péloponnèse, nous avons sillonné un pays dont la crise a balayé les certitudes, où la crise financière a semé les germes d’une crise sanitaire.

Communiqué de presse France 2 – Jeudi 18 décembre 2014

Déc 172014
 

La boutique Megacom-ik vous propose le drapeau de la Grèce :

Dimension : 150 x 90 cm

Ce drapeau est idéal pour vos soirées festives sur le thème de la Grèce où un accessoire incontournable pour vos délires vidéos Harlem Shake, smartphone, ainsi que des évènements : manifestation sportive etc.

Cela peut être un objet décoratif en souvenir d’un voyage en Grèce.

Prix : 8 euros

Possibilité d’avoir plusieurs exemplaires de ce drapeau et d’autres pays.

A retirer à cette adresse :
Boutique Megacom-ik
13 Bd Saint Marcel
75013 Paris
Métro : Saint Marcel (ligne 5)
Horaire : 12h30 / 19h30 du mardi au samedi. 13h / 19h le dimanche.

 

Ouverture exceptionnelle : lundi 22 et 29 décembre 2014 de 11h à 19h30.

Contact : 09 92 53 92 17

Juin 292014
 

Programme TV – Costa Rica / Grèce

Huitième de finale de la Coupe du Monde 2014

Dimanche 29 juin 2014 – Bein Sports – 22h

Voici une rencontre intéressante entre le Costa Rica et la Grèce. L’équipe du Costa Rica est sans doute la surprise de cette 20ème Coupe du Monde de football au même titre que le Chili. elle a notamment terminé premier de son groupe alors qu’il y avait l’Italie, l’Angleterre et l’Uruguay.

Le parcours du Costa Rica :

Costa Rica 3 – 1 Uruguay – 14 juin 2014

Costa Rica 1 – 0 – Italie – 20 juin 2014

Costa Rica 0 – 0 Angleterre – 24 juin 2014

Le Costa Rica n’a concédé qu’un but sur pénalty et élimine au passage l’Italie championne du monde en 2006 et le pays pionnier du football : l’Angleterre.

La Grèce a son salut de la qualification en huitième de finale à la dernière minute du match contre la Côte d’Ivoire.

Le parcours des grecques a été assez chaotique :

Battu par la Colombie : 3 – 0 – 14 juin 2014

Un match nul face au japon : 0 – 0 – 20 juin 2014

Et une victoire contre la Côte d’Ivoire : 2 – 1 – 24 juin 2014

La Grèce peut néanmoins compter sur des joueurs expérimentés produisant un jeu très collectif et tout en distillant au fil des minutes un faux rythme. Bien des équipes se sont fait surprendre par le passé.

Phil Marso – Topfooteux.com

DRAPEAU DE PLUSIEURS PAYS DISPONIBLE

A LA BOUTIQUE MEGACOM-IK

13 BD SAINT-MARCEL

75013 PARIS

Tél : 09 53 92 53 17

Jours : 12h30 / 19h30 du mardi au samedi

13h / 19h le dimanche

Ouverture exceptionnelle le lundi 30 juin de 13h à 17h.

Juin 042014
 

La boutique Megacom-ik propose des drapeaux de table pour la Coupe du Monde 2014 qui se déroule au Brésil du 12 juin au 13 juillet.

Drapeau de table pour la Coupe du Monde 2014
Drapeau de table pour la Coupe du Monde 2014

Préparez-vous à la Coupe du Monde de football 2014 qui se déroule au Brésil.

La boutique Megacom-ik vous propose le drapeau des 32 pays qualifiés pour la phase finale de la Coupe du Monde 2014, objet décoratif et incontournable pour être plongé dans l’ambiance festive du football. Un objet incontournable lors de soirée foot entre ami(e)s.

Groupe A : Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun
Groupe B : Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie
Groupe C : Colombie, Grèce, Côte d’Ivoire, Japon
Groupe D : Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie
Groupe E : Suisse, Equateur, France, Honduras
Groupe F : Argentine : Bosnie-Herzégovine, Iran, Nigéria
Groupe G : Allemagne, Portugal, Ghana, États-Unis
Groupe H : Belgique, Algérie, Russie, Corée du Sud

Dimension : 21 x 13 cm

Mat en plastique au bout doré : 29 cm + socle plastique noir.

Prix : 2 € uniquement le drapeau + mat ou 2,50 € le drapeau + mat + socle noir.

Possibilité d’avoir plusieurs exemplaires de ces deux drapeaux. Nous disposons d’autres pays à la demande.

A retirer à cette adresse :
Boutique Megacom-ik
13 Bd Saint Marcel
75013 Paris
Métro : Saint Marcel (ligne 5)
Horaire : 12h30 / 19h30 du mardi au samedi. 13h / 19h le dimanche.

Tél : 09 53 92 53 17

Mai 202014
 

La boutique Megacom-ik située au 13 Bd Saint-Marcel à Paris 13 propose des drapeaux de table pour fêter la Coupe du Monde 2014 :

Actuellement nous disposons de 28 pays, bientôt les 32 !

Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun, Uruguay, Italie, Angleterre, Suisse, Équateur, France, Allemagne, Portugal, Nigéria, États-Unis, Allemagne, Algérie, Corée du Sud, Russie, Espagne, Pays-Bas, Australie, Chili, Grèce, Côte d’Ivoire, Japon, Argentine, Bosnie-Herzégovine, Ghana.

Bientôt : Honduas, Iran, Costa Rica, Colombie.

2,50 € (drapeau + mat, socle)

2 € (drapeau + mat)

Disponible à la Boutique Megacom-ik 13 Bd Saint-Marcel 75013 Paris. Tél : 09 53 92 53 17.

12h30 / 19h30 du mardi au samedi. 13h à 19h le dimanche.