Jan 052016
 

Programme TV – Infrarouge : Du côté des vivants

Mardi 5 janvier 2015 – France 2 – 23h10

Je Suis Charlie - Attentat du 7 janvier 2015 à la Rédaction de Charlie Hebdo

Je Suis Charlie – Attentat du 7 janvier 2015 à la Rédaction de Charlie Hebdo

Documentaire. Ecrit par David André. Réalisé par David André et Bruno Joucla. Produit par Brotherfilms. Avec la partipation de France Télévisions, de la RTS Télévision Suisse et de ICI – RDI. Avec le soutien du Centre National du Cinéma et de l’image animée et de la Procirep – Angoa société des producteurs.

Durant l’année 2015, la France a été frappée par plusieurs attentats djihadistes. Plus de 150 personnes y ont laissé la vie. Attablées à des terrasses de café parisiennes. Assistant à un concert de rock. Devant le Stade de France. Faisant leurs courses dans un commerce casher.

Protégeant la population, lorsqu’elles faisaient partie des forces de l’ordre. Des centaines d’autres sont blessées. Des milliers traumatisées. Et tout un pays encore sous le choc. Les livres d’histoire retiendront que cette année là, les dessinateurs et journalistes du journal satyrique Charlie Hebdo furent frappés les premiers. Nous étions le 7 janvier 2015. Il était 11h20. La réunion hebdomadaire du journal était en cours.

Au-delà des débats, des soutiens, des reproches parfois adressés à ces trublions, pourfendeurs visionnaires de l’intégrisme religieux, artistes idéalistes et provocateurs transformés, à leur corps défendant, en héros de la liberté. Ce film documentaire propose de découvrir qui ils étaient.

Montrer, à ceux qui ont défilé pour les soutenir, non pas pour quoi mais pour qui ils marchaient en silence. Et proposer à ceux qui ne voulaient pas dire « Je suis Charlie » de prendre le temps de découvrir ces trajectoires humaines.
Onze récits poétiques, portés par les proches des disparus et par les survivants eux-mêmes, vivant désormais pour beaucoup sous protection policière. Onze fragments, conçus comme de petites nouvelles, entre présent et passé, s’attachant parfois à un détail de leurs vies, de leur vocation.

Une évocation poignante et, par moment, poilante de Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Luz, Honoré et d’autres visés ce jour-là : grands enfants portés par un idéalisme qui s’est heurté, le 7 janvier 2015, à une autre vision du monde.

Communiqué de presse France 2 – 12 décembre 2015

Juin 302015
 

Programme TV – Infrarouge : 21 jours à la colo

Mardi 30 juin 2015 – France 2 – 23h30

Documentaire. Journaliste Alexandra Alévêque. Produit par Capa Presse. Avec la participation de France Télévisions. Réalisé par Richard Puech.

Partager pour comprendre, vivre avec les protagonistes et faire des films qui regardent leurs personnages avec tendresse et bienveillance: c’est le principe de 21 jours…
Alexandra Alévêque est journaliste, elle est embauchée comme animatrice de colonie de vacances pour s’immerger au milieu d’adolescents en vacances. Elle va apprendre à mieux les connaître, pour savoir ce que ces jeunes d’aujourd’hui ont dans la tête. Pendant 21 jours, Alexandra vit dans la peau d’une animatrice de colonie de vacances, s’occupant au quotidien de 50 collégiens des Bouches-du-Rhône. 50 élèves méritants qui partent pour un séjour sportif au Pays Basque. 50 ados, âgés de 10 à 15 ans, qu’il faut encadrer, surveiller, divertir. Alexandra n’avait jamais été en colonie de vacances, c’est sa première colo !

À moitié animatrice, Alexandra gère le groupe des filles, elle fait respecter les horaires, du lever au coucher, elle les surveille à la plage, elle participe aux animations, elle s’amuse et elle sévit, et comme tous les autres animateurs, elle mange à la cantine et partage une chambre au dortoir.
À moitié journaliste, Alexandra saisit chaque occasion pour faire parler les ados, pour comprendre comment cette génération se perçoit et voit le monde, pour donner la parole à cette tranche d’âge qui a rarement l’occasion de s’exprimer à la télévision. Avec une immense fraîcheur, avec drôlerie et spontanéité, mais aussi gravité parfois, ces ados parlent de tout sans tabous ; de leurs amours, de leurs rêves, de leur avenir, des garçons et des filles, du monde des adultes, et même de politique, de religion, de la vieillesse ou de la mort.
Communiqué de presse France 2 – 9 juin 2015
Juin 022015
 

Programme TV – Infrarouge : Liberté, égalité, fiscalité

Mardi 2 juin 2015 – France 2 – 23h

Documentaire. Ecrit et réalisé par Frédéric Brunnquell. Produit pat Kuiv Productions. Avec la participation de France Télévisions. Avec le soutien du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée, de la PROCIREP – Société des producteurs et de l’ANGOA.

Aucun d’entre nous n’échappe à sa déclaration de revenus. Au moment de ce face à face avec l’Etat, comment ne pas penser à tous ceux qui ont refusé l’impôt comme Gérard Depardieu, Arthur et tant d’autres.
Le film met en scène un contribuable pris dans l’angoisse de la déclaration annuelle de ses revenus. Pris dans le compte à rebours des dernières heures, il interroge François Dubet, Thomas Piketty et d’autres brillants économistes et politiques sur les véritables raisons de son ras-le-bol fiscal.
Il découvre que nos prélèvements, parmi les plus lourds au monde, sont aussi les plus complexes et les plus illisibles.
Que le manque de transparence de notre système de taxes empêche le contrôle démocratique de l’impôt par les parlementaires.
Comment accepter un système qui ne s’est jamais réformé et qui est pourtant essentiel à notre démocratie ?
Avec les interventions de :
Nicolas Delalande
Agrégé et docteur en histoire, diplômé de Sciences Po, Nicolas Delalande est professeur associé au Centre d’histoire de Sciences Po depuis mai 2010.
A Sciences Po, il coordonne un séminaire de recherche sur « L’histoire de l’Etat », et enseigne sur l’histoire de l’Europe au XIXe siècle, l’histoire de l’économie politique et l’historiographie contemporaine.
Agnès Verdier Molinié
Directrice de la fondation IFRAP, Fondation pour la Recherche sur les Administrations et les Politiques publiques, think tank libéral.
Camille Landais
Normalien, économiste, spécialiste de l’analyse de la fiscalité et des inégalités économiques, enseignant à l’université de Stanford à Londres.
Marie Noëlle Lienemann Sénatrice PS.
Alexis Spire
Directeur de recherche au CNRS, affecté à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux au sein de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.
Alexis Spire mène des recherches sur les transformations de l’Etat et sur la sociologie des inégalités.
Karine Berger
Polytechnicienne, diplômée de l’ENSAE (École Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique), de Sciences Po et d’un DESS de droit public en économie, elle est députée PS des Hautes Alpes et membre de la commission des finances à l’Assemblée nationale.
Gilles Carrez
Diplômé de HEC et énarque, il est député UMP du Val-de-Marne et président de la commission des finances à l’Assemblée nationale.
Antoine Bozio
Docteur en sciences économiques et normalien, il est directeur de l’Institut des Politiques publiques, chercheur associé à l’Ecole d’Economie de Paris ainsi que chercheur à l’institut des études fiscales à Londres.
Thomas Piketty
Economiste, normalien, directeur d’études à l’EHESS, docteur en économie, meilleur économiste de France en 2002. Il est spécialiste de l’étude des inégalités économiques, et auteur notamment en 2013 de l’ouvrage Le Capital au XXIe siècle.
François Dubet
Sociologue, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, auteur notamment en 2014 de l’essai « La Préférence pour l’inégalité ».
La case Infrarouge invite les téléspectateurs à réagir et commenter les documentaires en direct sur twitter via le hashtag #infrarouge
Communiqué de presse France 2 – 11 mai 2015
Mar 032015
 

Programme TV – Infrarouge : Du fer à la finance, l’empire Wendel

Mardi 3 mars 2015 – France 2 – 22h55

Documentaire. Réalisé par Patrick Benquet. Scénario de Patrick Benquet et Marlène Benquet. Produit par Compagnie Phares et balises. Avec la participation de France Télévisions, Centre National du Cinéma et de l’image animée, Procirep et Angoa.

La dynastie Wendel, fleuron de la sidérurgie française au XIXe siècle, a survécu à tous les bouleversements économiques depuis la première révolution industrielle et a toujours su conserver un pied dans les affaires et un autre dans la politique. Avec la crise de la sidérurgie dans les années 70, l’empire lorrain des Wendel est nationalisé, ses dettes rachetées. L’État français, bon prince, lui laisse ses participations financières dans quelques entreprises rentables. La dynastie confie alors son destin à un de ses membres les plus influents, le baron Ernest-Antoine Seillière. Il transforme radicalement la stratégie familiale et modifiele groupe industriel en un empire financier. Dans le même temps, il prend la tête du Medef et participe ainsi à tous les niveaux au mouvement de financiarisation de l’économie française.

Le groupe Wendel devient alors un fond d’investissement, qui va pratiquer ce qu’on appelle « l’achat avec effet de levier ». Il s’agit d’acheter une entreprise avec de l’argent prêté par les banques, de la restructurer en réduisant ses coûts de personnel et d’investissement, de vendre certaines de ses activités, d’utiliser les bénéfices pour rembourser les banques et finalement de la revendre en réalisant le maximum de profits. Wendel investit ainsi dans des entreprises telles que Cap Gemini, Valeo, Biomerieux, Editis, Bureau Veritas, Legrand. Les profits explosent, mais les entreprises revendues sont fragilisées par les plans de restructuration qui leur ont été imposés. Les montages financiers et fiscaux se complexifient à l’extrême. Le rachat catastrophique de l’entreprise Saint-Gobain, qui a nécessité un endettement colossal, sonne l’alarme au sein de la famille. Ernest-Antoine Sellière, poursuivi par le fisc, démissionne en 2009 et cède la place à François de Wendel, 3e François du nom.

C’est de l’intérieur, avec les principaux acteurs de cette tragédie économique, que Patrick Benquet et Marlène Benquet ont choisi de raconter cette histoire.

Au sein de la famille : François de Wendel, Ernest-Antoine Seillière, Sophie Boegner, Edouard de Bastard.

En Lorraine, les anciens ouvriers, Jeanne Schmitt et Antoine Bruzzese, bénéficiaires et victimes du paternalisme patronal et l’historien local Michel Printz.

Au sein d’une entreprise rachetée puis revendue, les syndicalistes, Lydie Delias et Philippe Massacret des établissements Legrand à Limoges.

Mais aussi, Denis Kessler, vice-président du Medef de 1998 à 2002. Jean-Louis Beffa, PDG de Saint-Gobain jusqu’en 2007.

Le documentaire a reçu le prix du Public (festival de Pessac 2014), le prix des jeunes journalistes (festival de Pessac 2014) et a été sélectionné au FIPA 2015.

Nov 182014
 

Programme TV – Infrarouge : Du bébé au baiser

Mercredi 19 novembre 2014 – France 2 – 0h00

Documentaire. Réalisé par Thierry Berrod. Coproduit par France 2, Arte France et Mona Lisa Production. Avec la participation de Tle-Quebec, RTBF et TSR.

Lorsqu’une jeune maman s’émerveille devant son bébé de quelques jours, elle imagine difficilement que quinze ans plus tard ce petit être sera un adolescent ou une adolescente rebelle qui défendra ses idées avec conviction, écoutera de « la musique de sauvages », lira des romans de fiction enfermé dans sa chambre, et connaîtra ses premiers émois amoureux. Pendant ces quinze premières années de vie, que de chemin parcouru, que de transformations physiques et psychologiques. Le petit homme de quarante centimètres, allongé sur le dos, babillant, gesticulant de façon désordonnée s’est transformé en un solide gaillard de 1,80 m, poilu, à la voix grave qui court sur un terrain de foot avec ses copains.

La petite fille dormant sagement dans son berceau en écoutant des comptines est devenue une jeune lycéenne aux formes généreuses, passionnée par la peinture abstraite et qui passe ses dimanches à refaire le monde avec ses copines.

Du bébé au baiser raconte cette formidable aventure qui nous fait passer de l’enfance à l’adolescence, depuis l’éveil au monde, la maîtrise de la motricité, en passant par l’apprentissage du langage, la socialisation, l’éducation, jusqu’aux premiers signes physiques et psychologiques qui marquent le passage à l’âge adulte. Les mécanismes physiologiques qui déterminent notre évolution spectaculaire de nos quinze premières années de vie sont dévoilés de l’intérieur grâce aux dernières technologies d’imagerie médicale et scientifique.

Communiqué de presse France 2 – 3 novembre 2014

Nov 182014
 

Programme TV

Documentaire Infrarouge : Putain, c’est pas simple !

Mardi 18 novembre 2014 – France 2 – 22h40

Déconseillé au moins de 16 ans

Documentaire. Écrit et réalisé par Emmanuelle Nobécourt. Avec la collaboration de Nicolas Maupied. Produit par Cinétévé. Avec la participation de Centre national du cinéma et de l’image animée et France Télévisions.

À la suite de la récente polémique autour de la loi pénalisant les clients, le film revient sur la question de la prostitution et tente d’élargir le débat. Des images et des témoins percutants, une approche sans préjugés et sans tabous qui pointe les paradoxes soulevés par la place faite aux prostituées dans notre société. Parce qu’elle met en jeu le corps et l’intimité des individus, elle associe le sexe et l’économie, elle peut être un choix ou une contrainte, elle recouvre tout l’éventail des réalités sociales, la prostitution a toujours été la cause de controverses enflammées.

Le film propose d’examiner, sans a priori, les termes du problème, de poser quelques questions dérangeantes dans une approche qui bouscule les idées reçues et tente d’élargir le débat. D’un côté, il y a des femmes – et des hommes aussi – qui proposent quelque chose contre de l’argent. De l’autre, il y a ceux qui sont prêts à payer. Jusque-là c’est normal. Une offre, une demande, de l’argent : il s’agit de commerce. Oui mais voilà, ce qu’on vend et qu’on achète c’est du sexe, ce truc explosif capable d’abattre les plus puissants. Et là ça se complique !

L’équation sexe/fric a du mal à passer, la prostituée et le client deviennent soudain sulfureux. Essayons de comprendre pourquoi, sans préjugés et sans tabous, en explorant en détail tous les termes de ces quatre composants : prostituée – client – sexe – fric – et en posant quelques questions qui dérangent. Et surtout écoutons ceux et celles qui ont choisi de leur plein gré d’exercer ce métier.

Ils sont surement moins nombreux que les victimes des proxénètes, mais ils existent, depuis toujours. Leurs témoignages soulèvent des questions essentielles et nous parlent de nous, de notre intimité mais aussi du fonctionnement de notre société, et reflètent notre rapport à la sexualité et à l’argent ….Sachons les écouter sans les juger, acceptons d’être ébranlés dans nos certitudes et admettons qu’éliminer la prostitution ce n’est pas si simple.

Communiqué de presse France 2 – 3 novembre 2014

Nov 112014
 

Programme TV – Infrarouge : Papa s’en va-t-en guerre

Mercredi 12 novembre 2014 – France 2 – 0h05

 

Documentaire. Réalisé par Géraud Burin des Roziers. Créé par Géraud Burin des Roziers. Produit par Ligne de Front. Avec la participation de France Télévisions et Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée.

Pendant un an, le réalisateur Géraud Burin des Roziers a accompagné avec sa caméra des enfants qui voient leur père partir en Afghanistan. Ancien soldat, puis reporter de guerre, il fait entendre la voix de ceux qui ne s’expriment jamais. Il y a Bastien, 12 ans, qui considère son père comme un héros mais qui ne supporte plus ces missions à risques. Lucas, Enzo et la petite Lili qui vivent cette séparation comme un arrachement. Il y a Morgane, 13 ans et Lune Eva, 9 ans obligées de se résigner, parce que leur père a signé pour la mission.


Le reverront-ils vivant ? Qu’est-ce que ces enfants ont vraiment sur le coeur ? Quelle image ont-ils de leur père ? Quelles sont leurs inquiétudes, leurs angoisses ? Des enfants qui pendant six mois, essayent d’être à la hauteur des recommandations de leur père, c’est à dire des modèles pour leur maman et qui n’osent raconter à personne la souffrance qu’ils endurent sauf dans la cour d’école avec les copains.

Ces deux dernières années en Afghanistan ont été particulièrement meurtrières : vingt-et-une jeunes veuves, quarante-trois orphelins dont trois bébés nés après la mort de leur père.

Le réalisateur est allé à la rencontre de jeunes pupilles de la Nation. Il y a Aymeric, 9 ans et Camille, 12 ans à qui un jour on est venu dire des mots terribles. Leur papa, infirmier militaire, est mort au combat dans une attaque contre les talibans. Il est mort en héros.  « Lui qui aurait tant mérité de connaître ses enfants », nous dit Delphine, leur maman. Et puis il y a Alice, jeune veuve, qui élève seule ses cinq enfants et qui fait tout pour entretenir le souvenir de Matthieu son mari, tué à bord de son d’hélicoptère il y a un an, lui aussi mort pour la France.  « J’aurai préféré le garder avec moi, plutôt qu’il soit mort pour la France », raconte Jeanne, 12 ans, qui dit aussi la fierté qu’elle éprouve pour son père.

Aucun soldat ne revient indemne d’Afghanistan. les IED, les engins explosifs, les attentas suicides, les embuscades, laissent des traumatismes. Après six mois, certains enfants retrouvent leur père. Mais qui est-il à présent ? Réussira-t-il à réintégrer sa famille et abandonner ses réflexes de soldat, pour redevenir papa ? Le réalisateur est retourné dans les familles quatre mois après leur retour de la guerre. Certains papas ont des choses à se faire pardonner.

Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014

Oct 282014
 

Programme TV – Infrarouge : Simone Veil, une loi au nom des femmes

Mercredi 29 octobre 2014 – France 2 – Minuit

 

Documentaire. Créé par Valérie Manns et Richard Puech. Réalisé par Richard Puech. Produit par Capa. Avec la participation de Centre National de la Cinématographie et France Télévisions pôle France 2.

Le mardi 26 novembre 1974 commence la bataille parlementaire la plus passionnelle de notre histoire. À 16h, Simone Veil monte à la tribune de l’Assemblée nationale pour défendre son projet de loi autorisant l’avortement.
En France, elles sont alors 300 000 femmes à avorter clandestinement chaque année. 300 000 criminelles selon la loi pénale de 1920, une loi obsolète et ouvertement bafouée. Ministre depuis à peine six mois, encore inconnue des Français, Simone Veil vient porter le combat des femmes face à une Assemblée d’hommes hostiles. Pendant trois jours et deux nuits, elle affronte 74 orateurs, endure les diatribes les plus enflammées, subit jusqu’aux accusations ignobles de racisme nazi ou d’eugénisme, elle, déportée à Auchwitz, rescapée des camps de la morts. Mais Simone Veil tient tête.

Au petit matin du 29 novembre 1974, après 25 heures de débats et de tumultes, la loi sur l’Interruption Volontaire de Grossesse est enfin votée par 284 voix contre 189, mettant fin à des siècles d’interdits et à des décennies d’hypocrisie.
Communiqué de presse France 2 – Lundi 27 octobre 2014

Oct 202014
 

PROGRAMME TV – Infrarouge : Nos vies discount

Mardi 21 octobre 2014 – France 2 – 23h40

Documentaire. Réalisé par Frédérique Brunnquell. Produit par AMIP. Avec la participation de France Télévisions et Centre National de la Cinématographie. Avec le soutien du Programme MEDIA de la Commission européenne Avec le soutien de la PROCIREP – Société des Producteurs de l’ANGOA.

Avec ses prix bas, le discount nous offre le meilleur des mondes : celui de la consommation. Grâce au discount, nous pouvons nous remplir notre caddy de supermarché, nous payer parfois un joli voyage, nous acheter des vêtements à la mode, et même nous payer une nouvelle voiture… Le discount s’étend à tous les secteurs ; serait-il le remède à la crise ? Nos vies discount est un road movie en Logan. Un voyage de 8 000 kilomètres pour découvrir que derrière ses promesses, le discount déconstruit notre modèle social, appauvrit ses salariés et se nourrit de la crise. Il a été inventé après la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, dans les ruines d’une économie dévastée. Le discount est une tendance lourde de l’économie qui va bouleverser nos vies. Cet avatar de la crise génère des dizaines de milliards de profits.

france2

Communiqué de presse France 2 – 21 octobre 2014

Oct 202014
 

PROGRAMME TV – Infrarouge : Les classes moyennes, un rêve français

Mardi 21 octobre 2014 – France 2 – 22h40

Documentaire. Réalisé par Bertrand Delais. Narrateur Bruno Putzulu. Produit par Morgane Production. Avec la participation de France Télévisions.

2 Français sur 3 appartiennent aux classes moyennes. Elles se sont imposées depuis les années 1960 sur fond d’expansion économique. La crise actuelle les fragilise. A partir d’archives souvent inédites, de témoignages de femmes et d’hommes de générations différentes, ce documentaire raconte l’histoire d’un rêve français. Et, à travers elle, notre histoire collective pour essayer de mieux cerner les inquiétudes qui s’expriment particulièrement sur fond d’élections à enjeu national.

france2

Communiqué de presse France 2 – 20 octobre 2014

Oct 192014
 

Programme TV – Infrarouge : Chante ton bac d’abord

Dimanche 19 octobre 2014 – France 2 – 22h45

Documentaire. Réalisé par David André. Scénario de David André. Produit par BrotherFilms. Avec la participation de France Télévisions.

Chante ton bac d’abord est l’histoire de cinq familles durant l’année du bac : l’année de tous les risques, tous les espoirs et tous les rêves ! Le décor : Boulogne-sur-Mer, ville moyenne confrontée aujourd’hui à la désindustrialisation et à la précarité. Les héros : des ados qui vont passer leur bac. Gaëlle, Rachelle, Caroline, Nicolas et Alex forment une inséparable et turbulente bande de potes. Leur univers adolescent, auquel s’oppose celui de leurs parents, est porté par des « chansons du réel », petites pages enchantées dans un monde désenchanté ! Ce documentaire fait le pari d’émerveiller le réel avec des chansons et musiques originales, qui alternent avec la chronique douce, grave et pleine d’humour de cette fameuse année du bac. Chante ton bac d’abord nous laisse avec une question : et vous, de quoi rêviez-vous à 17 ans ?

Un film exemplaire qui a remporté le FIPA d’or 2014.

Communiqué de presse France 2 – Dimanche 19 octobre 2014

Oct 062014
 

Programme TV – Infrarouge : Piège de plastique

Mardi 7 octobre 2014 – France 2 – 23h

Documentaire. Dans la collection « L’Emmerdeuse ». Avec Olivia Mokiejewski (l’Emmerdeuse). Réalisé par Laurent Guyault. Produit par Nilaya Productions. Avec la participation de France Télévisions.

La collection « L’Emmerdeuse » propose une nouvelle manière d’investir les grandes questions que soulèvent les problématiques de consommation, d’environnement ou de développement durable.

Dans la veine du « gonzo journalisme » (Michaël Moore ou Werner Boot), Olivia Mokiejewski défend un journalisme subjectif, anti conformiste, un journalisme incarné et engagé. En phase avec notre époque, elle propose une démarche décapante et provocante, qui s’autorise à mélanger rigueur de l’enquête, humour et coups de gueule.

Dans chaque documentaire, le point de départ de « L’Emmerdeuse » est un coup de gueule personnel mais universel. Avec ce ton qui lui est propre, Olivia prend pour cible un produit ou un système, dénonce une industrie dont les agissements l’insupportent et qui nous concernent tous : l’avenir de la planète, l’utilisation des ressources naturelles, les problématiques de santé publique et les questions économiques liées au développement durable…

« L’Emmerdeuse » propose aussi une approche cinématographique et ludique. L’humour, l’émotion, la révolte sont les ingrédients de cette collection. Ses films défendent un point de vue et font la part belle à la recherche esthétique des cadres et des images.

Après s’être intéressée à  la recette du Coca Cola et à ce qui se cachait derrière la fabrication d’une tranche de jambon, lEmmerdeuse a décidé d’enquêter sur notre consommation de plastique et ses conséquences : 260 millions de tonnes de plastique sont produits chaque année dans le monde. Le problème c’est qu’on est tous devenu accroc… Et qu’aujourd’hui, on n’arrive plus à s’en débarrasser !

La première victime de cette surconsommation est la mer. Elle est devenue une poubelle de plastique, soit 80 % des déchets trouvés en mer.

Mais en réalité, le plastique est partout : il voyage dans les rivières, les fleuves, dans les airs, il se fragmente, si bien que parfois on ne le voit même plus. Il étouffe et empoisonne les animaux et pollue l’environnement.

D’où viennent ces déchets ou ces marées noires de granulés de plastique qui finissent leur voyage dans le milieu naturel ?
Olivia Mokiejewski a voulu savoir ce qui se cachait derrière ce monde pourtant plus fun, plus simple et plus résistant, derrière cette invention géniale qui aujourd’hui nous envahit.

Fidèle à son tempérament d’éternelle insatisfaite, notre Emmerdeuse a découvert sous le palais des Festivals de Cannes et ses paillettes…une drôle de décharge ! Elle n’a pas hésité à demander des comptes à une usine de fabrication de plastique peu soucieuse de ses rejets ! Enfin, elle ne s’est pas satisfaite des beaux discours des communicants de cette industrie pour s’enquérir des effets du plastique dans notre alimentation !

Car de nouvelles questions se posent désormais. Le plastique est il entré dans notre chaîne alimentaire ? Est ce que nous aussi nous en mangeons ? Ne sommes nous pas contaminés par le plastique qui nous entoure ? Qu’en est-il de ces phtalates présents dans le plastique ?

Pour les uns, pas de panique, tout est « under control » mais Olivia n’en est pas si sûre et poursuit sa quête.
Bon nombre de voix légitimes s’élèvent aujourd’hui et affirment que le consommateur n’est pas suffisamment protégé. Alors l’Emmerdeuse pose la question : et si on essayait d’en consommer moins ?

Communiqué de presse France 2 – Lundi 6 octobre 2014

 

Fév 112014
 

Programme TV – Infrarouge – Les Disparues de l’A26

Mardi 11 février 2014 – France 2 – 22h45

france2

Documentaire. Un film inédit réalisé par Martin Blanchard. Ecrit par Martin Blanchard et Agnès Pizzini. Une production Maha Productions. Avec la participation de France Télévisions, du Centre national du cinéma et de l’image animée, de la Procirep – Société des producteurs et de l’ANGOA.

Les disparues de l’A26 est l’histoire du combat d’une avocate contre l’oubli. Ou comment deux affaires de meurtres non résolues de jeunes filles, deux homicides vieux de 26 ans, oubliés de tous sauf par les familles des victimes, peuvent revenir sur le bureau d’un juge.

Un cas d’école que ces cold cases à la française, bien éloignés de l’univers de la série américaine du même nom. Car si vous pensez qu’on résout des affaires anciennes avec des flics de choc, dotés des derniers moyens technologiques de profilage et lancés très vite sur la piste d’un suspect mis sous les verrous à la fin de l’épisode, vous êtes très éloignés de la réalité. La vérité, c’est que la justice baisse souvent les bras après un non-lieu. Certains meurtres restent impunis à jamais. Les familles sont alors abandonnées à leur douleur. Une situation intolérable pour Corinne Herrmann. Cette avocate française a fait des cold cases, ces affaires non résolues, son cheval de bataille. Ce film raconte son combat pour remobiliser les familles, convaincre la justice que tout n’a pas été fait, que vingt-six ans plus tard, il est encore possible de trouver les coupables.

Communiqué de presse France 2 – Mardi 11 février 2014

Source : sondageonstv.com

Jan 142014
 

Programme TV – Infrarouge : La Guerre en face

Mardi 14 janvier 2013 – France 2 – 0h35

Documentaire. Ecrit et réalisé par Patrick Barbéris. Coproduit par l’ECPAD et L’INA. Avec la participation de France Télévisions et Planète. Avec le soutien de la Procirep-Angoa, du CNC, du ministère de la défense et des anciens combattants.

Depuis la fin de la guerre d’Algérie, 250 000 hommes ont servi sur plus de cent soixante théâtres d’opérations extérieures. Pourtant, qui se souvient du Tchad, du Liban, de Kolwezi ? Comment sommes-nous passés du soldat inconnu aux soldats méconnus ?

Ce film s’interroge sur la disparition de la figure du soldat dans notre société et revient sur les causes de cette disparition, en revisitant cinquante ans d’histoire. Des soldats de tous rangs qui ont participé à ces opérations et le font encore nous parlent de leur engagement et des transformations majeures qui sont apparues au sein de l’armée depuis la fin guerre d’Algérie.

Ce documentaire dévoile les nouveaux visages de la guerre et notre incapacité à la regarder en face.

Communiqué de presse France 2 – Mardi 14 janvier 2014

Source : Sondageonstv.com

Jan 142014
 

Programme TV – Infrarouge : Alertes enfants disparus

France 2 – Mardi 14 janvier 2014 – 23h05

Documentaire. Réalisé par Gilles de Maistre. Sur une idée d’Hélène Mourot. Produit par Mai Juin Productions. Avec la participation de France Télévisions et Centre National du Cinéma et de l’Image Animée.

La case Infrarouge invite les téléspectateurs à réagir et commenter les documentaires en direct sur twitter via le hashtag #infrarouge

Comment faire le deuil quand, depuis dix ans, il n’y a aucune trace de l’enfant disparu ? Ils se prénomment Estelle, Marion ou Léo. On croise encore leurs regards au détour d’une vieille affichette oubliée dans les aéroports, les gares ou les commerces. Leurs familles, dévastées, vivent depuis des années dans l’attente d’une nouvelle, d’une certitude ou, à défaut, d’un début de piste.
Un constat : 45 000 disparitions d’enfants en France chaque année. Le chiffre effraie autant qu’il pose de questions. Comment est-ce possible ? Comment nos enfants si chers peuvent-ils disparaître ainsi ? Comment les protéger ? Comment les retrouver ? La plupart des disparitions de mineurs sont le fait de fugues… Ils sont le plus souvent retrouvés dans les deux jours qui suivent leur disparition. Mais, pour les familles comme pour les enquêteurs, l’angoisse les a accompagnés tout au long de ces deux jours. La même à chaque signalement. Il ne faut parfois que quelques heures pour retrouver l’enfant sain et sauf. Quelques heures aussi, pour retrouver un corps sans vie.
Et puis, il y des enquêtes qui durent des mois, des années… De longues et épuisantes recherches. Des enfants qu’on ne retrouve jamais. Ces disparitions inquiétantes touchent les jeunes enfants ou des adolescents fragiles. Ce sont celles dont on parle le plus, comme Marion, Estelle, Léo et dernièrement en Europe, Maddy. C’est dans ce type d’affaires que le plan Alerte enlèvement est déclenché. Un plan qui permet d’agir au plus vite, mais qui ne suffit pas toujours. Quand les recherches sont vaines, elles condamnent les familles au pire : ne pas savoir. Des familles qui malgré le temps qui passe, ne baissent pas les bras et gardent l’espoir de revoir un jour leur enfant ou du moins de savoir ce qui est arrivé ce jour-là…

Dans d’autres cas, on sait très bien ce qui est arrivé ce jour-là… Une séparation qui tourne mal, un droit de visite jugé ridicule et l’enfant devient littéralement l’otage d’un des deux parents. On les appelle les enfants volés… volés par un de leur propre parent. L’enlèvement parental est certainement un acte d’amour, mais un acte fou qui n’est qu’un abus de pouvoir de l’adulte sur l’enfant au détriment de son bien-être. La détresse du parent esseulé est terrible, les questions sans réponse fusent sans discontinuer. Les recherches pour retrouver cet enfant volé sont tout aussi longues et douloureuses et souvent sans issue favorable…

Et enfin, il y a ceux dont personne ne parle, ce sont les enfants errants. Mineurs, non accompagnés qui arrivent souvent d’Europe de l’Est, à la recherche d’un nouvel eldorado. Grisés par la possibilité d’une vie meilleure ailleurs, ils finissent par alimenter les réseaux de prostitution et de pédophilie. Disparitions rarement signalées, enfants peu ou pas recherchés, ils deviennent les cibles idéales d’un milieu sordide qui les condamne à une vie bien loin de celle dont ils rêvaient.

Communiqué de presse France 2 – Mardi 14 janvier 2014

Source : Sondageonstv.com